Janet, déesse de la finance

Janet, déesse de la finance

Moi j’ai une suggestion que l’on ne pourra pas refuser. Je pense qu’au lieu de suivre bêtement les marchés financiers 5 jours par semaines, 4 semaines par mois et 12 mois par année, je propose que l’on ferme l’ensemble des places boursières de la planète et que nous ouvrions une seule fois par mois pendant deux heures, juste après le témoignage de Madame Yellen devant le Congrès. On pourrait même éviter de la faire aller devant le Congrès et faire le tout par Skype, on gagnerait du temps, de l’argent et surtout de la liberté.

L’Audio du 13 juillet 2017

Non, je dis ça parce que vu ce qui se passe ces derniers temps – c’est à dire RIEN – et que dès que Yellen la ramène, on fait la performance du mois, on bat des records d’altitude et on a la réponse à toutes nos questions, je ne vois pas l’intérêt de perdre plus de temps que ça.

Hier Dame Yellen a donc témoigné devant les grabataires du Congrès américain, mais à la fin c’est un prétexte, on aurait pu la mettre directement dans la tribune à Wall Street, la faire sonner la cloche de l’ouverture et l’écouter nous dire ce qu’il fallait faire.

En gros et pour ne pas rentrer dans les détails hyper-pas-intéressants de son témoignage, Madame Yellen s’est montrée globalement encourageante au sujet de l’économie et ses paroles ont été du « petit lait » pour le monde merveilleux de la finance. Elle a dit que les taux n’avaient pas besoin d’aller « beaucoup » plus haut pour avoir une économie « normalisée » – ce qui, du coup, se traduisait par : « il n’y aurait pas deux hausse de plus en 2017, mais plutôt qu’une voir pas du tout »… mais au-delà de la hausse de taux, il fallait retenir que la patronne de la FED a dit plus ou moins tout ce que le moindre « BULL » pouvait espérer entendre hier.

Le résultat ne s’est pas fait attendre. C’était même carrément évident… Il ne s’est rien passé, elle a parlé et nous somme montés. C’était le cas aux USA, mais aussi en Europe – qui dans une large mesure a bien mieux performé que les USA dans le résultat immédiat. Il faut dire que comme l’Euro s’est pété la figure de près d’une figure justement, cela aidait le marché local à profiter un peu plus que les gentils voisins alliés américains.

En conclusion, au regard de cette journée et si l’impact des discours de Madame Yellen prennent tellement d’importance, je ne vois pas l’intérêt d’ouvrir 20 jours par mois, une journée comme celle d’hier devrait amplement suffire.

Le pétrole monte encore. Pas de beaucoup, mais cette fois les gens ont pris conscience que ça fait trois jours qu’il monte, ils ont donc commencé AUSSI à acheter des actions du secteur. Ce matin le baril est 45.48$ et l’or est revenu au-dessus de ses supports de 1220 à 1222 pour être très précis.

Le Bitcoin qui se faisait prier pour remonter depuis quelques jours a entendu l’appel des sirènes et a rebondit (ENFIN), il est de retour à 2400$ et s’offre à nouveau une journée à plus de 5% de hausse. Pourtant au regard des déclarations du team d’analystes de chez Morgan Stanley, on aurait pu s’attendre à pire.

Alors que le monde de la finance commence a intégrer l’idée que l’on ne peut pas négliger ce « truc », cette « on-dirait-comme-une-monnaie-mais-ça-n’en-est-pas-une » – les gars de chez Morgan on dit que le Bitcoin ne valait pas plus qu’une spéculation sur la valeur d’un poster dans une chambre d’enfant, que ça à la même valeur fondamentale qu’un autographe de Nabila – non, d’accord ça ils ont pas dit, c’est juste moi qui dit du mal – et ils ont ajouté que le Bitcoin n’aura JAMAIS de valeur fondamentale tant qu’il n’accepte pas d’être régulé par les gouvernements et comme c’est justement pas le principe, ça paraît mal barré.

Ce matin l’Asie se félicite du discours de Yellen, on le serait à moins, mais ils se montrent tout de même dubitatifs avec parcimonie puisque le Nikkei monte d’à peine 0.15% et que la Chine est à peine dans le vert. En revanche Hong Kong est beaucoup plus « pro-Yellen » et monte de 0.98%.

