La performance du premier trimestre 2020 efface en grande partie de celle de toute l’année 2019 et ceci affecte les taux de couverture des caisses de pension.

Les marchés financiers ont souffert et restent encore dans un état fébrile. Pour le premier trimestre de 2020, les caisses de pension affichent des résultats qui oscillent entre -7% à -8% (cf. Pictet LPP40, UBS caisses de pension). Le dernier rapport de Swisscanto fait état d’une baisse moyenne de 7,77%.

Nous pensons que ces chiffres surestiment les performances des placements en immobilier et en Private Equity qui seront réévalués plus tard lors du 2ème trimestre.

Mauvaise performance veut aussi dire baisse des réserves des institutions de prévoyance. Le degré de couverture estimé à la fin du premier trimestre se situe à 108,9% pour les institutions de prévoyance privées. C’est-à-dire que ce niveau est pratiquement celui de fin 2018. Le graphique suivant montre l’ampleur de la baisse vu que cette année avait débuté avec un chiffre de 118,7%.

Evolution des degrés de couverture de 2008 au 31.03.2020

Certes, il y a baisse mais les experts de Swisscanto notent tout de même que 91,3% des institutions de prévoyance privées affichent un taux de couverture supérieur à 100%, tout comme 74,5% des caisses publiques à capitalisation totale. Dans ce segment, signalons que 25,6% des caisses sont en situation de sous-couverture à fin mars.

Répartition des institutions de prévoyance privées et publiques par fourchette de degré de couverture au 31.03.2020

Pour atténuer la douleur des résultats, Swisscanto présente la répartition des rendements cumulés estimés depuis le 1er janvier 2019. Le rendement pondéré de la fortune des 531 institutions fournissant les chiffres est de 2,86% pour cette période.

Rendements de toutes les institutions de prévoyance considérées depuis le 01.01.2019

Signalons que les experts de Swisscanto se basent, pour leurs calculs, sur l’allocation d’actifs des institutions de prévoyance au 31 décembre 2018. Ce qui suppose qu’aucune modification majeure n’y a été apporté.