Vous reprendrez bien un peu de rien avec un soupçon de pas grand-chose ?

Vous reprendrez bien un peu de rien avec un soupçon de pas grand-chose ?

Hier, le Nasdaq a encore battu un record d’altitude. Le S&P a baissée de 0.1%. L’Europe n’a pas fait grand-chose, pour ne pas dire : rien du tout. Globalement, comme dirait Numérobis dans Astérix ; « C’est trop calme, j’aime pas trop ça, je préfère quand c’est un peu trop plus moins calme ». Je ne vais pas revenir sur le fait que la volatilité est au plus bas depuis un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître, qu’il ne se passe rien et que plus rien n’intéresse personne dans ce marché. Enfin, c’est en tous les cas l’impression que ça donne.

L’Audio du 17 mai 2017

Après avoir fait le tour de la presse de ce matin, je me suis permis de faire le petit bilan suivant :

– Nous avons terminé la saison des publications trimestrielles qui étaient globalement excellente et qui a principalement servit aux « big names » de la tech, les « usuals suspects » que l’on connaît, vu que l’on ne parle que d’eux depuis des mois. Eux et quelques autres. Le secteur du retail s’est fait globalement défoncer ces dernières semaines et on se demande même si l’on va encore aller faire des courses dans les « malls » à l’avenir. Mais mis à part ça, la saison des « trimestriels » du premier trimestre est terminée. La prochaine, c’est pour début juillet, mais d’ici-là vous n’en aurez rien à faire parce que vous serez à la plage.
– Il n’y a pratiquement plus un chiffre économique qui nous intéresse vraiment. Peut-être le GDP de temps en temps, mais franchement, c’est pas frappant. Il reste bien sûr les chiffres de l’emploi qui sont « LE » baromètre de la FED et « LE » chiffre qui pourrait faire basculer le cœur de Yellen, même si toute la planète sait que c’est également le chiffre le moins fiable et le plus manipulé de la même planète. Et puis bon, entre vous et moi, les chiffres de l’emploi c’est le premier vendredi de chaque mois, alors ça fait une longue attente pour pas grand-chose à la fin.
– Troisième point du bilan, dans la même lignée, la FED s’est réunie ce mois et a décidé qu’il était urgent d’attendre pour monter les taux. D’attendre le mois de juin pour le faire. Actuellement, la probabilité d’une hausse des taux en juin n’est plus une probabilité, mais une certitude. Enfin, normalement. Le marché a complétement intégré cette hausse des taux et la prochaine, il n’y a plus d’effet surprise. On attend, tout simplement.
– Ensuite il y a la géopolitique… En général, quand un pays menace de raser l’autre à coup de missile nucléaire et de menaces à peine voilée, les bourses mondiales sont stressées, volatiles et laissent supposer que l’on craint pour l’avenir de la planète. Là, je ne sais pas si le poupon obèse Nord Coréen n’est pas assez crédible ou est-ce qu’il cause trop et n’agit pas assez, mais le marché… non, pas que le marché, tout le monde à l’air de s’en foutre magistralement… En géopolitique, on peut aussi craindre pour la Syrie et tout ce qui va avec, mais là aussi, j’ai l’impression que tout le monde s’en fout – depuis bien plus longtemps que la Syrie. Alors tant que le Canada n’envahit pas les USA ou que les Suisses Romands ne tentent pas de prendre le pouvoir par les armes en Appenzell Rhodes Extérieur, les marchés ne devraient pas trop se prendre la tête avec ça.
– Et puis il y a le pétrole. Le pétrole qui nous a un peu secoué ces derniers temps et laissé entendre que l’objectif-coup-sûr-des-20$ d’il y a 18 mois n’était pas mort. Mais depuis quelques jours l’OPEP est revenu dans la partie et l’éventualité des 20$ s’est soudainement volatilisée.
– Finalement, pour conclure ce bilan, il reste la politique. Depuis le mois de novembre, on se fait mousser sur les éventuelles révolutions que Trump pourrait entreprendre. Sauf que depuis quelques semaines, on a l’impression que Trump ou un chimpanzé à la Maison Blanche, ça ne changerait pas grand-chose, tant qu’il n’a pas le Congrès à sa botte, il peut aussi tenter d’égorger un agneau devant le Capitole, ça devrait avoir à peu près autant d’impact que le brassage d’air qu’il est en train de nous faire en ce moment. En tous les cas, les marchés n’en ont plus rien à faire de ses simagrées. Pendant un bref instant on s’était raccroché à l’espoir que l’élection française allait tout changer, mais apparemment, le soufflé est déjà en train de retomber, puisque la seule chose dont on parle, c’est du nouveau gouvernement à venir et de savoir si Macron peut gagner les législatives et puis en fait, à la fin, on sait tous que la France sera dans la rue en septembre et que d’ici-là, on aura trouvé un moyen d’oublier le prénom du nouveau Président. Ce que l’on sait, c’est qu’avec Macron, la France sera plus forte, l’Europe sera plus forte et que la Grèce va revenir emprunter sur le marché obligataire à la rentrée (bon, d’accord, ça c’est pas à cause de Macron, mais fallait le noter)…

