En juin, la performance moyenne des caisses de pension de l’échantillon d’UBS s’affiche à -0,87% après déduction des frais.

Le mois de juin a connu une forte hausse pendant la première semaine. Toutefois, le retour de certains foyers infectieux en Chine et la hausse des morts aux Etats-Unis ont jeté un coup de froid aux marchés. Les querelles entre chinois et indiens n’ont rien arrangé (deux puissances qui détiennent l’arme nucléaire…).

Pour couronnée le tout, les économistes de l’OCDE et du FMI ont révisé leurs chiffres économiques à la baisse. Malgré toutes ces mauvaises nouvelles, les bourses ont montré de belles performances. Le MSCI World en dollars affiche une performance de 3% alors que l’indice MSCI des pays émergents (en dollars) gagne 7%. Même les marchés obligataires ont suivi le mouvement et, par exemple, le rendement du 10 ans italien a baissé de 22 points de base à 1,26%.

Un des grands gagnants du mois aura été le Nasdaq et le secteur de la technologie. Le secteur de la consommation cyclique a amorcé son retour et accompagne celui de la technologie à la hausse. Seule ombre au tableau, le marché des actions japonaises qui cale à l’image du Topix qui perd 0,3% en juin.

En moyenne, les caisses de pension suisses de l’échantillon affichent une hausse de 0,87% sur le mois. Les plus «mauvaises» performances se trouvent chez les grandes caisses de pension (0,83%), suivent les caisses de taille moyenne avec 0,88% et les gagnantes sont les petites caisses avec 0,91%. Le rendement moyen depuis le début de l’année se situe, à fin juin, à -2,35%.

 

Les actions mondiales affichent la meilleure performance avec 2,29% alors que le Private Equity/Infrastructure perd 1,65%. Les actions suisses performent moins bien que les étrangères compte tenu de la sous-pondération des valeurs technologiques. Les marchés obligataires se comportent relativement bien alors que les hedge funds donnent un rendement négatif pour le deuxième mois consécutif.

 

Source : Pictet Asset Management

Les différents indices LPP de Pictet montrent évidemment la même image avec une meilleure performance pour celui le plus investi en actions (LPP60) alors que la moins bonne se retrouve dans celle à forte pondération obligataire (LPP25).

Le ratio risque/performance sur les 36 derniers mois, se situe à 0,71 contre 0,63 le mois précédent. Le meilleur ratio de Sharpe, 0,84, est l’apanage des grandes caisses de pension et le plus mauvais, 0,59, chez les petites caisses.

La structure d’investissement, en fonction du capital, n’a pratiquement pas évolué en juin par rapport au mois précédent. La structure par pays montre que la Suisse reste dans le cadre juridique avec 45,53% du capital investi.