Un dîner (presque) parfait

Un dîner (presque) parfait

Nous sommes en décembre. Dehors il fait froid. Mais pas encore le froid sec de février, le froid humide de décembre qui ne sait pas encore très bien si nous sommes en automne ou en hiver, cette espèce de saison pourrie entre deux saisons qui ne sait pas ce qu’elle se veut.

L’Audio du 6 décembre 2018

Une saison qui ressemble furieusement au marché boursier en cette année de l’an 18 après la bulle internet et de l’an 1 après bulle du Bitcoin.

Je suis chez le dentiste, attendant de me faire charcuter avec une angoisse non dissimulée – comme à chaque fois – comme à chaque fois, je fouille dans les magazines qui traînent sur la table et entre un vieux Bilan d’il y a huit mois qui parle d’intelligence artificielle et d’un magazine féminin qui vante les qualité d’investisseur en Bitcoin de Nabilla, (cette courge ayant recommandé le Bitcoin il y a un an à 19’000), il y a un journal plus ou moins récent qui parle du G-20 du week-end dernier…

En première page de ce journal, juste à côté d’un article de fond sur le pourquoi du comment c’était intelligent de NE PAS accorder des subventions aux paysans de montagne qui ne coupent pas les cornes de leurs vaches, il y a un article qui s’intitule : « Le dîner le plus important de l’année ».

Baisers de Buenos Aires

Vous l’aurez compris, cela fait référence au dîner qui a eu lieu le dimanche 2 décembre à Buenos Aires – entre Trump et le CEO de la Chine, Xi Jinping.

Le journaliste ou l’expert en finance qui le rédige est un type comme moi. Un gars qui n’en sait pas forcément plus que vous, mais qui essaie de tirer son épingle du jeu en mettant les choses à plat et en prenant des positions claires et tranchées sur ce qui se passe. Le tout en faisant croire que la finance c’est compliqué et qu’il faut avoir fait de longues études, alors que souvent, ça se résume en en gros pile ou face.

Dans son article il aborde le sujet de ce dîner et ce qu’il en est ressorti comme étant LE SUJET de l’année et l’ANNONCE QUE L’ON ATTENDAIT depuis que le monde est monde et que l’on a découvert que l’eau ça mouillait et que si l’on plonge Emmanuel Macron dedans pendant plus 5 minutes, on débloque tous les giratoires de France en même temps.

Sérieusement ?

Alors en effet, on attendait un peu sur ce G-20 et sur le Tango Économique annoncé entre les deux leaders du monde libre et pas libre. Mais de là à dire que l’on n’est venu que pour ça en 2018, ça me paraît tout de même un peu tiré par les cheveux (oranges) du Président Américain.

Encore une fois, depuis le début de l’année, les marchés boursiers m’auront fasciné par leur capacité à vivre le moment présent. On aura finalement passé notre année à « attendre-un-événement-spécifique-qui-va-tout-changer », pour finalement se rendre compte que ça n’a rien changé du tout, que les taux sont au même endroit, qu’une Tesla ne remplacera jamais un bon vieux V8 essence, qu’il y a 1% de bipolaires en Suisse et que la plupart sont au gouvernement genevois et qu’ils ne savent pas faire la différence entre deux cartes de crédit. De facto, il ne nous restait plus qu’à attendre le prochain événement qui allait tout changer à son tour. Lui aussi.

Devenez Membres MAINTENANT, pour payer votre prochaine voiture 30% moins cher plus tard !!!

La tête dans le guidon

Je n’ai pas souvenir d’avoir vu le monde de la finance avec la tête autant dans le guidon. La première fois depuis 25 ans que l’on n’est plus capable d’avoir une vision globale de ce qui se passe et que l’on saute d’événement clé en en événement clé.

