Smart ou beta? Quelques éléments de réponse…

Smart ou beta? Quelques éléments de réponse…

La société FTSE Russell publie leur cinquième sondage sur l’utilisation des produits «smart beta». La période analysée couvre la période courant de 2014 à 2018 et montre l’évolution de cette stratégie. Plusieurs centaines de gestionnaires gérant plus de 10 trillions de dollars ont été consultés.

Environ 48% des gérants sondés ont adopté ce genre de produit et ce chiffre augmente à 91% si nous tenons compte de ceux qui ont analysé ou pensent acheter ceux-ci.

Selon Morningstar, les encours sont passés de 280 milliards de dollars en 2012 à 999 milliards en 2017. Ces chiffres comprennent plusieurs instruments dont les fonds mutuels et les ETF utilisés par des investisseurs institutionnels comme privés.

Les ETF représentent la partie la plus importante de cette somme. Ceux-ci ont été désignés comme les outils les plus communément utilisés (51% des réponses) pour une allocation dite tactique. En date du 30 mars 2018, Morningstar calcule 813 milliards d’encours dans les ETF.

Une autre façon d’appréhender ce phénomène est de voir l’évolution du nombre de produits mis à disposition des investisseurs. Le graphique suivant montre que dans le monde des ETF 66 produits ont été créés en 2013 mais 302 en 2017.

L’adoption a été plus prononcée en Europe qu’aux Etats-Unis. Une des explications serait que les européens soient plus désillusionnés par la gestion active que les natifs d’Outre-Atlantique. Mais une autre explication se trouve dans le fait que les caisses de pensions du Vieux Continent sont plus insistantes sur la réduction des coûts de gestion des avoirs.

Cette tendance de réduction des coûts de gestion est une réalité observée depuis ces cinq dernières années et coïncide certainement avec la baisse des rendements obligataires constatée en Europe. Le graphique suivante montre que la baisse des coûts est un des objectifs majeurs de la sélection de produits avec plus de 30% des réponses abondant dans ce sens.

Les investissements socialement responsables font aussi leur apparition dans l’univers du « smart beta ». Les produits présentant les deux approches se marient pour la plus grande satisfaction de plusieurs investisseurs. Parmi les ETF les experts de FTSE Russell indiquent que ces nouveaux produits croissent surtout dans les marchés européens.

Mais quelles sont les motivations premières des investisseurs ? Selon les sondés, la tendance 2018 est au « societal good » mais est aussi liée au risque. Ces deux éléments étaient aussi fortement sollicités en 2017. La performance ne figure qu’au troisième rang.

L’étude conclue sur le degré de satisfaction des investisseurs. Remarquons que une très faible minorité se considère insatisfaite par le « smart beta ».

J'aime cet article 12
Annonce

Il n'y a aucun article dans cette catégorie.

Nos partenaires