Les NFT, qui seront introduits en série limitée dès le 5 août sur le site Rubixmarket, ont pour objectif de renforcer et développer les liens entre le photographe Riocam et ses fans par le biais de la blockchain.

Si vous avez un compte Instagram et que vous aimez les voitures classiques, vous avez sûrement vu l’un des chefs-d’œuvre de RIOCAM et bientôt vous pourrez le compter parmi vos actifs culturels, sous forme de NFT lié à votre portefeuille numérique.

Riocam est l’un des artistes les plus influents dans le domaine de la photographie de notre époque. Il parvient à donner vie aux super-voitures les plus célèbres des années 80-90 avec une touche de modernité. Cizeta V16T, Maserati 200S, Bugatti EB 110 ne sont que quelques-unes des rares supercars que vous verrez dans ses photographies et toujours accompagnées de magnifiques modèles habillées et accessoirisées par les meilleurs marques de la mode actuelle.

«J’ai toujours été obsédé par un groupe de photographes de mode surnommé Les Trois Terribles ; vous les connaissez bien, j’en suis sûr. Chris Von Wangenheim, Guy Bourdin et Helmut Newton forment ce groupe qui inspire tant mon travail.() Avant eux, la photographie de mode ne concernait que la beauté absolue. C’était privé et exclusif. Ce groupe d’artistes avant-gardistes et renégats a changé la donne. Ils ont réussi à photographier et à publier des images montrant une femme abattue au volant d’une voiture ou un nu dans un hôtel ultra prestigieux.» RIOCAM.

Riocam Jesus is watching youIl semble évident que le moteur de Riocam est le réalisme. C’est probablement la raison pour laquelle il aime tant photographier en extérieur, les studios ne pouvant pas se comparer à la puissance de la nature. C’est là que son paradis bien-aimé Miami entre en jeu, une ville qui inspire son style.

Lorsque l’on parle de Miami, on ne peut pas éviter le sujet de la blockchain. Son maire veut en faire un crypto-hub, la capitale du Bitcoin. C’est pourquoi Riocam et RubiX, une place de marché de NFTs haut de gamme, ont annoncé leur collaboration afin d’amener la technologie NFT au premier plan de la propriété intellectuelle. «Je suis plus un entrepreneur qu’un photographe, j’aime donc le merchandising et les NFT en sont la parfaite évolution.» a déclaré l’artiste.

Les NFT (non fungible tokens) sont le sujet brûlant de 2021 et le resteront probablement tout au long de cette décennie, en raison de leurs propriétés techniques. L’une des questions clés, notamment pour quiconque s’intéresse aux problèmes juridiques soulevés par les NFT, peut être posée en ces termes: que possède réellement un acheteur lorsqu’il achète une NFT? La réponse est loin d’être évidente.

Pour rappel , un NFT est un jeton enregistré sur une blockchain, transférable et stockable comme n’importe quel autre cryptoactif, tel un bitcoin, mais avec une particularité: chaque jeton NFT possède une donnée unique et identifiable, au contraire des cryptoactifs traditionnels.

Les blockchains sont excellentes en tant que grands livres pour le suivi des transactions, mais sont loin de faire l’unanimité en tant que système de stockage ou de distribution de biens numériques de toute taille. Les fichiers des actifs médias, en particulier, sont tout simplement trop volumineux. Ainsi, lorsque l’on examine un système basé sur une blockchain impliquant du contenu média, y compris les NFT, il est important de toujours se demander: où est hébergé le contenu sous-jacent?

En effet, lorsqu’un utilisateur achète un NFT, il achète le jeton lui-même, et non l’actif numérique qui est lié au jeton. Le lien cryptographique entre le jeton et l’actif n’entraîne pas automatiquement le transfert de droits ou d’obligations relatifs à l’actif – cela relève d’un contrat entre l’acheteur et le vendeur.

L’achat du jeton peut inclure, dans le cadre du contrat, d’autres droits associés, et peut même inclure le transfert de la possession d’un fichier numérique de l’actif numérique, mais cela dépend entièrement des conditions de vente de tout NFT.

L’éventail des droits qui pourraient découler du NFT est pratiquement illimité.

Le NFT de Beeple vendu pour 69 millions de dollars lors de la récente vente aux enchères de Christie’s comprenait apparemment certains droits d’exposition de l’image, et l’artiste aurait déclaré qu’il travaillerait avec l’acheteur pour réaliser une exposition physique de l’œuvre. Mais l’artiste conserve le «copyright» [1] sur l’image.

