Je m’explique - Le mois de janvier et des bonnes résolutions est passé, je peux donc sereinement commencer à repenser ma manière de manger – chose que je fais tous les six mois sur un coup de tête et sans avoir l’impression de faire comme tout le monde le fait le 2 janvier après s’être envoyé 3 kilos de foie gras et une demi-douzaine de sangliers entiers entre Noël et Nouvel An.

L’Audio :

Ma réflexion vient surtout du fait que, lorsque je mange en ville, j’ai trop souvent l’impression de tourner en rond et de manger toujours les mêmes choses. Et même si j’adore manger – un peu trop même – mais par moment j’ai envie de manger « sainement ».

Sauf que ce n’est pas toujours évident – mon côté maniaco-compulsif fait que j’ai vraiment de la peine à acheter des salades sous vide de la Coop ou alors de me faire un sandwich bio pré-emballé dans une boîte en plastique depuis 8 mois. Et puis une fois j’ai essayé de manger une salade de chez McDo et… et je vais m’arrêter là avant de me faire des ennemis.

Heathy By Nature

Mais l’autre jour je suis tombé sur Jour.

Non, ce n’est pas une faute de frappe, c’est un restaurant qui fait de la nourriture saine, locale et des fois bio. Un restaurant qui vous permet de manger de la verdure de premier choix et pas de la salade flétrie qui date de la semaine dernière. De la nourriture qui vous permet de manger à midi (le soir aussi) sans risquer de tomber dans le coma durant l’après-midi après un plat en sauce un peu trop chargé.

De la nourriture saine quoi… Si, c’est écrit en anglais sur leur site ! « Healthy By Nature »

Juste varier

Alors sans tomber dans l’extrémisme végétarien ou pire, vegan, je me suis dit que je pouvais tenter l’expérience.

En pénétrant dans l’établissement, quelle ne fût pas ma surprise en ayant soudainement le sentiment de me retrouver au McDo. Sans l’odeur. Ni le bruit. Ni les 224 ados qui viennent manger des tonnes de « Chicken McNuggets » qui n’ont de « chicken » que le nom.

Non, le sentiment d’y être c’est parce qu’ils ont les même bornes qu’au McDo, mais pas les mêmes produits. Le même principe mais pas le même niveau de calories. Et je ne parle pas du cholestérol.

Local

En gros, chez « Jour », vous entrez, vous composez votre salade, ou votre « bowl » de truc hyper sain, diététique et qui vous donne bonne conscience – le choix est vaste et composé de produits locaux – ne cherchez pas les crevettes en provenance du Viêt-Nam : y a pas – Ni du Viêt-Nam, ni du lac de Neuchâtel non plus d’ailleurs.

Dans la mesure du possible, l’équipe de Jour fait tout pour se fournir à proximité.

Reste à définir le terme : proximité, mais disons qu’ils font le maximum pour que ça vienne du moins loin possible.

Du choix

Une fois votre salade commandée et payée, on vous la donne au bout du bar, type « Starbucks », mais gentiment et vous partez l’esprit serein et libre d’avoir fait quelque chose de bien pour votre corps. Sans compter que c’est bon. Tout simplement.

Pour être très sincère avec vous, je n’irais pas manger tous les jours chez JOUR, mais comme dans le monde merveilleux de la finance il est presque obligatoire de passer par la case resto un jour sur deux pour faire du « public-relation », ça me semblait une bonne idée d’alterner les grosses bouffes avec impact direct sur la ceinture et les repas un peu plus « healthy », sans compter que mon médecin me regardait bizarre récemment.

 

Jour au passage Malbuisson

En résumé : chez Jour, on vous donne l’occasion de manger bien et léger, ça change comme « fast food ». Vous pouvez payer et commander directement sur place avec les bornes mises à disposition ou directement au comptoir si vous préférez la relation humaine.

Mais vous pouvez également passer commande directement sur le site et même vous faire livrer (si vous n’êtes pas à 800 kilomètres de Genève et que vous livrer une salade représenterait l’empreinte carbone d’une Tesla qui aurait pris un 747). Sans compter que DEPUIS AUJOURD’HUI, pour ceux qui trouvaient que le premier « Jour » de Genève était trop loin de la Rue du Rhône, ils ont ouvert un second restaurant dans le passage Malbuisson.

Aujourd’hui j’ai donc décidé de changer mon régime, demain je me met à l’Aquabiking, si ça se trouve, vais même finir par faire la Course de l’Escalade.

Thomas Veillet
Investir.ch

Restaurants :

3, Rue François-Versonnex -1207 Genève

Passage Malbuisson (Galerie Jean-Malbuisson)  – 1204 Genève  (dès le 20 mars 2019)