Sexe, Drogue et… La FED

Sexe, Drogue et… La FED

La séance d’hier aura donc été placée sous le signe de la FED et de son effigie, Madame Yellen. Cela faisait tout de même un moment que l’on ne parlait plus d’économie, de taux et d’inflation. Il faut dire que l’on avait été bien occupé à suivre les tribulations de la techno et de tirer les parallèles avec l’an 2000. Mais finalement, hier il fût temps de revenir à la base et de re-potasser nos bouquins d’économie pour essayer de traduire et surtout d’interpréter les modifications faites entre les communiqués de presse de mai et de juin.

L’Audio du 15 juin 2017

L’événement était de taille.

Il était important.

Enfin, il faut tout de même en parler.

En même temps, c’est vrai que tout cela peu sembler frustrant quand vous attendez une annonce, qu’elle vient et que le marché ne fait pratiquement rien. À sa décharge, il faut dire que l’annonce de hausse des taux était déjà dans les prix depuis longtemps. 100% des intervenants qui n’étaient pas dans le coma ou sous « crystal meth » savaient déjà que la FED allait monter les taux d’un quart – et elle l’a fait – la seule question que l’on se posait était de savoir si Janet allait nous donner des indications sur la prochaine hausse, sur l’inflation et des détails sur la réduction de voilure du bilan de la FED.

Nous avons eu toutes nos réponses et globalement, on a l’impression que l’on va pouvoir passer un été tranquille, parce que si l’on attend des surprises du côté de la FED durant de l’été, on peut doucement rêver en sirotant un cocktail.

En gros, il y aura une autre hausse des taux, probablement autour du mois d’octobre, mais pas ou peu d’indices qu’il puisse éventuellement peut-être avoir une hausse de plus.

Du côté de l’inflation, on s’attendait à que la FED reste sur son objectif de 2% à la fin de l’année, apparemment nous n’y arriverons pas. Pas l’économie va bien selon Yellen et elle est toujours convaincue de voir les 2%, mais ça sera pour 2018. Et pour finir, la réduction de la taille du bilan est un plan qui se déroule sans accroc.

Il ne s’est donc rien passé sur les marchés, le Dow Jones a terminé au plus haut de tous les temps ou presque, le Nasdaq était plus faible alors que la techno n’a pas encore retrouvé toute sa superbe. En Europe, on se balançait entre positif et négatif en attendant la FED, mais en fermant à 17h30, on ne pouvait de toute façon pas en bénéficier, l’impact sera ressenti ce matin, mais en même temps, il faut le reconnaître, l’annonce d’hier soir était un non-événement – encore une journée que l’on attendait avec impatience et ce fût encore une journée peu intéressante. Finalement, c’était bien plus marrant vendredi passé quand on s’est fait prendre par surprise sur les FAANG’s et qu’il y a eu un sell-off majeur sur le secteur.

Il n’y a pas à dire, le marché est quand même vachement plus drôle à vivre quand il est pris par surprise. Il est vrai que c’est plus émouvant quand vous ne savez pas ce qui est à l’intérieur du paquet cadeau, que quand vous faites emballer le cadeau pour vous-même.

Nous voici donc au lendemain d’une hausse des taux supplémentaire et on se demande si ça valait bien la peine de venir. L’activité s’est principalement concentrée sur les monnaies, puisque le dollar s’est fait balader dans tous les sens avant, pendant et après le meeting de Yellen, et puis ce matin on est à 1.1212, un peu là où nous étions juste avant les annonces. Entre deux nous sommes montés tout proche des 1.13 et retour à la case départ.

Conclusion : nous ne sommes pas plus avancés ce matin qu’’il y a 24 heures.

La seule nouvelle un peu amusante – pas surprenante – mais amusante, c’est le Bitcoin qui s’est fait démonter durant ces dernières 24 heures. La cryptomonnaie fait souvent la une des journaux ces derniers jours. Cette nuit on a appris que plusieurs sites d’échange de Bitcoin se sont fait hacker. Entre le record de vendredi à 3’000$ et le plus bas de ce matin à 2340$, la correction aura été sanglante. Il fallait que ça arrive, malgré cela la performance de l’année est toujours stratosphérique.

