Le Muppet Show au top de sa forme

Le Muppet Show au top de sa forme

Je crois que l’on vient de vivre l’une des journées les plus débiles de l’année.

L’Audio du 7 décembre 2018

Pourtant en 2018 on aura été servi. Mais là, on est passé carrément au-dessus dans le domaine de la bêtise humaine et dans notre capacité à voir 30 centimètres devant nous.

Il est temps d’arrêter pour cette année, parce que je crois que l’on est train de faire n’importe quoi. Avant on faisait n’importe quoi par moment, mais là j’ai le sentiment que l’on ouvre les marchés et on se dit : « Tiens, qu’est-ce qu’on pourrait faire comme connerie aujourd’hui ??? » et hop… On le fait.

Ensuite, 35 minutes plus tard on se dit : « Bon, c’est plus tellement drôle la connerie de ce matin. Qu’est-ce qu’on pourrait faire ou dire d’autre qui serait bien plus marrant ??? » et hop… On le fait.

Same player shoot again

Et ça continue jusqu’à la clôture.

Alors je ne sais pas si c’est le fait que plus de 60% du volume des marchés américains soit généré par des ordres automatisés qui fout un bordel monstrueux et qui transforme les bourses mondiales en mongoliens bipolaires. Ou que notre mémoire est inférieure à celle d’une huître pas fraîche oubliée au fond du frigo depuis le Nouvel An de 2014. Mais franchement, il y a de quoi s’inquiéter.

Je vais essayer de la faire courte, mais ça ne va pas être facile tellement la journée d’hier me paraît débile avec à peine 12 heures de recul…

La genèse

Au début il y a eu l’arrestation de la CFO d’Huawei

Hier matin quand nous sommes arrivés au bureau on a donc appris que LA numéro 2 de Huawei avait été arrêtée par les canadiens pour violation des sanctions iraniennes, espionnage et pour avoir collé un chewing-gum sous la table de la cafétéria.

Parce qu’évidemment, les USA n’espionnent pas, ne contournent pas, ne violent pas, ne détruisent pas, ne collent pas les chewing-gums sous les tables, mais là n’est pas la question.

Retour case départ

Cette arrestation a donc remis en question LA TOTALITÉ des moindres accords commerciaux passé, présent et futur entre la Chine et les USA. En gros, le « moratoire » obtenu 4 jours avant, on peut se l’accrocher derrière les oreilles et les 90 jours sont déjà terminés la Guerre est de retour, quand à la paix, on ne sait même plus comment ça s’écrit.

Il faut tout de même dire que la CFO en question est la fille du patron de Huawei et que le Monsieur en question semble plutôt bien connecté en Chine. Le gouvernement chinois a donc exigé la libération de la dame et tout est parti en vrille.

Les Européens sont partis en panique totale, la volatilité a explosé, les futures se sont pété la figure et l’ouverture de New York était promise au fond du trou après l’enterrement d’un des plus gros meurtrier de masse aux USA, qui a été célébré comme il se doit.

L’Europe toujours plus forte

En 2018 l’Europe aura donc officiellement encaissé toutes les mauvaises nouvelles de la planète mais beaucoup plus fort que les autres. Actuellement, alors que les indices américains sont pratiquement inchangés depuis le premier janvier, l’Europe oscille entre -16% pour l’Allemagne et moins 15% pour l’Italie. Même la France paralysée, bloquée et dirigée par un abruti qui n’ose même plus parler à la télé, fait moins mal en ne perdant que 10%.

Durant toute l’année, l’Europe aura absorbé toutes les mauvaises nouvelles, mais plus que les autres. Même si ça ne les regardait pas.

Un avion s’écrase dans le monde, il s’écrase systématiquement à Bruxelles, sur le parlement. Il y a un tsunami, c’est sur les côtes européennes qu’il se fracasse, une épidémie de grippe aviaire et de fièvre bovine en Asie, c’est les Européens qui tombent malade. Une vague d’immigration, c’est encore en Europe.

Bon.. ça c’est c’est le cas.

Mais bref, l’Europe s’en sera pris plein la gueule toute et l’année et bien plus que les autres.

Bilan du jour

Hier encore, les marchés européens se sont effondrés : le DAX -3.5%, le CAC –3.3%, l’Italie – 3.5% et l’Angleterre – 3.15% (même s’ils ne sont plus vraiment en Europe)… Le plus bas de l’année. La fin du monde, le bain de sang.

Et tout ça parce que l’on arrêté la CFO d’une boîte chinoise que personne ne connaissait avant (pas la boîte chinoise, la CFO)…

Dans la foulée les ricains ont fait pareil. Même réaction, même panique, les indices US étaient en baisse de 2.5% au paroxysme de la baisse. Toujours moins que les Européens qui avaient à cœur de faire beaucoup mieux, comme d’habitude.

Pan dans le pétrole, merci l’OPEP

Le pétrole se faisait défoncer aussi et revenait à 51$ parce que, je cite « on n’était pas vraiment sûr que l’OPEP coupe la production ». Comme depuis trois semaines, mais là hier on était « plus pas sûr par opposition à la semaine dernière où on était moins pas sûr »…

Quand je lis des trucs pareils, je serais client et investisseur, je serais terrorisé du niveau de connerie que l’on peut trouver dans les médias financiers, parce que je vous jure que je n’invente pas ce que j’écris, c’est le bilan de la baisse du baril d’hier. C’est comme ça qu’on peut analyser l’information.

Au secours !!!

Mais ce n’est pas fini.

Et tu creuses et tu creuses

Les marchés européens ont fermé au fond du trou du fond trou. Puis comme ils ont trouvé qu’ils n’étaient pas assez bas, ils ont même creusé un peu plus bas.

