Vol à vue

Vol à vue

4 Jours. Ça faisait 4 jours de suite de hausse parce « les négociations avec la Chine se passaient bien ». On n’avait rien d’officiel pour le confirmer, mais ça se passait bien. Il paraît. On surfait sur une vague de positivisme. En s’accrochant à l’espoir qu’en effet, ça se passait bien.

L’Audio du 23 janvier 2019

Puis il y a eu une rumeur.

Une rumeur qui disait que les « officiels américains » avaient refusé une invitation pour la mise en place d’un nouveau meeting pour « faire avancer les choses » – oui, parce que les Chinois avaient, selon la rumeur, l’impression que ça n’avançait pas des masses.

Mais alors ? Si ça n’avance pas des masses, c’est que ça ne se passe pas si bien que ça !!!

Bon, vous reconnaitrez que ça fait beaucoup d’informations et beaucoup de déductions pour une seule rumeur qui n’était même garantie et encore moins officielle. Un peu comme toutes les rumeurs.

Mémoire de poisson rouge

Mais il faut aussi admettre que même si le marché a une mémoire de poisson rouge, le comportement d’un lemming qui suit le mouvement et une vision à 12 minutes lorsqu’il fait du « long terme », il est tout de même super-balaise pour tirer des conclusions à deux balles sur pas grand-chose.

Du coup, le marché a baissé.

Surtout ne pas trop penser

L’avantage c’est que l’on n’a vraiment pas besoin de réfléchir très longtemps. Pas que me plaigne que ça baisse, non. En revanche, ce qui me fait quand même marrer, c’est les réactions d’hier dans le mouvement baissier… Florilège lu dans la presse ce matin, je vous le livre en vrac sans jugement et sans sous-titrage…

1) « les traders digèrent une grosse quantité de mauvaises nouvelles, l’économie mondiale qui ralentit et les négociations qui n’avancent pas ». (En gros, exactement l’inverse de ce que l’on digérait depuis 4 jours)
2) « À Davos vous avez les politiciens qui ne font que parler des défis qui nous attendent et du fait que l’économie mondiale fait face à des vents contraires ». (Que des choses que l’on ignorait il y a 48 heures, sans compter que personne ne sait qui est à Davos)
3) « le sell-off d’aujourd’hui est le résultat des deux jours de hausse de jeudi et vendredi dernier ». (En fait on baisse parce qu’on est monté avant et ensuite, la marmotte elle emballe le chocolat ???)
4) « les marchés essaient de trouver le juste niveau ». (Ah bon ? Et une fois que les marchés auront trouvé le «juste niveau », on fait quoi ? On ferme jusqu’en décembre ?)

Non, sérieusement, on sent bien qu’on est à fond là et qu’on réfléchit un bon moment avant de dire n’importe quoi. Ceci dit, on ne réfléchit peut-être pas encore assez.

Chine + FMI = beurk

Donc le marché a baissé à cause de la Chine et à cause aussi que le FMI n’a rien trouvé de mieux que de baisser les perspectives de croissance du MONDE ENTIER pour 2019 et 2020.

On connaît l’efficacité et le taux de réussite des prévisions du FMI – ils sont à peu près aussi précis et efficaces que MES prévisions météo à 8 mois. Mais peu importe, on n’aime pas quand le FMI vient nous annoncer qu’après avoir ajusté leurs spreadsheets excel et recalculé tous les chiffres à la main et au boulier, ils arrivent à dire qu’en 2019, la croissance serait de 3.5% – comme en 2018 – mais comme ils avaient prédit en octobre 2018 que la croissance 2019 serait de 3.7%, là on est super déçu.

Parce qu’entre vous et moi, ça va clairement nous changer la vie pendant les 12 prochaines heures au moins.

Sous la moyenne

Pour le reste, les publications du trimestre continuent leur bonhomme de chemin. Actuellement 11% des membres du S&P500 ont publié et 56% sont au-dessus des attentes. Chiffre qui est tout de même 4% en-dessous de la moyenne des 5 dernières années. Donnée que l’on peut clairement considérer comme « Hyper Représentative »… À noter que durant la séance d’hier, même ceux qui ont fait mieux que les attentes, mieux que les analystes, mieux que les rumeurs, eh ben ils ont quand même baissé parce que la Chine, parce que le FMI..