Pour le reste, l’or est à 1266$ – que vous dire à ce sujet… je crois que le terme de « RIEN » est très approprié. Et puis le pétrole s’enfonce encore un peu plus, il a fait céder le support des 46$, actuellement il se traire à 44.95$ – c’est la zone qui commence à sentir mauvais et c’est en général la zone ou les pays producteurs commencent à se sentir mal à l’aise dans leurs baskets. Et même si les prédicateurs de CNBC annoncent un baril à 30$ depuis 24 heures, je me méfierais.

En ce qui concerne le baril de pétrole, je sais que nous avons une mémoire de poisson rouge, mais je me remémore une présentation à laquelle j’avais assisté il y a trois ans. L’analyste qui parlait ce jour-là était une « experte » en pétrole. Une experte de terrain, ancienne de la CIA, qui venait présenter les enjeux passés, présents et futurs pour le baril.

Vers la fin de la présentation alors que je m’enfilais un mille-feuilles à la crème et que je peinais à retrouver mon souffle, une des personnes présente a posé la question suivante :

– « Est-ce que l’on connaît le prix exact d’un baril de pétrole ? Qu’est-ce que ça vaut vraiment ? »

Et l’analyste s’est retournée, l’a regardé droit dans les yeux et a dit :

– « Oh oui, nous connaissons exactement la valeur d’un baril de pétrole, c’est bien simple ; c’est quelque part entre 20 et 200$….. »

Tout ça pour vous dire que, comme disait Coluche ; quand on en sait aussi peu sur un sujet on a qu’à fermer sa gueule… Je vais donc fermer la mienne sur le sujet. Le pétrole est à 44.95$.

Après la FED, les réactions sont partagées en Asie, le Japon recule de 0.4%, Hong Kong de 1% et la Chine, comme d’habitude se fout totalement du reste et est inchangée.

Dans les nouvelles du jour, on a droit à une analyse en long et en large du « move » de la FED hier soir, mais pour être franc, on pourrait tout autant parler de la démission de Burkhalter, c’est un peu le même niveau d’intérêt, on brasse de l’air, mais ça ne sert à rien.

On parle de l’enquête sur Trump qui continue, histoire de voir cette fois s’il n’a pas fait obstruction à la justice. De la tour de Londres qui a brûlé hier et du bilan qui s’alourdit. Dans le Barron’s on parle de Icahn et de son trade en Freeport McMoran et le journal apprécie l’arrivée du CFO de Biogen qui passe chez Alexion, La perte de Biogen devrait être le gain d’Alexion.

Côté chiffres économiques, nous aurons le CPI en France, le PPI en Suisse, la BNS qui annoncera sa décision sur les taux. Décision qui devrait être aussi intéressante que celle de la FED hier, peut-être un poil moins suivie. Mais il y aura aussi les Retail Sales en Angleterre, ainsi que la Banque d’Angleterre qui tiendra aussi une session « spécial taux ». Il y aura aussi le Trade Balance en Europe. Aux USA, en plus des dernières nouvelles sur Trump, il y aura les Jobless Claims, le New York Empire State Manufacturing Index, le Philly FED et la Production Industrielle.

Pour l’instant les futures sont indiqués en baisse, le dollar et là où il était il y a 24 heures. Je ne suis pas sûr que les deux jours qui nous restent jusqu’au week-end vont changer quoi que ce soit, mais on verra déjà ça demain.

Retenez une chose ; la FED a monté les taux d’un quart et elle va remettre ça une fois avant la fin de l’année. Pour le reste… on ne serait pas venus, je ne suis pas certain que la Terre aurait arrêté de tourner.

Belle journée à tous et à demain.

Thomas Veillet
Investir.ch

“Speed has never killed anyone. Suddenly becoming stationary, that’s what gets you.”
― Jeremy Clarkson

J'aime cet article 66

Annonce

Il n'y a aucun article dans cette catégorie.

Nos partenaires