Et il n’y a pas que l’artiste ou le vendeur original qui puisse avoir une copie du bien numérique sous-jacent. La plupart de ces biens sont exposés au public sur les plateformes de vente NFT, de sorte que tout le monde peut faire une capture d’écran ou éventuellement une copie. Tout comme l’existence d’un catalogue sur fiches n’empêche pas d’autres personnes de lire le livre qui se trouve sur l’étagère ou d’empêcher quelqu’un de voler un livre dans les rayons, la propriété d’une NFT n’empêche pas un tiers de faire une copie d’un actif numérique lié à un NFT s’il y a accès.

Riocam DivorceComme le souligne Demian Goldstraj , avocat à Miami et conseiller de Riocam il existe une idée fausse très répandue au sujet des NFT. «La plupart des gens supposent que la propriété d’un NFT confère un droit total sur l’œuvre d’art. Or, ce n’est pas du tout le cas. Les NFT ne confèrent que la propriété d’un actif numérique. C’est comme posséder un tableau ou toute autre œuvre d’art. Le simple fait de posséder une œuvre d’art ne permet pas de la reproduire. En d’autres termes, posséder une œuvre d’art et être capable de la reproduire sont deux choses différentes. La reproduction d’une œuvre d’art nécessite une autorisation communément appelée «copyright». Les NFTs n’accordent pas de «copyright»». L’idée est de pouvoir, dans le futur, transférer des droits spécifiques de manière plus efficace par le biais de NFT. Cela ouvrira un nouveau chapitre dans le transfert de propriété via les NFTs.

Dans son interview récent à ClassicDriver , Riocam à souligné: «Je voulais commencer par une œuvre d’art qui soit immédiatement reconnaissable comme la mienne, pour tâter le terrain, et elle sera attachée à une pièce physique (…) La prochaine étape est l’organisation simultanée d’une vente aux enchères de voitures et de NFT, mais nous vous en dirons plus à l’avenir…».[2]

Le photographe a sélectionné la blockchain RubiX pour le lancement de son NFT car celle-ci intègre la technologie propriétaire HiDE (Hi Density Image Embedding) rendant impossible la falsification de l’actif numérique, de sorte que les acheteurs peuvent être sûrs que leur actif numérique ne peut pas être copié. De plus, RubiX offre la seule technologie NFT disponible à ce jour pour lier des actifs physiques à des actifs numériques. La technologie intègre l’identité numérique sans mot de passe (DID -decentralized ID) et l’utilisation de QR Codes uniques qui nécessitent une authentification pour l’accès au NFT, empêchant ainsi la perte ou le vol des clés digitales. Les actifs numériques sont stockés sur la blockchain RubiX (on-chain), et non sur un serveur centralisé (off-chain), ce qui signifie que la propriété du NFT ne peut pas être accessible à d’autres parties et représente une véritable propriété de l’actif.

Riocam enchères

 

Riocam tout comme Kahuna[3] le nouvel réseau social décentralisé qui verra le jour en octobre 2021 ont choisi la blockchain RubiX pour sa technologie hautement évolutive, sécurisée et durable grâce à sa «Green Initiative».

[1] Le «copyright» ne protège pas l’auteur mais son œuvre. Il définit le droit dont dispose l’auteur de protéger l’exploitation de l’œuvre.

[2] https://www.classicdriver.com/en/article/art/riocam-reviving-art-bedroom-wall-poster-one-supercar-a-time

[3] Pour plus d’informations sur Kahuna , les utilisateurs et investisseurs intéressés peuvent contacter info@kahuna.network.

 

À propos de Riocam

Riocam est né à Medellin, en Colombie, et a grandi à Ft. Worth, au Texas. Tout au long de sa longue carrière de photographe de mode, le travail de RIOCAM a façonné l’industrie de la mode à Miami au cours de la dernière décennie. The Webster, Del Toro, Cotton Citizen, Stella McCartney, OFFWHITE, ERES Paris, L’Oréal, ont tous trouvé leur identité photographique dans son travail. En outre, RIOCAM est actuellement le fondateur et le directeur de la création de United Rivers, ainsi que le directeur de la création et le partenaire fondateur du magazine Toys for Boys. https://www.riocam.studio/ https://www.instagram.com/riocam/

À propos de RubiX

RubiX Network AG, une blockchain offrant des solutions de sécurité et de stockage -BaaS- , à grande échelle, accessible à tous, partout dans le monde. Grace au consensus Proof of Harvest (PoH) et sa « Green Initiative », RubiX met au centre de ses préoccupations le développement d’une blockchain durable, sécurisé et permettant une scalabilité accrue. https://www.rubix.network/