Chiche que t’oses pas !

Chiche que t’oses pas !

Il y a des matins comme celui-ci, on n’a pas besoin de trop se poser de questions pour savoir quoi raconter et comment « expliquer » la baisse d’hier ; vous avez deux débiles mentaux qui ont chacun le doigts sur le bouton nucléaire potentiel, les deux ont le QI d’une moule avariée et les deux pensent que l’autre est trop con pour dialoguer…

L’Audio du 11 août

Résultat, les pauvres investisseurs se retrouvent pris entre le marteau et le cinglé et les marchés baissent.

CQFD. Il n’y a pas besoin d’aller plus loin. Hier le S&P500 est enfin sorti de sa série de séances « sans bouger de plus de 0.5% », puisque l’indice termine en baisse de 1.45%, le Nasdaq d’un peu plus de 2.10% et l’Europe était dans le même « mood », puisque la mode était aux « préoccupations » géopolitiques, puisque même si pas grand-monde croit que ça peut vraiment péter, dans le doute abstiens-toi disait l’autre…

Nous avons donc assisté à une vague de prise de profits en règle. Une hausse de la volatilité massive puisque soudainement tout le monde se dit que 11%, c’était quand même trop bas, surtout quand l’autre joufflu déclare que Trump n’est pas un homme avec qui ont peut avoir un dialogue et que seule la force pure fonctionne avec lui. La volatilité est à 16% ce matin. En hausse de 44% sur les dernières 24 heures.

Je dois dire que lorsque l’on entend les déclaration de Concon Second version coréenne, on ne peut pas lui donner complètement tort, Trump n’a sûrement pas été élu pour ses capacités de médiation, son langage éduqué, diplomatique et posé, et sa personnalité toute en diplomatie et en délicatesse. On peut imaginer que de temps en temps une bonne claque dans la gueule pourrait lui faire du bien. Mais de là à lui raser ses bases arrières à Guam, il y a tout de même un monde.

Et puis il faut aussi reconnaître que c’est quand même l’hôpital qui se fout de la charité quand on sait que le « petit criseux » qui dirige la Corée du Nord a tout de même fait le ménage dans son armée à coup de lance-roquettes parce que ses généraux « n’était pas d’accord avec lui ». Je ne le connais pas personnellement, mais si j’ai bien compris, ses méthodes laissent à penser que Pol Pot était un philanthrope.

Bref, ma tâche n’est pas de brosser le profil psychologique de deux des plus grands cinglés de la géopolitique mondiale – mais il faut reconnaître que ça aurait été moins problématique pour Wall Street, si le conflit était entre Guy Parmelin et Vladimir Poutine. On imagine que ça serait réglé depuis longtemps – juste le temps qu’il aurait fallu pour trouver un traducteur à Parmelin pour que quelqu’un lui explique que ça ne sert à rien de faire le malin avec une escadrille de FA-18 tronquée – tronquée surtout parce que notre propre armée s’est fait un devoir de les flanquer au sol elle-même sans se donner la peine de sortir le train d’atterrissage.

Peu importe, je m’égare.

Pour faire simple : les bourses ont « violemment » baissé hier, parce que le conflit Américano-Nord Coréen fait peur. En fait c’est pas tant le conflit qui fait peur, c’est les deux dégénérés qui gouvernent les deux pays qui font peur.

Donc on a baissé. Donc tout ceux qui prône le début de la fin du Bull Market sont sortis de leurs tanières pour nous dire que le jour de gloire était arrivé, qu’il faut virer les actions des portefeuilles, se protéger contre le feu nucléaire et la baisse des marchés, acheter de l’or, des pâtes et du riz et aller s’enterrer dans un camp de survie sous-terrain au fin fond du Tennessee ou de l’Alabama. Là où les indigènes parlent par onomatopées et fument des Lucky Strike et roulent en pick-up avec un autocollant sur le pare-choc arrière gauche qui dit : « Make America Great Again » et un sur le côté droit qui dit : « Kim, we’re coming ! ».

En conclusion, la géopolitique a pris le dessus et c’est sauve qui peut. Pour le moment. Même si Trump a « twitté » pour dire qu’il ne fallait pas s’inquiéter, que le « stock market » serait à nouveau en hausse dans « a couple of days » quand Kim Jong Un serait revenu à la raison.