Dans les nouvelles du jour nous avons « ÉVIDEMMENT » un analyste qui vient nous annoncer que le marché ne peut pas continuer de monter comme ça, que c’est pas possible et blabla et blabla et blablabla… Selon lui il est « plus que probable » que le S&P500 corrige « d’au moins 5% » d’ici la fin de l’année. Il est courageux le Monsieur… Statistiquement il ne se mouille pas beaucoup, la trouille sans doute.

Dans la même série, on a un autre clown qui nous annonce que le marché est 66% trop haut et que donc, il hésite entre s’immoler sur la place publique ou nous écrire un truc comme ça pour générer l’attention des médias, mais comme sa maman lui a interdit de jouer avec des allumettes, il a choisi le coup des 66% trop cher. Moi je vais venir demain avec un rapport exclusif qui dit qu’on est mille milliards de fois trop cher et que si vous êtes pas d’accord mon papa il a un tank et je vous découpe la paix.

ON retiendra aussi que Trump estime que Trump Junior est innocent pour ces histoires d’emails électoraux anti-Clinton dont tout le monde se fout. L’information qu’il faut retenir, c’est que Trump est dorénavant, juge, jury, exécutant, père de la nation et substitut du pape en cas de besoin. Pendant ce temps la BOVESPA – la bourse brésilienne – bondissait de 1.6%, pas parce que l’économie va mieux, non, mais parce que Lula a été condamné 10 ans de taule. Lula c’est l’ancien Président brésilien pour ceux qui ont oublié, ce n’est pas un joueur de foot du Barça.

Le truc qui est bien au Brésil c’est que le chemin est tout tracé ; Président et puis taulard ensuite. Mon petit doigt me dit que c’est pas fini. Du coup ça fait plaisir de voir que la bourse monte parce que l’ex-Président va au trou. C’est un peu comme en Suisse si le SMI prenait 3% parce que Elisabeth Kopp continue de toucher ses indemnités parlementaires malgré qu’elle a été condamnée pour trahison.

Autrement, un juge estime que Google n’a PAS fraudé le fisc français en reroutant leur argent vers l’Irlande. C’est un milliard que le Ministère des Finance ne touchera pas. Reste à savoir combien temps ça va durer avant qu’un autre juge à la solde de Macron vienne dire le contraire, à l’œil je dirai « max une semaine ».

Snapchat se fait défoncer allégrement et ce, jour après jour, il y a deux jours l’application qui valait 15 milliards a pris 9% dans les dents et passait en-dessous de son prix d’émission, ce qui veut que même ceux qui n’ont pas payé ça très cher, sont déjà en train de perdre d l’argent. Et ce n’est pas avec le business modèle a girouette-tiroir de Snapchat que ça va s’améliorer – une girouette-tiroir c’est comme une girouette, ça va avec le vent mais en plus on peut stocker des choses dedans.

Et pour terminer, le Barron’s est bull comme jamais et revient sur la théorie du Dow qui continue de montrer des signes de force encore et encore. Étonnant comme à l’heure du high frequency trading, de la gestion indicielle et du smartbeta, on se préoccupe de certaines théories financières qui existaient déjà quand Al Capone était un mec qui savait porter le costard. Le journal estime aussi qu’il faudrait être investit dans les banques parce que quand ça va partir, on aura les larmes qui vont couler sur les joues.

Côté chiffres économiques, Madame Yellen va re-témoigner aujourd’hui, mais devant le Joint Economic Committee, c’est pour ceux qui n’ont pas bien écouté hier et qui n’ont pas encore compris que l’on peut regarder la télé en différé maintenant et que même si on n’a pas programmé la VHS, on peut quand même revoir Yellen. Mais elle reparlera quand même parce que quand on voit l’âge moyen des membres de ce comité, on se dit qu’ils ont connu l’époque où la télé était en noir/blanc et n’avait qu’une seule chaîne.

Il y aura aussi le CPI en Allemagne, en France et en Espagne. Le PPI en Suisse et aux USA et les Jobless Claims.

Pour le moment les futures sont en hausse et si on avait appliqué ma théorie d’ouvrir une fois par mois pendant le discours de Madame Yellen, je vous dirai déjà « bon week-end !!! », mais en attendant, je vais vous dire à demain et que votre café vous maintienne éveillé au moins jusqu’à midi, ce qui pour moi ne sera pas un luxe !

Thomas Veillet
Investir.ch

“The most popular investing products are the worst ones for investors.”

― Robert Rolih

J'aime cet article 121

Annonce

Il n'y a aucun article dans cette catégorie.

Nos partenaires