En conclusion, on n’a rien à attendre, on sait déjà tout et la prochaine « grosse échéance » c’est les chiffres de l’emploi début juin, mais on sait qu’ils seront meilleurs et ensuite il y aura la FED et on sait qu’ils vont monter les taux. Ce qui est embêtant, dans ce marché c’est qu’on sait toujours tout AVANT et que l’on est tellement fort, que jamais nous ne sommes victimes de l’effet surprise. L’effet surprise qui est censé créé de la volatilité, de l’excitation et – peut-être – un peu de passion dans ces marchés. Mais pour l’instant, nous en sommes loin, mais alors très loin.

Bref, il ne se passe rien et depuis 1969, on n’a jamais connu un S&P500 aussi immobile pendant plus de 15 séances – et étant donné que l’on n’attend à peu près rien du tout jusqu’à début juin, j’ai peur que ça dure un poil. J’en suis presque à rêver d’une bonne invasion de la Corée du Nord ou du retour de la crise des Subrpimes, mais sur les leasings des voitures, un truc drôle quoi ! Mais ne rêvons pas… J’ai presqu’envie de dire : « Sell in May and go away ».

Le pétrole a reperdu 1% hier et frise les 48$. L’or remonte à 1243$. Le Japon est en baisse de 0.6% et la Chine et Hong Kong ne font rien. L’Euro/Dollar est au-dessus des 1.11 ce matin, le Bitcoin est à 1810$, puisque selon certains c’est le seul endroit où on est en sécurité, puisque les actions c’est trop cher, les bonds ça ne rapporte rien, les monnaies sont manipulées par les gouvernements, les produits structurés…ben c’est des produits structurés, alors que le Bitcoin, c’est sécurisé, ça ne fait que monter et c’est trop cool, même si on ne sait pas trop comment ça marche.

Ce matin les futures sont en baisse de 0.5% aux USA, ça faisait un moment que l’on ne les avait pas vu aussi faibles avant l’ouverture. Cela provient du fait qu’il ne se passe pas 24 heures sans que l’on en apprenne plus sur l’ingérence de Trump dans les enquêtes du FBI et les bookmakers qui ont parié sur sa destitution se frottent les mains. En gros, c’est un scandale qui grossit chaque jour et qui ne demande qu’à exploser, c’est peut-être d’ailleurs la seule chose qui va nous donner un peu d’action dans les marchés ces prochains jours. La dernière en date, c’est que Trump aurait demandé à l’ancien patron du FBI (celui qu’il vient de virer) de cesser les enquête sur son conseiller à la sécurité de l’époque (Flynn, qui a démissionné depuis). Ces enquêtes avaient pour but de démontrer les liens de Flynn avec la Russie.

À ce rythme-là, dans deux mois on va apprendre que Trump s’appelle en fait Trumpsky, qu’il est né en Russie et qu’il est un agent dormant du KGB de l’époque. Un agent qui a été réactivé par un faux code et depuis, il cherche par tous les moyens à entrer en contact avec Brejnev.

Pour le reste, un peu à l’image de ce que je disais au début de cette chronique, c’est trop calme, il n’y a rien à dire. Je pense donc que j’ai largement assez meublé pour ce matin, il me reste une chose à faire :

Vous signaler qu’Investir.ch a publié « La Lettre »… 4ème édition qui a pour thème « Investir dans un environnement inflationniste ». Nouvelle livrée, plein d’articles à downloader et de quoi lire jusqu’à ce que le marché se réveille…

Vous pouvez downloader « Lettre n°4 » en cliquant ici 

Je vous souhaite une très bonne lecture et on se retrouve demain à la même heure.

À demain !

Thomas Veillet
Investir.ch

« I have no special talent. I am only passionately curious. »

Albert Einstein

J'aime cet article 64

Annonce

Il n'y a aucun article dans cette catégorie.

Nos partenaires