Si on attendait ?

Si on attendait ?

Il y a des jours où les sessions ne valent pas la peine d’être vécues. Le lundi 10 juillet était un de ces jours. Nous avons passé la journée à ressasser des vieilles histoires et à se demander si Yellen avait encore du pouvoir sur les marchés, si Draghi allait resserrer les boulons et si les chiffres du trimestre seraient bons, moyennement bons ou tout simplement au-dessus des attentes. Mais globalement, tout cela faisait beaucoup de « si » et de conditionnel, il semblait donc plus sage de rien faire et d’attendre mercredi quand Janet parlera devant le Congrès, ou vendredi quand les banques publieront. En gros, on s’est dit que, des fois, s’asseoir sur un banc et attendre qu’il se passe un truc, n’est pas forcément la pire des choses à faire.

L’Audio du 11 juillet 2017

On retiendra tout de même que les chiffres des exportations allemandes étaient en hausse et nettement au-dessus des attentes. Chose qui faisait que toutes les sociétés germaniques qui exportaient, avaient exporté ou exporteraient un jour, étaient en hausse, sans compter que nous avons également eu l’économiste en chef de la BCE qui est revenu sur le sujet du « tapering » – de la réduction du QE en français – et qui a laissé entendre, dans le sillage du dernier discours peu clair de Super-Mario, qu’il faudrait encore une longue période de taux bas et accommodants pour commencer à envisager un changement de stratégie. Du coup le rendement du Bund s’est replié, l’Europe était en hausse légère et les investisseurs pouvaient largement se demander si le « top management » de la BCE se parlaient entre eux de temps en temps, ou est-ce que c’était « chacun pour soit ».

Aux USA, il ne s’est rien passé. Mis à part le secteur du retail qui s’est fait démonter dans les grandes largeurs. Peut-être parce qu’Amazon lance sa période de soldes et que les magasins classiques se rendent compte de plus en plus que personne ne vient plus chez eux. On notera tout de même Abercrombie & Fitch qui se faisait décalquer plus que les autres après avoir annoncé que le Buyout de la compagnie tombait à l’eau.

Le titre a perdu 21% hier et tombait au plus bas depuis 2001 – comme quoi mettre des mannequins à torse nu à l’entrée des magasins ne suffit (peut-être) pas pour pérenniser la marque. Oui, j’en conviens, j’en retire une certaine satisfaction et cette dernière est éventuellement dû au fait que je suis jaloux de leurs ceintures abdominales, mais ça fait plaisir de voir que c’est pas toujours les mêmes qui gagnent. Bref, comme ça à l’œil, à moins qu’ils trouvent une nouvelle solution pour l’accueil de leurs clients sans que cela ressemble à de la prostitution, on dirait que c’est la dernière qui sonne pour Abercrombie. Sans compter que ; qui porte encore ça ???

L’or résiste de toutes ses forces pour ne pas aller à 1200$, ce qui pourrait risquer l’hallali final, ce matin le métal s’accroche à ses 1211$, il ne monte pas, mais il ne baisse pas non plus. Il y a de l’espoir. Le pétrole a tenté un rebond pathétique hier, de l’ordre de 35 cents – il paraît que les traders se « posaient des questions sur la production libyenne et nigérienne. Pas sûr que ça change la face du monde mais ça occupe les traders autour de la machine à café. Toujours est-il que ce matin, le baril est à 44.55$ et que mis à part Citigroup hier et UBS la semaine dernière, personne n’est venu surenchérir sur la performance attendue de l’or noir pour la fin de l’année.

Ce matin l’Asie est en hausse de 1% à Hong Kong, de 0.35% à Tokyo et recule de 0.2% à Shanghai. Pas de quoi se relever la nuit. On notera que le Bitcoin s’est encore pris les pieds dans le tapis cette nuit, la crypto-monnaie a plongé de plus de 10% à un certain moment. Actuellement il vaut 2333$, mais on s’en fout parce que Bitcoin vaudra 55’000 dans 5 ans, alors 250$ de baisse, ça ne va pas nous perturber la moindre.

Dans les nouvelles du jour, c’est maigre, on parle de Trump (encore) qui va nommer Randal Quarles à la FED, c’est le premier pion que le Président va rentrer la FED, le vers est dans le fruit. Le Président américain a également laissé entendre que les USA prendront des mesures seul contre la Corée du Nord s’il le faut. Il a l’air de plus en plus décidé à se faire un remake de la guerre de Corée. Ça avait tellement bien marché la première fois que ça serait dommage de ne pas remettre ça.

Il n’y a pas grand-chose à dire alors que l’on attend tous « le retour de Madame Yellen » sous les feux de la rampe dans 36 heures. Pour s’occuper, il y a deux-trois stars de la finance qui tentent de truster les places vacantes sur CNBC et qui essayent de se faire un nom. Lors des dernières 24 heures, on en a eu un qui est venu nous dire que l’on se trouvait dans la même configuration que lors de la grande dépression de 1930 – pourtant je doute quand même qu’Amazon et Google tenaient la même place en 1930 et je ne me souviens même quel iPhone ils avaient en 1930 – mais bon, il paraît que ce que l’on vit en ce moment, c’est pareil qu’en 1930.

Un autre stratège est venu dire que le dollar allait se renforcer pour le reste de l’année, ça c’est moins risqué comme prédiction, il a quand même 50% de chance d’avoir raison même s’il a joué ses prévisions aux osselets. On a aussi eu le gars qui est venu dire que le Nasdaq est mûr pour une correction (ça c’est tous les deux jours) et puis Morgan Stanley est ÉGALEMENT venu exprimer son angoisse sur la montée en puissance du « passive investing », ce n’est pas les premiers ni les derniers, mais en même temps ce marché manque tellement d’originalité, que l’on ne peut pas non plus s’attendre à autre chose.

Le Barron’s pense que l’or et l’argent sont encore plus faiblards qu’ils en ont l’air. Ils proposent quelques biotechs a jouer pour la saison des trimestriels, il s’agit d’Alexion, Biogen, Gilead et Regeneron. Et puis on n’en parle plus, mais le secteur des semi-conducteurs remonte gentiment après la récente correction.

Actuellement les futures sont légèrement en hausse en attendant la publication des chiffres de Pepsi et de YumBrands. Côté chiffres économiques, nous aurons aussi la production industrielle en Italie, le Redbook aux States ainsi que les JOLTS et pas mal de Présidents de la FED qui parleront. Ça nous donnera un peu de quoi patienter (encore) jusqu’à demain.

En attendant – vu que c’est ce que l’on fait de mieux actuellement – je vous souhaite une très belle journée et je vous retrouve demain pour de nouvelles aventures que j’imagine passionnantes. Que votre mardi vous soit agréable.

Thomas Veillet
Investir.ch

“If you are not willing to own a stock for 10 years, do not even think about owning it for 10 minutes.”

Warren Buffet

J'aime cet article 56

Annonce

Il n'y a aucun article dans cette catégorie.

Nos partenaires