C’est tout de la faute du grand méchant panda

C’est tout de la faute du grand méchant panda

Si l’on doit choisir un animal réel pour représenter la chine, il est plus que probable que l’on choisisse le panda. Animal plutôt attirant et au look sympathique. Sauf que là, tout est de sa faute.

L’Audio du 15 janvier 2019

Le résumé de la séance d’hier est assez simple :

L’Europe était sous pression parce que la Chine a annoncé un Trade Balance qui confirme – s’il en était besoin – que le pays est en train de ralentir.

Au cas où il restait un doute

Chose que l’on sait depuis plus d’un an, mais que l’on considère comme une nouveauté ou alors une NOUVELLE CONFIRMARTION à chaque mauvais chiffre. Après c’est une question d’interprétation du moment, puisque le PPI chinois de la semaine dernière avait été bien interprété – en effet, il ne laissait pas d’autre choix à la Chine que de négocier avec les USA ET de stimuler leur économie.

Sauf qu’hier le Trade Balance tout pourri s’en était trop.

Le coup du panda

C’était la mauvaise nouvelle de trop qui faisait craquer le « rallye » dans lequel nous sommes depuis 10 jours. L’excuse qui faisait que c’était tout de la faute du grand méchant panda. Oui, un panda ça peut être méchant et puis ça reste quand même un ours de 150 kilos – soit ce n’est pas un Grizzly de 2m50, mais ça fait quand même des dégâts s’il décide de vous arracher la tête. Pour peu que vous ressembliez à une pousse de bambou.

Donc l’Europe baissait à cause de la Chine, le pétrole baissait à cause de la Chine, le marché américain baissait à cause de la Chine, l’or baissait à cause de la Chine, la température baissait à cause de la Chine, Apple baissait à cause de la Chine, mon moral baissait… à cause de la Chine et puis Tesla baissait à cause de Carson Block de Muddy Waters.

La belle excuse

L’excuse était trop belle pour ne pas être saisie au vol. Quand on sait que selon le dernier sondage E-Trade 54% des investisseurs privés se considère comme « Bearish», autant vous dire que l’on cherchait juste une excuse pour vendre.

Mais on sent quand même que l’on est un poil sur la retenue, on ne sait jamais, au cas où la Chine trouve un accord avec les USA durant la nuit, on aurait l’air couillon en étant short avec les pantalons baissés.

Synonyme de “ralentir”

Pour faire simple, dans sa globalité le marché était en baisse à cause de la Chine qui ralentit, ça vous l’aurez compris. La Chine ralentit, c’est n’est pas non plus LA NEWS de l’année, je crois que l’on est tous au courant depuis une moment, mais là depuis quelques temps, on espérait quand même qu’avec les efforts de stimulus, il y aurait un semblant de rebond de l’économie.

Mais rien.

Bref, c’était tout de la faute de la Chine.

Mais pas que

Mais heureusement, il y avait quand même des sujets qui déviaient du sujet principal. Citigroup par exemple, Tesla aussi et puis Lululemon et le retail.

Oui, parce qu’hier c’était aussi le début officiel de la saison des résultats. Alors que celle de la NFL prend presque fin, c’est Citigroup qui a commencé par allumer le feu. Globalement les chiffres de la banque étaient en demi-teinte. Il faut dire que pour « interpréter » correctement les chiffres trimestriels d’une banque il faut au moins avoir passé plus de 9 mois en hôpital psychiatrique, puisque jamais personne n’y a vraiment compris quelque chose.

Toujours est-il qu’hier les profits de Citigroup étaient en hausse, mais ils ont raté les attentes du côté des revenus. Ensuite les intervenants ont joué ça aux osselets au premier tour, à feuille-caillou-ciseau au second tour et à pile ou face en finale, mais il a été « déterminé », à la fin, que c’était « plutôt pas trop mal » et le titre terminait en hausse de 4%.

Youpie.

Et le retail ?

Ensuite il y avait une conférence sur le « retail » à Orlando hier. Les investisseurs s’étaient rendus là-bas pour en savoir un peu plus sur les habitudes de consommation des Américains. Ils n’ont pas été déçus, puisque la plupart des sociétés présentent n’ont rien trouvé de mieux que des faire « profits warning » ou, en tous les cas, de prévenir que ça ne serait pas « facile ».

Taylor Brands, At Home Group, Hudson Limited ou encore Crocs se sont tous montrés plus que timorés, pendant que Lululemon, le fabricant de fringues pour le yoga, prenait le chemin inverse. On dirait que les gens arrêtent de faire du shopping dans les Malls (ce n’est qui n’est pas une nouveauté) et qu’ils se mettent au yoga pour retrouver la « zen attitude ».

