«La belle de Cadix a des yeux de velours – La Belle de Cadix vous invite à l’amour – La Belle de Cadix a des yeux langoureux – La Belle de Cadix a beaucoup d’amoureux». Créée à Paris en 1945, la pièce musicale «La Belle de Cadix» avait dans le rôle principal Luis Mariano qui sera aussi le héros du film du même nom (1953). Mais au-delà de la chanson il y a un lieu qui mérite une visite.

La ville de Cadix a été fondée par les Phéniciens vers l’an 1100 avant JC. Ce peuple de commerçants lui avait donné le nom de Gadir. Un port y a été construit et les habitants avaient érigé un temple dans lequel se trouvaient les cendres d’Hercule. Voilà pourquoi les habitants de la ville choisirent ce héros de la mythologie grecque comme fondateur de la ville et que son image est présente sur le blason de la ville.

Mais c’est pendant l’Empire romain que cette ville connût son apogée. Le XVIIème siècle lui apportera un sursaut de splendeur avec le développement du commerce avec le Nouveau Monde.

C’est ainsi que Cadix donne aux visiteurs un air de ville coloniale avec ses étroites et longues ruelles. Avec ses places, ses jardins et son bord de mer la ville rappellerait même la Havane.

Mais Cadix ce sont aussi les tapas. Mais au fait, quelle est la définition de «tapas»? Selon l’Académie Royale de langue espagnole, «tapa(s)» signifie  «petite portion d’aliments qui est servie en accompagnement d’une boisson». Depuis 1939, cette académie a même situé ce mot en le définissant comme étant typique de l’Andalousie.

Certes, mais qu’en est-il de l’histoire des tapas ? Certains prétendent que le roi Alphonse X aurait imposé les tapas pour que ses soldats aient quelque chose à manger avec chaque verre de vin, réduisant ainsi les effets de l’alcool. D’autres racontent que le roi Alphonse XIII, lors d’un voyage à Cadix, aurait mangé dans le restaurant “Ventorillo del Chato” (qui existe toujours) et pour protéger ses aliments du vent les aurait recouverts d’une tranche de jambon ou de pain.

Mais la théorie la plus largement acceptée aujourd’hui prétend que les tapas proviennent du 16ème siècle, quand le roi Felipe III tenta de limiter l’ivresse sur la voie publique en forçant les aubergistes à servir des petits plats avec les boissons.

Visiter cette ville et manger est un plaisir qui se décline à Cadix. Chaque ruelle apportera au visiteur une nouvelle occasion de boire un verre de «fino» ou de bière tout en dégustant ces fameux petits plats. Et si le visiteur voulait se retrouver dans un restaurant contemporain mais qui garde une cuisine traditionnelle, bonne et conviviale alors il pourra manger au «Balandro».

L’ambiance est toujours festive et rappelle au visiteur qu’il est en Andalousie alors on discute, on partage plusieurs tapas et on boit. «Buen provecho».