Que voulez-vous, quand ça baisse ou quand ça monte, il faut bien se trouver des raisons pour faire croire à ceux qui ne suivent les marchés que d’un œil que toute décision est mûrement réfléchie et analysée avant d’être mise en place. Ça serait mal vu que le monde entier comprenne que la moitié des décisions sont prises en lançant des fléchettes sur un mur…

Démenti ou pas

AH OUI… J’oubliais de vous dire qu’en fin de séance Larry Kudlow, qui est le type qui explique à Trump comment fonctionne l’économie et qui est plutôt bien informé sur le sujet, a tout de même démenti le fait que les Américains avaient refusé de rencontrer les Chinois.

Bref, hier on a baissé sur rien. Mais comme on est monté sur rien avant, on va dire qu’on est match nul.

Dans l’ambiance d’hier le pétrole s’est fait tiré dessus à vue, forcément, si l’économie venait à ralentir dans les 14 heures qui suivent parce que les Américains ont refusé un meeting qu’ils n’avaient finalement pas refusé, ça serait mauvais pour le pétrole. Mais comme ça ne s’est pas passé, on fait quoi ?

Bah.. histoire de rester crédible on ne va pas racheter tout de suite, on va attendre les chiffres des inventaires de jeudi soir pour avoir une justification, parc que les attentes seront forcément à côté et on trouvera bien une excuse pour racheter.

Le baril est à 52.77$ et l’or est à 1289$.

Un, deux, trois, soleil

Ce matin l’Asie ne fait rien. Mais alors rien du tout. On dirait qu’ils se demandent si la rumeur d’hier était tout de même un peu vrai, mais en même temps, ils n’osent pas se refaire le même mouvement à la baisse parce que si on doit revenir leur démentir la chose une seconde fois en moins de 24 heures, ça ferait mauvais genre.

Donc l’Asie ne fait rien.

Dans les nouvelles du jour, hier soir IBM a battu les attentes du marché, même si les revenus baissaient à nouveau. Le titre rebondissait de 6% after close. Pour le reste, c’est un peu la même pâtée qu’hier, puisque l’on n’est toujours pas VRAIMENT sûr si les Américains ont annulé ce meeting ou pas.

Skier ou rester devant ses écrans

Mais en même temps, comme on est pas VRAIMENT sûr que ça se passait bien AVANT – puisque l’on n’a jamais eu de confirmation officielle, on ne sait pas trop quoi faire. En même temps comme on a un horizon d’investissement à ce soir, on pourrait aussi partir faire une journée de ski et voir comment ça sera, si on y voit plus clair demain.

Ce qui n’est pas certain, mais ça ne coûte rien d’essayer.

De partir skier je veux dire.

Shutdown for ever

Mis à part tout ça, le Shutdown est toujours en cours et on ne voit pas trop comment ils vont s’en sortir. À un certain moment, ça risque quand même de peser sur l’économie. Même si on sait qu’historiquement ça n’a jamais eu un « monstre impact », là ça commence quand même à être long, c’est un peu l’émission « rendez-vous en terre inconnue » pour l’économie US.

Côté chiffres économiques il y aura plein de PMI’s de tous genres et un peu partout. Il y aura les Jobless Claims et les inventaires pétroliers au States et puis il y aura surtout le Meeting de la BCE ainsi que les commentaires de Draghi qui sont offerts avec.

Il y aura un wagon de chiffres trimestriels aujourd’hui, dont Intel, Freeport McMoran, American Airlines, Starbucks ou encore ETrade. La liste complète se trouve ici (en cliquant sur le lien)

Pour le moment les futures sont légèrement en hausse et à peu près aussi courageux que l’Asie. Le doute nous assaille ce matin. C’est ballot, nous qui étions si certains de tout depuis quelques jours…

Je vous laisse aller mettre vos skis et on se retrouve en haut du télésiège ou demain, à la même heure, au même endroit.

Belle journée à tous.

Thomas Veillet
Investir.ch

« Technocrates, c’est les mecs que, quand tu leur poses une question, une fois qu’ils ont fini de répondre, tu comprends plus la question que t’as posée. »

Coluche

Il n'y a aucun article dans cette catégorie.