Les pays émergents européens se portent bien…

Les pays émergents européens se portent bien…

La Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD) a révisé à la hausse ses prévisions de croissance économique pour 2017, avec des niveaux d'exportation plus élevés, une reprise des investissements et une hausse des prix des produits de base soutenant une reprise généralisée.

La croissance moyenne dans la région de la BERD est de 3,3 % cette année, soit une hausse de 0,9 % par rapport aux prévisions du mois de mai et une croissance de 1,9% en 2016.

Cette année, le rythme de croissance s’est accéléré dans 27 des 37 économies de la BERD pour la première fois depuis 2010. Les économies de la région, à l’exception de l’Azerbaïdjan et de l’ancienne République yougoslave de Macédoine, ont enregistré une croissance positive au premier semestre de l’année. Plusieurs pays, notamment la Roumanie et la Turquie, connaissent des taux de croissance comparables à ceux d’avant la crise du milieu des années 2000. La croissance dans la région devrait se poursuivre en 2018, mais à un rythme légèrement plus modéré de 3,0%.

L’économiste en chef de la BERD, Sergei Guriev, a déclaré: “La reprise à grande échelle est un développement très positif. Cela crée également une fenêtre d’opportunité pour mener des réformes qui assureront la durabilité des taux de croissance plus forts à long terme. “

L’économie de la Russie est sortie de la récession après une contraction économique cumulée de 3% au cours des deux dernières années. La Russie devrait connaître une croissance du PIB de 1,8 et 1,7 pour cent en 2017 et 2018, respectivement. L’augmentation du prix du pétrole – par rapport à 2016 – a été un facteur positif pour la Russie, ainsi que pour les autres exportateurs de matières premières et pour les pays d’Asie centrale et d’Europe orientale et du Caucase qui dépendent de la Russie pour leurs exportations. Cependant, le rapport indique que l’activité d’investissement en Russie est limitée par l’incertitude économique, et des signes de stress sont apparus dans le secteur financier.

Après un ralentissement en 2016 lié à la baisse des niveaux d’investissement, la croissance en Europe centrale et dans les pays baltes devrait s’accélérer pour atteindre près de 4% en 2017, avant de se stabiliser à environ 3,5% en 2018. Dans cette sous-région, les pénuries de main-d’œuvre qualifiée peuvent freiner la croissance potentielle à moyen terme.

En Pologne, où la croissance devrait atteindre 4,1% cette année, le rythme ralentira à 3,4%, l’impact ponctuel de l’augmentation des paiements sociaux disparaissant. Les perspectives économiques à court terme se sont améliorées en Hongrie en raison des réductions des taux de l’impôt sur les sociétés et des cotisations de sécurité sociale ainsi que de l’augmentation du seuil minimal des salaires.

En Europe du Sud-Est, la croissance moyenne devrait également s’accélérer, atteignant 3,6% en 2017 avant de ralentir à 3,3% en 2018. L’économie grecque a retrouvé la croissance au premier semestre grâce aux progrès des réformes et à l’amélioration de la confiance des investisseurs et des consommateurs.

La croissance en Europe de l’Est et dans le Caucase devrait passer de près de zéro à près de 1,5% en 2017 bien que l’économie de l’Azerbaïdjan devrait rester en récession. Une reprise progressive dans la région devrait se poursuivre en 2018.

La croissance en Turquie devrait s’accélérer pour s’établir à 5,1% en 2017 grâce aux mesures de relance gouvernementales, avant de ralentir à 3,5% en 2018, l’impact budgétaire se dissipant.

Les économies du sud et de l’est de la Méditerranée devraient afficher une croissance de 3,8% en 2017 et 4% en 2018, soutenue par la mise en œuvre des réformes et la poursuite du redressement dans le secteur du tourisme ainsi que des rebonds des exportations en Égypte et en Jordanie. Le Maroc est le seul pays de la région SEMED qui devrait connaître un ralentissement de la croissance en 2018, l’effet de base de la reprise agricole en 2017 (après une très mauvaise année 2016) étant supprimé.

Cependant, le rapport indique également que les perspectives actuelles sont sujettes à de nombreux risques, notamment des tensions géopolitiques, des menaces persistantes pour la sécurité, l’attrait grandissant des politiques anti-globalisation populistes dans les économies avancées et un degré élevé de concentration dans les sources de croissance mondiale.

J'aime cet article 44

Annonce

Nos partenaires