Souvenez-vous, cette année.. On a paniqué parce que le rendement du 10 ans US passait au-dessus des 3%, puis on a oublié. On s’est imaginé en pleine Apocalypse nucléaire à cause de Pandi-Panda en Corée du Nord. Ensuite il est allé en vacances à Camp David et on a oublié. On a cru que Powell était un espion infiltré de Daesh et qu’il avait pour mission de détruire l’économie américaine en montant les taux et puis en fait on s’est rendu compte qu’il portait très mal la barbe et qu’il ne priait qu’à l’église et que les taux ils étaient juste au bon endroit et on a oublié.

Souvenez-vous des élections de mi-mandat

On s’est aussi angoissé des mois sur les élections de mi-mandat aux USA et depuis le 7 novembre tout le monde s’en fout et plus personne ne sait la différence entre un Républicain et un Démocrate. Ils sont tarés tous les deux de toute façon.

Tout ça pour vous dire que si toute l’année 2018 ne se résume qu’à un dîner de 2 heures entre un agent immobilier et un cousin éloigné de Fidel Castro, j’aurais mieux fait d’aller faire GO au Club Med.

Et hier ? et demain ?

Pour le reste, hier c’était fermé à New York, parce qu’ils ont mis le Père Bush sous terre. Encore un mec génial qui s’en va et on ne sait pas comment on va faire sans lui. Dire que je vais écrire la même chose quand Trump va mourir. Et dire que le marché va fermer un jour en HOMMAGE à Trump. C’est fou. Ce monde est fou.

Côté news, hier le marché Européen s’est fait taper sur le crâne pour rattraper le retard accumulé mardi et ce matin, l’ambiance est déjà à la BONNE CLAQUE du jeudi matin puisque l’on vient d’apprendre que les autorités canadiennes ont arrêté le CFO de Huawei pour avoir supposément « violé » les sanctions décidées par les USA contre l’Iran.

Mission : Impossible

Les Canadiens, bons soldats de l’Oncle Sam ont donc arrêté Monsieur Meng Wanzhou samedi dernier et il est depuis détenu à Vancouver en attente d’extradition vers les USA. On vient seulement d’apprendre la nouvelle et les experts pensent que cette arrestation à la capacité de faire « dérailler » le processus de négociations sur la Trade War.

Pas mal. Après à peine 4 jours sur les 90 prévus, c’est déjà foutu selon les marchés et les experts sur les marchés.

Le marché va donc continuer à se faire défoncer. Les futures sont en forte baisse et l’ouverture post-enterrement aux USA, devrait être toute pourrie.

Cette Mission, si vous l’acceptez…

Vous savez quoi ? Que l’on ferme les marchés jusqu’en 2019, ça devient épuisant, limite chiant. Je préfèrerais presque la crise des Subprimes en 2008, au moins on savait clairement pourquoi ça baissait. Cette année c’est moyennement clair et c’est chaque fois pour une autre raison.

Bref, il aujourd’hui il y aura Powell qui va témoigner devant le Congrès et on ne sait jamais, peut-être qu’il va baisser les taux pour sauver le monde ! Il y aura aussi le Trade Balance aux USA, les Jobless Claims et puis il y aura le FAMEUX Meeting de l’OPEP qui va tout changer et qui ne changera rien à la fin. Le baril est à 52.30$ en attendant qu’on lui dise où aller.

Aujourd’hui vous trouverez en scrollant un peu plus bas une analyse des opportunités sur la dette émergente, une infographie qui vous permettra d’y voir (un peu) plus clair dans le pudding du Brexit et aussi la nouvelle analyse macro de Serge Ledermann qui devrait nous donner du courage puisqu’il ne voit pas se profiler de bear market à l’horizon.

Sur ce, je vous laisse. Le dentiste m’attend et après je retourne me coucher.

Bonne journée, bon café, bonne claque et on se retrouve demain pour savoir si le CFO de Huawei est condamné à mort cette semaine ou pas.

Thomas Veillet
Fondateur du site Investir.ch

« Men are born ignorant, not stupid. They are made stupid by education. »

Bertrand Russell

Il n'y a aucun article dans cette catégorie.