Tesla c’est… ça ne laisse pas indifférent

Et puis, dernière histoire du jour, on retiendra que Carson Block, patron de la société Muddy Waters, spécialisée dans les alertes négatives et sur les recommandations « shorts », était invité dans une émission « radio » ou plutôt un « podcast » comme on dit, si on est moderne. Dans cette émission il s’en est pris à Tesla en disant que la société d’Elon Musk était du vent et que ça n’était qu’une question de temps avant qu’elle ne fasse faillite.

Le titre a beaucoup aimé la tirade et perdait 4% hier soir.

Pour ceux qui ont envie de se faire 1h30 de discussion « négative » sur les marchés, vous trouverez l’interview de Carson Block au milieu de la chronique du jour.

À la fin c’est la faute des Chinois et c’est surtout pas les Allemands qui gagnent

En conclusion, la journée d’hier, c’était la faute des Chinois. Et puis si aujourd’hui on remonte, ça sera aussi à cause des Chinois.

Ce matin toute l’Asie est en hausse et plus que ce qu’elle baissait hier. Le Japon avance de 0.9%, Hong Kong de 1.7% et la Chine de 1%. Il faut dire qu’un « officiel » chinois a déclaré qu’ils allaient baisser les impôts et « faire ce qu’il y a à faire » pour aider les PME afin de relancer l’économie.

Comme quoi avec trois bons mots bien placés, on peut facilement contrer des chiffres économiques tout pourris. Sans compter que l’on ne sait même pas qui est cet « officiel chinois », ça pourrait aussi bien être Jackie Chan, on ne ferait pas la différence, c’est les mots qui comptent.

What’s new ?

Pour les nouvelles de la journée, je n’ai même pas besoin de regarder pour vous dire que le FT doit faire sa première page avec le vote du BREXIT… le suspense est insoutenable vu qu’il a 85% de chance que May se fasse débouter par le parlement et que plus personne ne s’y intéresse vraiment.

Autrement, on apprend que Ivanka Trump ne sera pas la patronne de la World Bank, contrairement aux rumeurs qui circulaient, mais en revanche elle va aider à chercher le nouveau patron de l’entité. On savait qu’elle était à fond dans les fringues, mais qu’en plus elle était RH, ça on n’était pas au courant. Visiblement le ridicule de la famille Trump est sans limite. Pour le reste, le FT revient sur la consolidation des aurifères après le rachat de Goldcorp par Newmont, pendant que Volkswagen et Ford resserrent leurs liens en parlant pick-ups et voitures électriques.

Be long or wrong made in UBS

On retiendra aussi que l’UBS recommande de garder ses investissements en actions – peu importe l’appétit pour le risque, il faut toujours avoir des actions et que ça aurait été idiot de vendre le 21 décembre, la preuve ça a fini par remonter. Comme quoi on est toujours super-intelligent… après… surtout en bourse.

Moi, je vous le dis, le jour où on me file la DeLorean de retour vers le futur pendant une seule semaine, je retourne juste quand il faut et je ne vous ennuierai plus jamais avec mes chroniques, si ce n’est pour vous raconter la dernière Margarita que j’ai bu au bar de l’hôtel au bord de la mer.

Short puts

Et puis un mystérieux investisseurs à vendu 19’000 puts sur le S&P500 causant une certaine panique dans le milieu. Cela rappelle furieusement ce que Warren Buffet avait fait au pire moment en 2008. Trade qui lui avait rapporté une montagne d’argent à la fin.

Toujours est-il que ce trader pourrait perdre plus d’un demi-milliard si le marché venait à se casser la gueule dans les deux prochaines années.

Chiffres économiques et grand déballage national

Côté chiffres économiques, il y aura le GDP et le CPI français, on se réjouit déjà de voir, compte tenu qu’actuellement la France est plus occupée à se ridiculiser par la voie de son Président et de son « grand débat national anti-gilets jaunes ». Nous aurons également le Trade Balance Européen, celui des USA, ainsi que le NY Empire State Manufacturing. Sans compter le discours de Draghi cette après-midi.

BREXIT, encore BREXIT… J’EN PEUX PLLLLLUUUUUUUUUSSSSSSS

Mais je peux déjà vous parier que l’on ne va parler que du BREXIT, comme si ça intéressait quelqu’un.

En ce qui concerne les chiffres du trimestre, il y aura JP Morgan, Wells Fargo, UnitedHealth et Delta Airlines. Pour le moment les futures sont en hausse à cause… à cause… à cause de la Chine qui va tout faire pour que « ça aille mieux »…

En plus de Twitter, LinkedIn et Facebook où l’on peut se retrouver tous les jours, vous pouvez également vous inscrire à la newsletter en haut à droite du site… là où c’est marqué : Newsletter.

Il est temps de vous souhaiter une excellente journée et on se retrouve demain à la même heure.

Thomas Veillet
Investir.ch

« Some people are like clouds. When they disappear, it’s a beautiful day. »

Il n'y a aucun article dans cette catégorie.