Les flux d’actions européennes sont devenus positifs en juin pour la première fois en 28 mois - nous examinons ce qui pourrait relancer l’intérêt des investisseurs pour la classe d’actifs.

Par Simon Corcoran, Directeur d’investissements, actions européennes

 

Les deux dernières années ont été difficiles pour les actions paneuropéennes. Sous l’effet conjugué des préoccupations politiques, notamment concernant le Brexit, et de la faiblesse de la croissance économique, de nombreux investisseurs ont boudé la classe d’actifs. Les investisseurs en actions ont plutôt eu tendance à privilégier les États-Unis.

Toutefois, certains signes indiquent un regain d’intérêt pour l’Europe de la part des investisseurs. Le graphique ci-dessous, qui utilise les données de Morningstar, montre que les actions européennes gérées de manière active ont fait l’objet de flux positifs en juin. Ce phénomène intervient après 28 mois consécutifs de sorties de capitaux des fonds actifs au sein de la classe d’actifs.

 

 

Pourquoi un tel regain d’intérêt? Tout d’abord, l’Europe a relativement bien réussi à contenir le coronavirus. Bien qu’un certain nombre de pays, notamment l’Italie, aient été gravement touchés dans les premiers mois de la pandémie, les mesures strictes de confinement imposées par les autorités ont réussi à ralentir la propagation du virus. L’activité économique, y compris le tourisme international, a redémarré dans de nombreux pays.

Plus important encore peut-être, la réponse de l’UE a contribué à renforcer la confiance. Les différents pays ont soutenu les ménages et les entreprises par divers moyens, mais le fonds de relance de l’UE, doté de 750 milliards d’euros, constitue une avancée importante. Il prévoit que la Commission européenne emprunte sur les marchés de capitaux et qu’un programme de subventions de 390 milliards d’euros soit mis en place pour les États membres économiquement affaiblis par la Covid-19.

L’ampleur du fonds de relance avait déjà donné un coup de fouet aux marchés lors de sa proposition initiale. Le fait qu’il ait désormais été adopté, bien qu’après de longues négociations, montre à quel point les autorités européennes sont capables d’apporter une réponse crédible et coordonnée. Il s’agit d’une mesure positive qui pourrait avoir surpris certains observateurs et spécialistes de l’allocation d’actifs.

Il est évident que les perspectives sont incertaines, notamment en ce qui concerne la propagation du virus. Des foyers continuent à émerger et la perspective d’une deuxième vague ne saurait être écartée.

Toutefois, la réponse apportée par l’Europe au virus jusqu’à présent peut être un facteur susceptible d’attirer les investisseurs vers les actions de la région, tant en termes de confinement que d’action collective sur le fonds de relance. De leur côté, les États-Unis font face à de nouvelles mesures de confinement dans certains États et à une élection présidentielle incertaine cet automne.

Parallèlement, les valorisations en Europe restent attrayantes par rapport aux États-Unis. Fin juin, le ratio cours/bénéfice corrigé des variations conjoncturelles s’est établi à 18,2x pour l’Europe hors Royaume-Uni et à 12,7x pour le Royaume-Uni, contre 27,7x pour les États-Unis.


Information importante: Cette communication est destinée à des fins marketing. Ce document exprime les opinions de ses auteurs sur cette page. Ces opinions ne représentent pas nécessairement celles formulées ou reflétées dans d’autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders. Ce support n’est destiné qu’à des fins d’information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Le support n’est pas destiné à représenter une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de tout instrument financier. Il n’est pas destiné à fournir, et ne doit pas être considéré comme un conseil comptable, juridique ou fiscal, ou des recommandations d’investissement. Il convient de ne pas se fier aux opinions et informations fournies dans le présent document pour réaliser des investissements individuels et/ou prendre des décisions stratégiques. Les performances passées ne constituent pas une indication fiable des résultats futurs. La valeur des investissements peut varier à la hausse comme à la baisse et n’est pas garantie. Tous les investissements comportent des risques, y compris celui de perte du principal. Schroders considère que les informations de la présente communication sont fiables, mais n’en garantit ni l’exhaustivité ni l’exactitude. Certaines informations citées ont été obtenues auprès de sources externes que nous estimons fiables. Nous déclinons toute responsabilité quant aux éventuelles erreurs commises par ou informations factuelles obtenues auprès de tierces parties, sachant que ces données peuvent changer en fonction des conditions de marché. Cela n’exclut en aucune manière la responsabilité de Schroders à l’égard de ses clients en vertu d’un quelconque système réglementaire. Les régions/secteurs sont présentés à titre d’illustration uniquement et ne doivent pas être considérés comme une recommandation d’achat ou de vente. Les opinions exprimées dans le présent support contiennent des énoncés prospectifs. Nous estimons que ces énoncés reposent sur nos anticipations et convictions dans des hypothèses raisonnables dans les limites de nos connaissances actuelles. Toutefois, aucune garantie ne peut être apportée quant à la réalisation future de ces anticipations et opinions. Les avis et opinions sont susceptibles de changer. Ce contenu est publié au Royaume-Uni par Schroder Investment Management Limited, 1 London Wall Place, London EC2Y 5AU. Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 1893220. Agréé et réglementé par la Financial Conduct Authority.