Le feuilleton d’un portefeuille d’épargne (investissement) jeunesse: épisode 11

Le feuilleton d’un portefeuille d’épargne (investissement) jeunesse: épisode 11

Le mois de décembre a réservé une surprise négative de taille. Alors que les investisseurs pensaient qu’après le mois d’octobre le pire était passé, le père Noël a réservé un cadeau empoisonné pour les fêtes.

Transactions

Durant le mois de décembre, aucune transaction n’a été effectuée. Seuls les droits de garde trimestriels d’un montant de CHF 16,16 ont été perçus.

Commentaires de marché

Différents facteurs, connus pour la plupart, ont pesé sur les marchés. Le livre de la discorde sino-américaine s’est enrichi d’un nouveau chapitre. Il s’agit de plus en plus d’une longue partie d’échecs, au sens propre comme figuré. Comme si cela ne suffisait pas, Trump affronte les démocrates et met à pied plusieurs centaines de fonctionnaires.

L’Europe n’est pas en reste. Le Brexit occupe encore les esprits et le vieux continent devient un vrai champ de bataille propice à des ventes à découvert. Seuls les italiens tirent leur épingle du jeu avec un marché obligataire qui reprend un peu de couleur.

Le pétrole poursuit sa descente en enfer et le prix du brut atteint même des niveaux situés en-dessous de USD 50. Les membres de l’OPEP ont annoncé plusieurs réductions de production mais peinent à les mettre en œuvre.

Les investisseurs ont donc à nouveau vendu les marchés des actions. Parmi les plus touchés, le Nikkei 225 qui perd plus de 10% suivi par le S&P 500 en baisse de 9,2%. L’Europe s’en tire mieux (-5,4% pour l’EuroSTOXX 50) mais clôture l’année largement en baisse. Au contraire, les marchés obligataires allemand, américain, suisse et même italien reprennent une certaine vigueur. Le 10 ans allemand finit l’année avec un rendement de 0,24% et l’italien avec 2,74%.

Portefeuille

Les secteurs les plus touchés auront été à nouveau l’énergie, la technologie mais aussi la finance. A contrario, ceux liés au marché obligataire comme les services publics, les télécommunications et l’immobilier sont les vainqueurs du mois de décembre.

Dans ce contexte, le portefeuille a souffert de la mauvaise performance des trois secteurs susmentionnés. Mais à cette mauvaise performance s’ajoute celle des titres suisses de moyennes capitalisations. Les différentes pondérations sectorielles et géographiques ont subi peu de modification durant l’année.

Allocation sectorielle et géographique, 31 décembre 2018

En résumé, le fonds investi dans le secteur de la technologie pèse plus de 10% dans le portefeuille. Le fonds SPI mid-cap représente environ 13% des encours. Ces deux positions en fortement perdu en décembre comme depuis le début de 2018. Ils se sont comportés comme de vrais boulets durant la deuxième partie de l’année et donc contribué fortement à la mauvaise performance du portefeuille.

Celui-ci perd plus de 11% en 2018, bien plus que l’indice SMI ou l’indice MSCI World en francs suisses.

Janvier

Le début de l’année sera caractérisé par la mise en place des différentes stratégies 2019 composées par les économistes en fonction de leurs scénarios. Notre portefeuille ne subira aucun changement durant les premières semaines. Un apport d’argent frais, CHF 3’000, sera investi durant le premier trimestre de cette année.

 

Il n'y a aucun article dans cette catégorie.