Et si l’on s’intéressait plus à la FED qu’au Département RH de la Maison Blanche

Et si l’on s’intéressait plus à la FED qu’au Département RH de la Maison Blanche

Si l’on en croit la presse de ce week-end, LE FOCUS de la semaine sera complètement dédié à la réunion de la FED américaine. Ce n’est pas parce que cette fois, ils vont mettre une ambiance de folie et que pour une fois elle se déroulera sur une plage à Ibiza, non, c’est juste que c’est la première réunion présidée par Powell et qu’on ne sait jamais, mais en plus, statistiquement il est plus que probable qu’il nous annonce SA première hausse des taux. La première des trois prévues par le monde des stars visionnaires de la finance mondiale.

L’Audio du 19 mars 2018

Donc pour la première fois depuis des jours et des jours, on va se reconcentrer sur la vraie économie et cesser de se demander quelle sera la prochaine connerie de Trump ou quel sera le prochain licenciement effectué sur Twitter. Pour une fois nous devrions pouvoir retourner dans « le concret », dans la vraie économie, celle qui est menée et pilotée par les « vrais pros » de la Banque Centrale Américaine. Pas besoin d’avoir fait de longues études pour savoir que l’on ne va parler que de ça jusqu’à l’annonce officielle de mercredi soir et qu’ensuite on parlera de ce que l’on fera pendant le week-end. Après c’est les vacances des Pâques pour 2 semaines, alors qui se préoccupera encore du monde merveilleux de la finance mondiale ? Hein, qui ?

En attendant on retiendra que les marchés n’ont fini nulle part vendredi, mais en même temps comme vendredi c’était il y a des années en terme de mémoire boursière, cela n’a que l’importance que l’on voudra bien lui donner. Néanmoins, alors que les intervenants avaient les yeux rivés sur le prochains licenciement de la Maison Blanche – espérant secrètement que le nom de Trump sorte au tirage – les chiffres économiques de l’Université du Michigan ont été publié et globalement, sans aller dans les détails, ils sont canons ; la confiance du consommateur est au plus haut depuis 14 ans et les Bears sont quasiment en voie de disparition. On sait tous que la manière de calculer ces chiffres économiques est plus que douteuse, mais sachant que la plupart des chiffres économiques sont douteux et révisés trois fois dans les semaines qui suivent, on va faire ceux qui y croient encore.

D’ailleurs le marché y a cru. Pendant au moins jusqu’à la clôture pour terminer la séance à peu près nulle part au milieu de rien. En revanche les Européens ont fini leur semaine sur une note que je qualifierai de « presque enthousiaste », il faut dire qu’une fois que les marchés eurent finalement réussi à ouvrir – le DAX ayant connu un petit retard à l’allumage qui a retenu les fauves dans les starting-blocks – les indices locaux sont partis à la hausse parce que :

– Les chiffres économiques US étaient tellement bons qu’ils faisaient monter le dollar et quand le dollar il monte, forcément, l’Euro baisse. Et quand l’Euro il baisse, c’est bon pour l’Europe. Oui, je vous l’ai fait dix fois dans l’autre sens, donc forcément dans ce sens là, c’est mieux… Je répète, un Euro fort c’est pas bon pour les exportations, en revanche un Euro faible c’est bon pour les exportations. Donc vendredi avec un Euro faible, le DAX, quand il est ouvert, il monte.

Et il est monté.

En résumé la journée de vendredi était molle. Molle mais positive. L’Europe a mieux profité des bons chiffres américains que les Américains eux-mêmes, mais les Américains ils s’en foutent parce que cette semaine, c’est la semaine de la FED et ça va être trop cool d’écouter Powell mercredi soir. Sauf que mercredi soir c’est dans longtemps et qu’il va falloir s’occuper en attendant.

Alors en attendant on va continuer à surveiller le compte Twitter de machin avec les cheveux orange et l’élocution d’un enfant de 8 ans. On va se ronger les ongles en lisant les articles qui disent que les « tensions politiques mondiales » sont au plus haut depuis que Bush a envahi l’Irak – chiffres qui laissent tout de même une assez libre interprétation de la chose, puisque quand on pense qu’il y a trois mois Trump et Kimmy étaient à deux doigts de se finir au couteau à beurre sur la colline derrière le cimetière d’Arlington et maintenant ils « checkent » leurs agenda pour trouver une date pour un 18 trous. Pourtant les chiffres disent que c’est pire qu’il y a deux mois.

