La nouvelle étude de Symbiotics porte sur le développement de l’inclusion financière dans les marchés émergents et frontières.

Soutenu par 12 années de données quantitatives sur plus de 40 indicateurs de performance, le document intitulé Banking for Impact, récemment publié par Symbiotics, examine, à travers le prisme de ses institutions financières partenaires, les développements qui ont eu lieu sur les marchés financiers inclusifs. C’est une publication inédite pour l’industrie de «l’impact investing», ayant trait au modèle économique des entités partenaires de Symbiotics, décrivant de manière transparente leurs clients, produits, actifs, financements, risques et profits.

Le PDG de Symbiotics, Roland Dominicé, déclare :

«Depuis notre création en 2005, nous avons été émerveillés par la capacité de nos institutions financières à non seulement innover, développer des modèles durables et agir en tant que banquiers responsables, mais aussi et surtout par leurs efforts pour servir la base de la pyramide sur leurs marchés domestiques.»

Il ajoute: «Ce papier est dédié à ces prestataires de services financiers; il rend compte de leur diversité, de leur succès et de leur détermination.»

Forte de ses quelques 15 années d’expérience dans l’investissement d’impact, à travers des prêts aux intermédiaires financiers locaux actifs dans la microfinance ou, plus largement dans l’inclusion financière, Symbiotics met en lumière dans cette étude les caractéristiques qui distinguent les institutions financières selon leur type, leur taille et les régions dans lesquelles elles opèrent.

Les principales tendances pour les institutions de l’échantillon sur la période 2006 à 2017 sont les suivantes :

• Clientèle: Croissance du nombre de clients ; prêts de taille stable ciblant les segments les plus pauvres; accroissement de la clientèle féminine, rurale et agricole;

• Produits: Élargissement de la gamme des produits de crédit ; augmentation de l’offre d’autres produits financiers et non financiers;

• Portefeuille: Croissance à deux chiffres ; prix concurrentiels ; diminution des coûts du portefeuille;

• Financement: De plus en plus local ; légèrement plus coûteux ; effet de levier maîtrisé;

• Risque: Baisse des réserves et des liquidités à court terme ; meilleure gestion du risque de change;

• Rendement: Hausse des revenus découlant d’activités non liées aux prêts ; baisse de la rentabilité.

«Au cours des 12 ans sur lesquels l’étude s’est penchée, les profils de nos institutions financières se sont alignés aux changements survenus sur les marchés régionaux d’inclusion financière,» précise Ramkumar Narayanan, l’auteur du papier. «Les tendances présentées dans le papier reflètent donc les réalités observées sur ces marchés.»

 


Télécharger le document complet sur le site de Symbiotics (en anglais)