Les marchés US étaient en baisse de 2.5%. L’Apocalypse était à nos portes et les rats avaient déjà commencé à envahir les rues. Le ciel se couvrait, les nuages s’amoncelaient et il y avait un mec avec une robe noire et une faux qui se baladait devant les marches du bâtiment de Wall Street.

Sauf que là…

Sauf que là, le Wall Street Journal a publié un rapport comme quoi « on s’autorisait à penser, dans les milieux autorisés, que la FED était un peu moins encline à monter les taux par opposition à AVANT ou elle était un peu plus encline à monter les taux »…

Et le marché est remonté.

Apollo, le retour

Le marché a laissé les Européens qui étaient fermés, au fond du trou et les indices américains ont terminé presque inchangés. L’Europe se prenait sa plus grosse taule depuis 2 ans et demi et les USA s’offraient leur plus gros « reversal » depuis la même époque à peu près.

Et à ce moment vous regardez les indices et vous vous dites : « ça c’est le monde des « professionnels » de la finance ???? Mais est-ce que par le plus grand des hasards on ne nous prendrait pas pour des cons »…

Et ça serait légitime.

En résumé à 17h30, à la clôture européenne on avait une grosse envie de s’ouvrir les veines avec la tête dans le four à gaz et à 22h00, on se disait que finalement c’était « pas si mal ce qui se passait »…

Débile, débile, débile

Bref.. Le marché est débile, les algos sont débiles et il y a une absence totale de bon sens dans ce qui se passe. Sans compter que pendant que les marchés se la jouent « danse de Saint Guy », les monnaies ne bougent pas et l’or bouge à peine. Ce qui ne correspond pas au krach que l’on veut bien nous vendre.

Alors voilà. Ce matin la CFO de Huawei est toujours en taule, mais au moins on sait maintenant que c’est une femme et que c’est la fille du patron et que ça serait quand même plus simple si on la remettait en liberté en lui offrant un sac Hermès au passage.

Les marchés asiatiques repartent à la hausse, timidement. Les futures US sont légèrement en baisse, mais l’Europe a 3% de retard à rattraper. L’or est à 1244$ et le pétrole… franchement, le pétrole vais même plus en parler tant que l’OPEP ne sera pas au clair.

Mais une chose est sûre, je serais l’autorité mondiale des marchés financiers (qui n’existe pas), je recommanderais la clôture des marchés jusqu’en 2019. Parce que jusque-là, l’année aura été débile, stupide, des fois incohérente et souvent irrationnelle, mais là on frise l’internement psychiatrique.

Nouvelles neuves

Dans les nouvelles du jour, on parle évidemment de Huawei, de sa CFO, des investisseurs qui retirent de l’argent des fonds, du BREXIT que May ne contrôle plus, de la courbe des rendement qui s’inverse (et qui pourrait faire baisser les indices de 15% si elle s’inverse vraiment) et surtout du fait que le S&P et le Dow Jones s’approchent dangereusement d’une zone de « death cross ».

Alors j’en ai déjà régulièrement parlé ici. Lorsque la moyenne mobile des 50 jours coupe la moyenne mobile des 200 jours en passant par en-dessus, c’est un signe de changement de tendance et ça fait toujours peur parce que ça veut dire que l’on pourrait éventuellement entrer en Bear Market pendant des mois et des mois et qu’à la fin on ira dans la rue faire la manche en disant : siouuuplaît…

Sauf que quand on regarde les statistiques sur les 50 dernières années, il arrive que la Death Cross entraîne le marché plus bas sur le mois suivant, mais sur le trimestre suivant c’est récupéré et même bien plus haut et dans l’année qui suit, on ne sait plus comment on écrit Death Cross.

Alors si l’on regarde ces statistiques, il y a de quoi se calmer un peu l’esprit et voir un peu plus loin. Sauf que « voir plus loin » est une faculté que le monde merveilleux de l’investissement ne possède plus du tout, trop occupé à identifier le prochain krach ou à chercher la prochaine fin du monde, qui devrait arriver dans la minute qui vient.

Virez Bolton… Vite

Autrement on apprend que Bolton était au courant avant Trump que la CFO de Huawei allait être arrêtée. Je vous le dis, ce mec doit être mis hors d’état de nuire au plus vite. C’est un danger public qui donne l’impression que Charles Manson était un type sympa et qui donne envie d’apprécier Hitler. Et puis mis à a part ça, le Bitcoin se fait défoncer de 10% ce matin, pour la 823ème fois de l’année. Il est d’ailleurs au plus bas de l’année.

Côté chiffres du jour, c’est le premier vendredi du mois, c’est donc chiffres de l’emploi. Selon les « experts », ils pourraient être très forts, ce qui foutra les jetons à tout le monde parce que ça voudra dire que c’est inflationniste et que donc la FED va monter les taux et que le rats vont revenir dans la ville.

Et puis lundi on se rendra compte qu’en fait il y a eu beaucoup de création d’emplois saisonniers à cause du Black Friday et de tout ceux qui vont se déguiser en Père Noël et faire HOHOHO à l’entrée des grand-magasins et tout sera oublié.

Aux Champs Élysées

En revanche, en France ça sera plus compliqué d’aller faire les courses sur les Champs Elysées, ou alors casqué. Mais que l’on se rassure, le Roi de France parlera à ses sujets la semaine prochaine, quand il aura fini sa partie de jeu de paume et que les incendies seront éteints à Paris.

Sur ce, je crois qu’il est de bon ton de conclure cette chronique par une citation d’Einstein qui disait : « Il n’existe que deux choses infinies, l’univers et la bêtise humaine… mais pour l’univers, je n’ai pas de certitude absolue »…

Bon week-end et à lundi.

Thomas Veillet
Fondateur du site Investir.ch

Il n'y a aucun article dans cette catégorie.