On ne sait pas trop comment ça se calcule, mais il faut tout de même retenir que ce matin, le risque est plus élevé que quand Bush a envahi l’Irak. Oui parce qu’une semaine boursière qui ne commence pas avec une note d’angoisse, n’est pas une vraie semaine boursière.

Ce matin l’Asie est en baisse, surtout le Japon qui est empêtré dans un scandale politique à très haut niveau. Il paraît que les politiciens japonais sont aussi pourris que leurs homologues Occidentaux, c’est bon à savoir.

Pour le reste :

1) on attend la FED
2) les futures sont en baisse de 0.25% ce matin
3) le Bitcoin s’est fait démonter ce week-end, mais les 7500 tiennent envers et contre tout. Ce matin la Cryptocurrency est de retour au-dessus des 8’000$ et tout va bien. Euh.. en fait non, parce que la moyenne des 50 jours se rapproche dangereusement de celle des 200 jours, ce qui – en cas de croisement – ne ferait pas un court-circuit, mais une DEATH CROSS …ouououououououhhhh.. une « croix de la mort »… ça fout les jetons. Donc en cas de croisement nous aurions un signal technique qui ferait que la mort serait à nos portes

Les experts en trading et en analyse technique qui peuplent nos contrées sont donc intraitables, en cas de DEATH CROSS, l’objectif pour le Bitcoin serait de 2800$. Pas 2784$, pas 2805$, non ! 2800$ tout rond.

Une des nouvelles du jour, en plus de la réélection surprise de Poutine. Poutine qui a tout de même cartonné en ramassant 74% des voix – un score démocratique pour l’exemple – on apprend aussi que Facebook est dans la tourmente parce qu’une société qui était active dans la campagne de Trump commence à avoir des casseroles au cul, mais tellement de casseroles que même les casseroles ont des casseroles (comme dirait l’autre). La société Cambridge Analytica aurait récupéré les données de 50 millions d’utilisateurs et s’en serait servi pour élaborer un logiciel permettant de prédire et d’influencer le vote des électeurs.

Bref, Facebook hurle au viol et coupe les accès de la société qui « auraient menti » et « n’aurait pas respecté les règles de déontologie du réseau social » – on est content d’apprendre qu’il y a une déontologie dans les réseaux sociaux. Mis à part c’est le bordel, tout le monde crie, tout le monde pleure et Facebook est dans la tempête. En même temps, j’adore tellement les gens qui mettent leurs photos de vacances en string sur la plage sur leur profil Facebook et qui viennent ensuite hurler parce qu’on « utilise leurs données personnelles sans leur consentement »…ououououoh.. c’est vrai que c’est pas gentil.

En conclusion, pour les nouvelles de ce lundi on apprend que la Russie a un Président qui est réélu pour la quatrième fois avec une score qui rendrait jaloux Kim Jong Un, la Chine a un Président à vie et le mur de Berlin va bientôt être reconstruit. Pendant ce temps, Facebook couine parce qu’on a violé la «vie privée » de ses membres – c’est là où vous DEVEZ penser à un truc triste pour ne pas rire – tiens, pensez à Parmelin qui parle anglais ou mieux, Parmelin qui parle tout court – et puis on attend la FED parce que ça sera sûrement MIEUX après la réunion de la FED. C’est toujours mieux après, on a toujours plein de trucs à dire.

Pour ce qui est des chiffres économiques ce matin, en dehors du fait que c’est un jour férié à Malte et que l’on aura le Trade Balance en Europe, le reste c’est mort. On va donc attendre la FED. D’ailleurs je devrais peut-être hiberner jusque là. Bonne journée à tous, bon début de semaine et on se revoit quand il y aura des choses à dire.

Bon lundi à tous.

Thomas Veillet
Investir.ch

« The supreme quality for leadership is unquestionably integrity. Without it, no real success is possible, no matter whether it is on a section gang, a football field, in an army, or in an office. »
Dwight D. Eisenhower

Pas sûr que tout le monde soit d’accord ….

J'aime cet article 132
Annonce Suivez nous sur Linkedin

Il n'y a aucun article dans cette catégorie.

Nos partenaires