‘’Au revoir Excel ?‘’

‘’Au revoir Excel ?‘’

On nage aujourd’hui clairement dans un océan de données. Elles sont partout et augmentent un peu plus chaque jour dans un monde de plus en plus connecté.

Bonjour à tous,

Quel que soit le service pour lequel vous officiez vous comprenez l’importance de la collecte des données et vous savez, ô combien, il est nécessaire d’interpréter justement ces données pour prendre les décisions les plus efficientes. A l’heure du Big Data, la collecte et l’interprétation des données est devenue une clef stratégique pour toute entreprise et organisation. Dans le jargon de la Business Intelligence on appelle cela la «Data Visualisation». Et dans cet univers du Big Data, votre bonne vieille feuille Excel ne fait plus le poids !…

Dans les couloirs de l’université de Stanford, une Startup, au bon goût de silicon-valley, va tenter dès 2003 de faire de l’ombre au fameux tableur Excel ! À l’issue de trois ans de recherche au département informatique de Stanford, trois étudiants fondent sous le nom éponyme de leurs travaux : Tableau Software. La mission de Tableau est claire : collecter, afficher, interpréter toutes vos données de la manière la plus simple et intuitive qu’il soit ! On peut d’ailleurs lire sur le site web de l’entreprise : « Nous aidons les utilisateurs à voir et à comprendre leurs données. » Et quand on pense qu’en 2020, le monde générera 50 fois plus de données qu’en 2011, on comprend l’enjeu et le problème auquel tente de répondre Tableau Software.

Après avoir levé plus de 45 millions de dollars, la Startup fait son entré au NYSE en 2013 pour 250 millions de dollars. Selon les derniers chiffres, les 3’200 collaborateurs de Tableau Software produisent en 2016 $ 827 millions de chiffre d’affaire (cf. page 4/5 du rapport theScreener).

En mai dernier, on apprend que Tableau Software était l’application SaaS (Software as a Service) avec la plus forte croissance en termes d’adoption, derrière Slack. Il y a chez Tableau deux principaux éléments qui expliquent son expansion. D’abord la stratégie du « Land and Expand » !

Les utilisateurs cible de Tableau sont les « utilisateurs d’Excel » ou presque. En complément des gros outils de reporting, Tableau, par sa facilité d’utilisation, cherche à convaincre les utilisateurs des directions achats, finance ou marketing par un test gratuit. Convaincus, ils prennent alors quelques licences… et la solution progresse ensuite dans l’entreprise ! Étant donné que l’expérience client est clef pour acquérir ce type d’utilisateurs, Tableau joue aussi sur l’effet « Waouh » ! Comme son nom nous l’indique, Tableau soigne particulièrement son design et son ergonomie. L’un de ses trois co-fondateurs, Pat Hanrahan, a travaillé chez Pixar et ça se sent ! Tellement soucieux de l’esthétique, Tableau a même crée sa propre police de caractères faute d’en trouver une qui lui convienne.

Et à regarder la liste des clients actuels de Tableau, on a bien le sentiment que la sauce a l’air de prendre. Parmi eux SpaceX, Barclays, Dow Jones, Deloitte, et même Swisscom ! Je vous donne la liste de clients avec ce lien ici. Enfin, avant d’aller voir ce qui se passe du côté du titre, je tiens à souligner que dans le dernier rapport de la plateforme mondiale de Freelance (Upwork), on note que Tableau devient une des compétences les plus recherchées au monde 😉. Les compétences en Tableau sont à la troisième place juste derrière celle du traitement du langage naturel (natural language processing) et de Swift, le langage utilisé pour construire des applications Apple ! Bref, la traction pour Tableau semble être bien là !

Malgré des nouvelles et des perspectives plus que prometteuses, le titre de Tableau avait beaucoup déçu les investisseurs en 2016. En effet, en 5 février 2016, à l’instar de LinkedIn, le titre perdait plus de 50% en une séance. Apparemment les résultats étaient bien en deçà des prévisions. Les résultats étaient bons, mais pas assez apparemment, pour les analystes et les investisseurs ! Et depuis ce 5 févier, le titre est presque en léthargie !

Chez theScreener les analyses sur Tableau Software sont bien mauvaises depuis ce 5 févier 2016. Mais aujourd’hui, après plus d’une année, theScreener révise assez sérieusement la valeur de l’éditeur de Big Data. Cette forte progression repose sur l’amélioration technique et du risque. En effet, à la date d’analyse du 7 avril 2017, sur le fondamental, les 32 analystes qui suivent le titre sont neutres mais étaient précédemment négatifs. Encore sur le fondamental, le prix semble fortement sous-évalué. Enfin sur le technique, les voyants sont dans le vert !

En bref, on est sur un titre à 3 étoiles :
1. Fondamentalement : en termes d’évaluation, le titre semble fortement sous-évalué et les analystes révisent de neutre à négatif !
2. Techniquement : le titre enregistre une belle performance relative dans un environnement « technologie » négatif et s’inscrit en tendance haussière.

Enfin le risque sur le killer d’Excel. Après avoir été longuement dans le rouge, le risque revient sur des niveaux normaux. Il semble enfin que le risque du titre soit en ligne avec les mouvements du marché, mais encore assez résilient en cas de pressions spécifiques, en cas de mauvaises nouvelles.

Somme toute, en combinant d’un côté de bons signaux sur le fondamental et le technique, avec un risque considéré enfin comme moyen, le titre des logiciels Tableau nous propose une évaluation globale plutôt positive.

Si vous voulez approfondir l’analyse de cet outsider de la Business Intelligence, veuillez télécharger l’analyse détaillée theScreener.
Enfin si vous voulez avoir un bref aperçu des outils Tableau veuillez trouver une rapide vidéo explicative.

Nous vous souhaitons de la part de toute l’équipe theScreener, une excellente journée,

Stanislas Laurent

J'aime cet article 61

Annonce

Nos partenaires