En septembre, la performance moyenne des caisses de pension de l’échantillon d’UBS s’affiche à 0,01% après déduction des frais.

Le coronavirus s’est à nouveau invité sur les devants de la scène. Les craintes de la fameuse seconde vague ont eu un effet négatif sur les investisseurs. La hausse de la volatilité mesurée par l’indice VIX et les prises de profits dans le secteur de la technologie attestent de l’humeur des intervenants des marchés financiers.

Seul point positif, les données économiques asiatiques qui offrent une lueur d’espoir aux investisseurs. Il semblerait que l’activité économique chinoise retrouve un second souffle et que le pays maîtrise mieux la pandémie.

En Europe, signalons que la BCE n’a absolument pas modifié sa politique lors de sa réunion du 10 septembre. Les analystes attendaient une réaction de la banque centrale face à l’appréciation de l’euro face au dollar (+4,6% au 3ème trimestre) mais aucun message clair n’a été articulé par le Conseil des gouverneurs.

En monnaies locales, les plus mauvaises performances parmi les indices majeurs se trouvent aux Etats-Unis. Le Nasdaq perd 5,2% et le S&P 500 3,9%. Les titres du secteur technologique ont fortement pesé sur la performance de ces indices. L’Eurostoxx 50 perd 2,4% alors que le SMI recule de 1,91%. Au Japon, l’indice Topix termine en légère hausse de 0,5% malgré le changement de premier ministre. Enfin, grâce aux pays asiatiques, l’indice MSCI Emerging «ne perd» que 1,8% en dollars.

En moyenne, les caisses de pension suisses de l’échantillon affichent une hausse de 0,01% sur le mois. Les plus «mauvaises» performances se trouvent chez les caisses de pension de taille moyenne (-0,03%), suivent les grandes caisses avec -0,02% et les gagnantes sont les petites caisses avec 0,06%. Le rendement moyen depuis le début de l’année se situe, à fin septembre, à -0,26%.

Septembre aura été un mois favorable au Private Equity/Infrastructure qui, avec 2,32% de hausse, affiche la meilleure performance. Les Hedge Funds suivent avec 1,86% alors que les actions globales ferment la marche avec une performance négative, la seule des différentes classes d’actifs. Les actions suisses se portent relativement bien grâce à leur caractère défensif et, évidemment, le peu de valeurs du secteur de la technologie.

Source : Pictet Asset Management

Les différents indices LPP de Pictet montrent Des performances contrastées mais aucune n’est négative. Les indice ayant le plus d’obligations gagnent plus que la moyenne des caisses de pension que nous voyons chez UBS. Par contre, les actions globales ont pesé sur la performance de l’indice Pictet LPP-60 qui ne progresse que de 0,07%.

Le ratio risque/performance sur les 36 derniers mois, se situe à 0,73 contre 0,76 le mois précédent. Le meilleur ratio de Sharpe, 0,86%, est l’apanage des grandes caisses de pension et le plus mauvais, 0,60, se retrouve chez les petites caisses.

La structure d’investissement, en fonction du capital, n’a pratiquement pas évolué en septembre par rapport au mois précédent. Grâce à sa bonne performance, l’immobilier gagne encore quelques points. Même constat pour le Private Equity/Infrastructure.