Hamish Chamberlayne, gérant de la stratégie actions durables internationales de Janus Henderson, évoque les récents développements influençant le monde de l'investissement socialement responsable (ISR), ainsi que le positionnement, la performance et l'activité de la stratégie.

Hamish Chamberlayne

Les marchés boursiers mondiaux ont titubé au cours du deuxième trimestre et le MSCI World Index a difficilement grappillé quelques gains en dollars US. Les rendements des investisseurs non libellés en dollars US ont toutefois mieux performé car le dollar s’est renforcé face à la plupart des principales devises.

Les données économiques restent largement positives mais il ne faut pas perdre de vue que les chiffres cumulés masquent une réalité plus complexe: certains secteurs de l’économie enregistrent une croissance solide alors que d’autres rencontrent des difficultés. L’environnement géopolitique volatil continue également de peser sur le sentiment des investisseurs; les tensions commerciales se sont exacerbées entre les États-Unis et le reste du monde et plusieurs devises et bourses asiatiques ont accusé de fortes baisses.

Solidité des projets solaires

L’énergie est le secteur qui a réalisé la meilleure performance au cours du deuxième trimestre, le cours du pétrole brut dépassant les 70 dollars par baril pour la première fois en trois ans. La solidité de la croissance économique explique en grande partie le resserrement du marché mais les inquiétudes en matière d’offre ont vraisemblablement joué un rôle plus important avec les interventions des États-Unis, qui ont réimposé les sanctions à l’Iran, et les conditions de production instables au Nigeria, au Venezuela et en Libye.

Nous ne pensons pas que les niveaux actuels du cours du pétrole s’inscriront dans la durée: la hausse du prix des combustibles fossiles ne fera qu’accélérer les investissements dans les technologies vertes qui, après cinq années de forte baisse des prix, sont désormais compétitifs sur le plan économique, sans devoir recourir aux subventions. En effet, les investissements en énergie renouvelable ont fortement augmenté en 2017, les installations d’énergie solaire atteignant un nombre record à travers le monde et dépassant le nombre conjugué net d’usines de charbon, de gaz et de centrales nucléaires.1

Les investissements dans les technologies vertes sont désormais compétitifs sur le plan économique, sans devoir recourir aux subventions

Les conditions du marché ne sont pas favorables si l’une de vos principales activités consiste à fournir des turbines aux centrales nucléaires et aux centrales électriques à combustibles fossiles à grande échelle. Ceci explique notamment la baisse de quasiment 60% du prix de l’action General Electric au cours des deux dernières années. Le passage à une économie à faible teneur en carbone est l’une des principales tendances d’investissement générationnelle sur laquelle nous mettons l’accent, et nous prévoyons de nombreuses années de perturbation pour les industries liées aux combustibles fossiles.

«Magnifique» : la vision de la Chine en termes de développement durable

Notons que la Chine montre désormais la voie en termes d’investissements dans les technologies vertes, le pays réalisant environ 45% des investissements en énergie renouvelable et quasiment 50% des ventes de voitures électriques à l’échelle internationale en 2017. L’an dernier, le président chinois Xi Jinping a affirmé l’engagement de la Chine en faveur du développement durable avec pour objectif la création d’une Chine propre, verte et «magnifique», entraînant une amélioration du niveau de vie et des écosystèmes sains. Nous pensons que la détermination de la Chine, et le rythme du changement, en étonneront plus d’un.

Il reste toutefois encore beaucoup de chemin à parcourir. Selon une enquête récente, les énergies renouvelables n’ont, en 2017, représenté que 12,1% de la production d’électricité à l’échelle internationale, alors que la vente de 1,1 million de voitures électriques a correspondu à moins de 2% du total des ventes de voitures. Pendant ce temps, la concentration atmosphérique de dioxyde de carbone a explosé, passant de 2,3 parties par million (ppm) pour atteindre 406,5 ppm l’an dernier. L’année dernière fut marquée par la canicule, les températures enregistrées la plaçant au 2e rang juste derrière le record de 2016 de 0,99 degré Celsius au-dessus de la moyenne de 1951 à 1980.1

L’attention se tourne vers les FAANG​

Les titres internet de grande capitalisation ont vu leurs cours fortement augmenter au cours du deuxième trimestre. En fait, une part importante des rendements totaux pondérés en fonction de la capitalisation boursière du MSCI World Index était attribuable à seulement cinq titres: Facebook, Amazon, Apple, Netflix et Google d’Alphabet (appelés les « valeurs FAANG »). A l’exception d’Apple, ces sociétés continuent d’enregistrer une croissance solide. Notre stratégie actions internationales durables n’investit dans aucune de celles-ci, ce qui a affecté la performance relative.​

L’un des socles de notre philosophie d’investissement réside dans la conviction que les rendements des investissements les plus durables à long terme seront générés par des sociétés offrant des biens et des services favorables à l’environnement et à la société. Nous admirons plusieurs aspects de ces sociétés mais nous pensons également qu’elles sont grevées par certaines externalités négatives sous-estimées. La législation reste une menace sérieuse et des risques pèsent également sur leurs chaînes d’approvisionnement ainsi que sur le possible changement d’attitude des consommateurs envers la confidentialité des données.

 


1. Source: programme des Nations unies pour l’environnement, centre de collaboration Frankfurt School-UNEP, et Bloomberg New Energy Finance, ‘Tendances mondiales en matière d’investissements en énergie renouvelable 2018’.

J'aime cet article 32

Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur au moment de la publication du présent document et peuvent différer de celles d’autres collaborateurs/équipes de Janus Henderson Investors. Les références à des titres, fonds, secteurs et indices au sein du présent document ne sauraient être interprétées comme une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Toutes les données de performance tiennent compte du revenu, des gains et des pertes en capital mais n’incluent pas les frais récurrents ou les autres dépenses du fonds. La valeur d’un investissement et ses rendements peuvent augmenter ou diminuer et vous pourriez ne pas récupérer l’intégralité du montant investi à l’origine. Les informations contenues dans cet article ne constituent pas une recommandation d’investissement.