En août, la performance moyenne des caisses de pension de l’échantillon d’UBS s’affiche à -0,52%. Toutes les caisses n’ont cependant pas délivré une performance négative durant le mois.

Durant le mois, les risques géopolitiques ont perturbé les investisseurs. La crise entre les Etats-Unis et la Turquie s’est ajoutée à la guerre commerciale entre Trump et la Chine.

Les pays émergents souffrent d’un effet de contagion et les plus grandes baisses se sont déroulées principalement dans le marché des changes.

Les résultats des caisses de pension ont été affectés par tout ce qui est considéré comme risqué. En moyenne, les caisses de pension suisses de l’échantillon affichent une baisse de 0,52%. Le plus mauvais résultats est de -2,47%, réalisé par une caisse gérant moins de 300 millions de francs. Le meilleur, à +0,38%%, se trouve parmi les “grandes” caisses de pension.

Pour les 8 premiers mois de l’année, les petites caisses de pension ont plus souffert que les grandes ou les moyennes.

La crise des pays émergents a eu de fortes incidences sur les obligations étrangères qui perdent 2,17%. A contrario, l’appétit pour les emprunts libellés en francs suisses a été bénéfique pour cette classe d’actif.

Avec une performance positive de 0,60%, elles sont les seules à tirer leur épingle du jeu. Les actions ainsi que les hedge funds pèsent sur la performance générale.

Enfin, l’immobilier perd un peu de «terrain» et ce mois d’août présente la plus mauvaise performance des 12 derniers mois.

Sans surprise, les indices Pictet LPP les plus exposés aux actions montrent les moins bonnes performances sur le mois.

Source: Pictet

Depuis début 2010, les caisses de pension de l’échantillon d’UBS ont atteint un rendement moyen de 4,05% après déduction des frais. Les grandes caisses de pension occupent le premier rang avec une performance moyenne de 4,29% sur la période. Les caisses de taille moyenne se retrouvent au coude à coude avec les petites caisses avec une performance de 3,98%.

Le ratio performance/risque a augmenté en août par rapport au mois précédent. Ce ratio, sur les 36 derniers mois, se situe à 1,67 contre 1,35 précédemment. La forte hausse de ce ratio s’explique par la performance du mois d’août 2015 qui a été largement plus faible que celle du mois d’août 2018.

Les structures de placement ont peu évolué en août par rapport au mois précédent. Seule l’allocation immobilière a diminué. Dans le segment des actions, la pondération des actions mondiales est supérieure à celle des titres suisses. L’inverse est vrai dans le secteur des obligations.