La fin est proche. Courage, fuyons !

La fin est proche. Courage, fuyons !

Il y a un symptôme qui démontre que les marchés sont complètement paumés, c’est le syndrome de la masculinisation des marchés. Comprenez quand les investisseurs ne sont capables de se concentrer que sur une seule chose à la fois. Et hier était le parfait exemple. C’est bien simple ; que ce soit en Europe ou aux USA, les indices n’ont baissé que pour une seule raison :

L’Audio du 10 novembre 2017

L’éventuel délai de la mise en place de la réforme fiscale américaine qui est censée permettre aux très riches de payer moins d’impôts, parce que tu comprends, un jet et un yacht, avec le pétrole qui monte, ça commence à coûter cher. En plus que l’on n’a même plus le droit d’avoir une offshore pour faire son optimalisation fiscale, la vie est devenu soudainement très compliquée pour eux.

Donc hier, comme disait Coluche, on s’est autorisé à penser – c’est même pas sûr – que la réforme fiscale de Donald Trump ne serait mise en application qu’en 2019 et pas en 2018. Et du coup, l’Europe s’est pété la figure et ensuite, les USA se sont aussi pété la figure.

Je vous souhaite un excellent week-end et à lundi…
.
.
.
.
.
Attendez, ne partez pas, je rigole.

Quand je dis « pété la figure », on peut relativiser, je le conçois, mais de nos jours quand le DAX perd 1.5% et que le Nasdaq recule de « presque » 0.6%, on peut dire « péter la figure ».

On ne va donc pas trop revenir sur les détails de ce délai, puisque c’est même pas sûr, mais le marché s’est soudainement demandé si il n’avait pas mis un peu trop d’espoir dans cette réforme fiscale. Sachant que ça fait quand même une année que l’on monte sans discontinuer là-dessus, on peut légitimement se demander si l’on n’est pas en train d’avancer aux vapeurs d’essence. Nous nous sommes déjà posé la question plusieurs fois ces derniers mois, en général c’est un passage obligé. Mais la fin, on rachète toujours parce qu’on sait bien qu’il faut « acheter la rumeur et vendre les faits » – et pour l’instant, tout n’est que rumeur. Et même si la réforme est repoussée, ça ne veut pas dire que l’on ne va pas la mettre en place un jour, donc l’espoir sera encore là… Eureka.

Bref, hier soir les Bears sont revenus au galop et comme un ours ça galope tout de même à près de 50 kilomètres à l’heure on a fait ni une ni deux, on a tout vendu (mais prudemment quand même).

Il n’y a franchement rien d’autre à ajouter que cela, si ce n’est que Roku a pris 55% après sa publication de la veille, que Snap s’est encore pris 4% dans les dents et que c’est limite drôle. Vestas Wind s’est fait démonter de 20% après un trimestre immonde dû à l’augmentation de la compétition et des inquiétudes sur le prochain trimestre. Burberry’s a raté son trimestre aussi et prenait 10% dans les dents.

Voilà voilà, la journée d’hier se résume à peu près à ça. Après vous trouverez des experts pour vous dire que les intervenants achetaient de l’or pour se protéger d’une Apocalypse financière. Et ça n’est pas complètement faux, mais en voyant l’engouement sur l’or (+0.35% à 1287$), on peut se demander jusqu’à quel point le type qui achetait de l’or hier croyait vraiment à un krach ou était-ce juste pour rigoler avant d’aller acheter du Bitcoin ? Qui lui est à 7250$, ça fait quand même 4 jours qu’il baisse.

Le pétrole est là où il est depuis 3 jours. L’Arabie Saoudite continue d’arrêter à tours de bras et tout le monde s’en fout. Ce matin le Nikkei est en chute libre (-0.9%) à cause de la « correction massive des marchés occidentaux ». Oui, je sais mes mots sont quelques peu exagérés, mais il faut se mettre au goût du jour, en 2017 ; une journée de baisse de 0.5% à New York équivaut largement à une baisse de 3% à l’époque de la crise grecque. Tiens, d’ailleurs, la Grèce, ils en sont où ??? Ah oui… tout le monde s’en fout, j’avais oublié qu’ils n’étaient pas actif dans les semi-conducteurs et ne faisaient pas dans la techno mais dans l’ouzo.

Mais je m’égare.

Mis à part la baisse ultra-violente du Nikkei ce matin – là, je dis ultra-violente, c’est surtout pour vous garder « aware » jusqu’à la fin de la chronique. Donc mis à part la baisse ultra-violente du Nikkei, la Chine et Hong Kong sont immobile tel le tigre qui guette sa proie au détour d’une forêt du Bengale.

Dans les nouvelles du jour, NVIDIA a nettement battu les attentes hier soir et montait de 2% after close. Et puis il y a un métier d’avenir qui est en train de se dessiner à Hollywood, c’est acteur ou producteur, parce qu’hier il y a encore deux qui se sont fait choper le pantalon en bas (c’est le cas de dire) et qui sont accusé de harcèlement et de tentative de viol. Il y a donc plein de places qui sont en train de se libérer. Oui, Steven Seagal a été accusé d’avoir tenté d’abuser d’une actrice lors d’un casting. Le « maître d’Aïkido devrait pourtant savoir que se déplacer lors d’un combat est primordial et avec le pantalon sur les chevilles, c’est pas facile.

Oui, je sais ça n’a pas grand-chose à voir avec la finance, mais en même temps quand vous voyez ce qu’il y a à dire sur la finance, des fois on cherche d’autres trucs.

Autrement on retiendra que 150 milliards d’assets ont quitté les fonds actions « actifs », malgré une amélioration des performances par rapport aux autres années. Trump est en Chine et est en train d’expliquer aux Chinois que s’il y a un déficit de la balance commerciale, c’est tout de la faute des anciens Présidents Américains. Il ne va pas avoir que des potes au prochain enterrement d’un ancien Président. Celui de Bush père probablement.

Le marché vient de vivre sa première journée de baisse en 7 séances et le Barron’s publie déjà un article qui dit « attention, il y a des fissures dans le marché » – la course à celui qui vendra le premier a déjà repris. Autrement le journal financier pense que le rallye sur le pétrole va bien finir par s’arrêter. C’est un coup sûr. Comme le fait que le même pétrole allait à 20$.

Côté chiffres économiques, nous aurons la Production Industrielle en France et en Angleterre et puis les chiffres de la consommation version Université du Michigan. Pour les trimestriels c’est vendredi, il n’y aura pratiquement rien.

Et là, après 3 pages de chronique boursière, je me dis que j’aurais aussi bien pu vous dire : « La bourse a baissé parce que la réforme fiscale américaine pourrait être repoussée à 2019, bon week-end. »

Alors vous savez quoi ?

Excellent week-end et à lundi.

Thomas Veillet
Investir.ch

“Lead me, follow me, or get out of my way. “

General Patton

J'aime cet article 92

Annonce

Il n'y a aucun article dans cette catégorie.

Nos partenaires