Moi je dois dire qu’il y a deux choses qui me foutent la trouille…

a) Trump qui donne des conseils boursiers
b) Le fait que l’on doive « espérer » que Kim Jong Un revienne à la raison pour que ça se produise – sauf erreur, la raison il l’a perdue il y a un paquet d’années et il est peu probable qu’elle revienne ce week-end et que lundi il fasse un don à l’UNICEF et se lance dans la protection des baleines.

La bonne nouvelle dans tout ça, c’est que l’or a ENFIN commencé à monter !!! Enfin on va pouvoir devenir ou rester riches avec l’or. Quand on se réveillera en plein hiver nucléaire dans trois semaines, on pourra tranquillement aller à la boulangerie du coin payer notre pain en râpant nos lingot sur le comptoir de la boulangère, parce qu’il est pas certain qu’elle acceptera les paiement en Bitcoins. Ce matin l’or est à 1292$ et ce n’est que le début si l’on en croit Ray Dalio qui encourage tout le monde à acheter de l’or. Par contre si vous achetez de l’or pour faire les courses au mois de septembre, je ne saurais trop vous conseiller de l’acheter en « physique » et de le ramener à la maison, parce qu’au lendemain de la guerre nucléaire, je ne suis pas certain que l’UBS du coin sera ouverte aux horaires habituels et si vous leur demandez de vous livrer vos lingots à ce moment-là, je crains qu’il y ait un petit délai…

Le pétrole rebaissait à 48.30$ à cause des inventaires et parce que les gens vont mettre moins d’essence dans leurs voitures après la guerre. Le Bitcoin vaut 3421$ et le secteur de l’armement est en folie. Ce matin l’Asie continue de se faire taper dessus, puisque géographiquement, il y a quand même plus de chances que ça se passe là-bas. Sans compter que Guam, on ne sait pas trop où c’est et qu’Easyjet n’y va même pas.

Le Japon recule actuellement de 0.05% – on sent la peur et Hong Kong plonge de 1.9% pendant que la Chine abandonne 1.6%.

Le graphique qui se passe de commentaire

Pour les nouvelles du jour, on retiendra que Snapchat est au plus bas de tous les temps et que c’est confirmé, c’est une grosse daube, le titre perdait encore 13% hier. Nvidia a publié des chiffres tout en haut du range, la guidance est fantastique et ils sont super-bullish sur les cryptomonnaies. Mais comme il faut quand même trouver un truc qui ne va pas, les analystes on estimé qu’il y avait une baisse de revenus dans les datacenters.. du coup le titre perdait 7% after close hier soir. Il faut dire qu’hier soir, la couleur à la mode c’était le rouge.

Autrement, le Barron’s pense qu’il faut acheter Trip Advisor, Goldman Sachs utilise la tribune du même journal pour proposer des investissements dans le secteur du retail, même si Macy’s s’est fait démonter hier soir.

Dans le reste des nouvelles, c’est principalement – vous vous en doutez – de la géopolitique, alors à moins que Roche décide de fusionner avec Novartis d’ici le lunch de midi, on devrait principalement parler des rhétoriques de Kim Premier et de la poésie élaborée de Donald. C’est ce qui devrait nous donner le ton du marché… et le taux de descente aussi.

Pour le moment les futures sont légèrement en baisse (encore) et on attend les CPI’s en Allemagne, en France, en Italie et en Espagne. Il y aura également le CPI aux USA.

Voilà. La suite des événements ne sera, pour le moment, pas dictée par Yellen ou Draghi, on peut donc encore moins prévoir l’avenir que nous le pouvions il y a 10 jours. Je vous recommande de prendre votre petit déjeuner comme d’habitude, d’attendre ensuite le week-end, comme d’habitude et les choses devraient se calmer d’elles-mêmes. En même temps si elles ne se calment pas et qu’elles dégénèrent, je ne suis pas certain que les pondérations de vos portefeuilles soient vos préoccupations premières immédiates…

Que votre week-end soit bon… Moi je vais écrire la suite de mon bouquin, ça va m’occuper l’esprit. Et puis si vous voulez savoir où vont les marchés, retrouvez-moi au TJ ce soir… Passez une très belle journée et à lundi !

Thomas Veillet
Investir.ch

“If the American imperialists provoke us a bit, we will not hesitate to slap them with a pre-emptive nuclear strike. The United States must choose! It’s up to you whether the nation called the United States exists on this planet or not.”

Kim Jong Un

J'aime cet article 156

Annonce

Il n'y a aucun article dans cette catégorie.

Nos partenaires