En août, la performance moyenne des caisses de pension de l’échantillon d’UBS s’affiche à 0,01% après déduction des frais. Les caisses gagnent en moyenne 8,34% depuis le début de l’année.

La guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis a atteint un nouveau sommet en août. Cette situation a influencé la volatilité qui, elle aussi, prend de l’altitude. Si toutes les sanctions sont mises en œuvre, l’impact sera notoire sur les chiffres de croissance économique. Si les économistes n’attendent pas de récession, ils penchent pour un net ralentissement. Les banquiers centraux jouent encore leur rôle de modérateur comme la Fed qui a baissé son taux directeur de 0,25 pourcent.

Dans le secteur des monnaies, soulignons l’appréciation du franc suisse comme du yen. La BNS pourrait emboîter le pas des autres banquiers centraux en abaissant son taux pour essayer d’affaiblir le franc. Cette situation est des plus inconfortables pour les banques et les épargnants (et les caisses de pension). D’autre part, si les taux devaient prendre le chemin de la hausse, le marché des actions ainsi que la partie longue de la courbe des taux seraient négativement affectés.

En moyenne, les caisses de pension suisses de l’échantillon affichent donc une hausse 0,01%. Les caisses de pension de grande taille affichent les meilleurs résultats (0,11%). Suivent les caisses de taille moyenne (0,22%) et les petites (-0,07%) ferment la marche.

La hausse de la volatilité s’est accompagnée par une baisse du marché des actions. Si le marché suisse, de nature défensive, a relativement bien résisté, les actions étrangères ont accusé le coup. Celles-ci baissent de 2,81% et affichent la plus mauvaise performance du mois. A contrario, les obligations suisses gagnent 1,70%. Avec les obligations étrangères, elles occupent les deux premières places du podium.

Cependant, depuis le début de l’année, ce sont les actions suisses et étrangères qui offrent le plus de rendement. Les hedge funds ferment la marche.

L’indice Pictet LPP 2015-60 est principalement affecté par la baisse des actions tant suisses que mondiales. Par contre l’indice comportant la plus grande pondération en obligations montre la meilleure performance mensuelle.

Depuis le début de cette année, les petites caisses de pension occupent la tête du classement avec une hausse de 8,63%. Suivent les caisses de taille moyenne avec 8,55% et les grandes avec 7,80%.

Le ratio risque/performance sur les 36 derniers mois, se situe à 1,45 (vs 1,50% en juillet). La valeur la plus élevée se trouve chez les grandes caisses de pension (1,68) alors que les petites caisses de pension n’enregistrent que 1,29. Ce classement reste le même depuis plusieurs mois.

Les petites caisses de pension ont réduit leurs liquidités au profit de leurs positions obligataires. Les grandes caisses de pension ont légèrement réduit leurs allocations en liquidités et en hedge funds en faveur des obligations et de l’immobilier.