On s’autorise à penser (enfin) que l’Europe va mal

On s’autorise à penser (enfin) que l’Europe va mal

La séance d’hier aura été - comme souvent – la séance de mercredi, celle qui ne sert à rien.

L’Audio du 7 février 2019

Quand on regarde les indices, on se demande si ça valait bien la peine de venir. Par contre, quand on regarde ce qui s’est passé à l’intérieur des indices, là, on se dit que oui, ça valait quand même la peine de venir.

Enfin, surtout si vous étiez short sur les jeux vidéo.

PAN dans l’Europe..

Globalement, les Européens ont vécu une journée de « prise de conscience », les chiffres manufacturiers démontrent que l’Allemagne va mal – comme disait Jean-Pierre Foucault ; « c’est une sacré surprise ». En tous les cas, quand on lit la presse de ce matin, on a l’impression qu’effectivement, il y a des gens qui sont encore surpris de ça.

Les marchés ont donc pris note de la chose et on sentait une certaine fatigue sur les marchés du vieux-continent. Côté chiffres, la banque que je n’ai pas le droit de citer dans mes commentaires a publier des chiffres pas franchement terribles, mais le marché le prenait quand même relativement bien. Encore une fois, ce marché ne fonctionne pas pour des raisons fondamentales, mais surtout pour des raisons psychologiques et pour les 23 prochaines minutes et demie.

Et puis ING a publié de très bons chiffres qui la propulsait 6% plus haut, mais pas assez pour compenser la dépression globale qui s’emparait des marchés européens.

Et si on ANALYSAIT ?

Aux USA on a passé notre journée à décortiquer le discours de l’état de l’Union fait par Monsieur Trump, à analyser la couleur de la robe blanche portée par sa fille pour savoir si c’était de la provocation ou pas et à savoir s’il fallait se féliciter parce qu’il a glissé entre deux lignes le fait que ça allait pas mal au sujet des négociations avec la Chine.

On s’est mis d’accord et on s’est dit que le discours en question était un non-événement et que c’est probablement LE discours de l’état de l’Union qui a provoqué le moins de remous dans le marché de l’histoire des Etats-Unis.

GAME OVER

À la clôture les indices étaient péniblement dans le rouge, mais dans le rouge quand même. C’est surtout les jeux vidéo qui se sont pris un « headshot ».

Après la publication des chiffres d’Electronic Arts la veille au soir, Take Two a également sorti des chiffres pourris et les deux titres se faisaient une séance à -13%, entraînant Activision dans leur sillage en signe de « sympathie ». Activision s’en sort mieux avec « seulement » 10% de baisse, mais ne perdons pas espoir, ils doivent encore publier la semaine prochaine.

Que dire de plus ? On a connu des journées inutiles moins intéressantes que celle-là, mais disons que l’on fait avec ce qu’on a.

L’EUROPE c’était mieux avant. Avant, quand y avait pas l’Europe

La chose qu’il faudra retenir de la journée c’est que l’on commence à réaliser que l’Europe fonctionne aussi bien qu’une république bananière, mais sachant qu’elle est poussée en avant par un chef alcoolique, un Président Français qui repousse sans cesses les limites du ridicule et qui commence à être aussi populaire que Bokassa en son temps, sans oublier Angela Merkel qui s’en fout parce qu’elle part bientôt à la retraite.

Ailleurs, tout le monde s’en tape, de l’Europe. Et c’est censé fonctionner ??? Laissez-moi rire. Enfin, non, ça donne plus envie de pleurer qu’autre chose.

190 millions dans le vent

L’or est à 1306$, le pétrole est à 53.86$. Le Bitcoin, on s’en fout. La seule chose que l’on retient, c’est le feuilleton des 190 millions qui sont bloqués sur un pc. Sauf qu’apparemment, ils auraient tout simplement disparus, volatilisés.. L’avantage c’est que ça donne un peu de glamour à la finance 2.0 et ça serait vraiment intéressant de savoir ce que Nabilla en pense.

Dans les nouvelles du jour, ce matin on apprend que le conglomérat japonais SoftBank a annoncé un énorme plan de rachat d’actions, le titre prenait 17% pour fêter ça. Pour donner une idée, la société rachète 10% de ses actions en circulation.

Nvidia .. c’était mieux avant aussi

Toujours dans le thème SoftBank, leur fonds d’investissement a annoncé qu’ils s’étaient débarrassés de la totalité de leur position en NVidia. Pour une valeur de plus de 3 milliards. Encore une bonne nouvelle pour NVidia, mais bon, la position est DÉJÀ vendue, c’est donc pas elle qui va mettre la pression sur le titre ce soir.

La messe de Powell

Hier soir Powell a parlé au peuple. Il a dévoilé que ses inquiétudes pour l’avenir se centraient sur les inégalités entre les Américains – inégalités salariales – et une production léthargique. Il aurait dû encore rajouter qu’il pensait au réchauffement climatique et il pouvait se présenter au prochain concours Miss Univers.

La messe de Yellen

Pendant ce temps, Yellen s’est aussi offert une petite sortie devant les caméras. L’ancienne patronne de la FED a déclaré que, selon elle, la prochaine décision de la FED sur les taux pourrait bien être une baisse des taux.

Mais attention, elle a ajouté que ça serait seulement si la croissance mondiale continuait à ralentir.

Les chiffres

Côté chiffres économiques, nous aurons la Production Industrielle en Allemagne qui sera… devinez quoi ? – complètement pourrie – Puis nous aurons le « bulletin économique de la BCE » qui devrait plus ressembler à une nécrologie qu’autre chose et ensuite, ça sera le tour de la Banque d’Angleterre qui devrait annoncer qu’elle ne va rien faire en attendant « vous savez quoi ».

Aux USA il y aura les Jobless Claims.

Pour les trimestriels, il y a toujours du monde, mais de moins en moins de monde vraiment important. Pour le moment les futures sont en baisse de 0.25% et on se demande bien à quoi on va pouvoir s’intéresser ce matin.

On the road again

Personnellement, l’idée de prendre un avion et de partir loin au soleil et de ne jamais revenir, ne m’a jamais paru aussi attirante. Mais bon, il va sûrement se passer quelque chose de passionnant dans les marchés pour que ça donne envie de rester.

Putain, 13 ans… et 5000 heures de perdues..

Ah oui, tiens.. Aujourd’hui ça fait 13 ans que je me suis posé devant un clavier et que j’ai écris ma « première » chronique boursière « pour rire »…

Aujourd’hui, 13 ans après, après être passé de thomas.veillet@ubs.com, au Moringbull, je suis sur Investir.ch. J’ai écrit plus de 5000 chroniques et autres articles au travers de ces 13 années et au passage, j’ai aussi perdu environ 5000 heures de sommeil et pourtant je continue de me lever tous les matins à 4h30… pour ça…

Est-ce bien nécessaire, est-ce bien raisonnable ? En tous les cas, merci d’être toujours plus nombreux à me lire, il y en a même qui m’envoient des mails pour dire que ça leur plaît. Pas beaucoup, mais y en a.

Y en a aussi qui m’en envoient pour me dire que suis un gros con et que c’est nul ce que je fais, mais je vais vous dire : je m’en fous.

Bref, merci. Et Happy Birthday to me. Enfin, Happy Birthday à celui qui se lève le matin souvent pour rien – surtout quand je pense à la journée d’hier.

Passez une excellente journée et on se retrouve demain.

Thomas Veillet
Investir.ch

« Ne pas aimer les cons, n’annule pas la probabilité d’en être un… »

Il n'y a aucun article dans cette catégorie.