Malgré les nouvelles concernant la guerre commerciale déclarée par les Etats-Unis contre la Chine et d'autres partenaires commerciaux, les investisseurs en fonds de placement et en ETF ont continué d’investir dans les marchés émergents pour la semaine du 15 août 2018. Le groupe des marchés émergents, selon la classification de Lipper, a attiré ainsi quelques 360 millions de dollars nets pour la semaine malgré des mauvaises performances boursières.

Depuis le début de l’année, ce groupe a engrangé 15,5 milliards de dollars nets. Soulignons que le groupe des fonds des marchés émergents comprend quatre classifications selon Thompson Reuters Lipper: les fonds de la région de la Chine, les fonds des marchés émergents globaux, les fonds de la région de l’Inde et les fonds de l’Amérique latine.

En termes de flux, le sous-groupe indien a enregistré les plus importants retraits en 2018, avec une baisse d’encours d’environ 876 millions de dollars, suivi par les fonds latino-américains (- 585 millions de dollars). Cependant, même après que le président Donald Trump ait attisé le feux de la guerre commerciale, qualifiant l’Union européenne et la Chine de manipulateurs de devises et critiquant aussi la politique monétaire du président de la Fed, les investisseurs ont continué à injecter des liquidités dans les fonds investissant en Chine (+2.6 milliards de dollars) ainsi que dans des fonds de marchés émergents globaux (+ 14,4 milliards de dollars). Signalons que les rendements depuis le début de l’année des fonds investissant en Chine sont négatifs en moyenne de 11,20%.

Source: Lipper

Plus globalement, les investisseurs ne semblent pas tenir compte de la baisse marquée des performances et injectent de nouveaux capitaux dans les pays émergents et ce, pour une sixième semaine consécutive. Rappelons que les fonds investissant dans les pays émergent baissent en moyenne de 10,95%, donc légèrement moins que ceux investissant en Chine.

Source: Lipper

Comme nous l’écrivions précédemment, l’Inde a enregistré le plus important retrait d’argent alors que ce marché “ne baisse” que de 7,26% depuis le début de l’année, ce qui est, paradoxalement, moins que la moyenne des fonds émergent globaux ou chinois. Récemment, les investisseurs semblent s’en rendre compte et recommencent à acheter les actions de ce pays.

Source: Lipper

Par contre, les investisseurs en Amérique latine vivent une autre situation et ont été mis à mal suite à plusieurs facteurs. Premièrement, le renforcement du dollar américain ainsi que ses effets sur les dettes des sociétés des pays émergents en général mais particulièrement dans les pays latino-américains, ont fortement pesé sur le moral des acheteurs. Les menaces des États-Unis d’augmenter les tarifs douaniers de l’acier et de l’aluminium aux partenaires commerciaux de l’ALENA, la volatilité des prix des matières premières et les élections présidentielles au Mexique, en Colombie et au Brésil ont particulièrement pesé sur les flux des fonds latino-américains. Depuis le début de l’année, les fonds investissant en Amérique latine, affichent une baisse de 11,45% ce qui représente la plus mauvaise performance des pays émergents. Les élections, les problèmes en Argentine et la crise vénézuélienne n’apporteront aucun répit aux investisseurs. Voilà pourquoi cette classe d’actifs subit encore des baisses significatives d’encours.

Source: Lipper