Nous assistons actuellement à un renouveau de l’ancienne économie sur les marchés financiers. Les valeurs phares d’hier, telles que BASF, reviennent sur le devant de la scène, avec un potentiel de cours très prometteur. Grâce aux produits à levier Swiss DOTS, trouvez la composition «chimique» idéale pour votre portefeuille.

Il existe plus de 150 millions de composés chimiques sur Terre, dont la grande majorité n’est pas encore exploitée économiquement. Pour sa part, l’industrie chimique réalise des avancées exponentielles : le nombre de composés chimiques enregistrés a plus que triplé depuis l’an 2000, passant à environ 350’000 composés au total. L’entreprise allemande BASF est une experte en la matière. Ce leader mondial du marché ne se contente pas du simple rôle d’acteur majeur dans d’innombrables secteurs, il revient également depuis peu en tête du marché boursier.

Un avenir qui s’annonce radieux

Le redressement post-effondrement des valeurs technologiques a propulsé l’action BASF en tête du DAX, après une longue phase de sous-performance. Depuis le 1er janvier de cette année, le titre dépasse le marché mondial de plus de 10 points et atteint le tiercé de tête au classement des plus grosses entreprises. Il ne s’agit ici que du début de la remontée, puisque de nombreux indicateurs plaident en faveur d’une hausse durable.

Alors que l’ancienne économie semble connaître un regain sur les marchés financiers, des motifs opérationnels permettent également d’expliquer cette hausse. On murmure déjà sur le marché que BASF pourrait légèrement dépasser ses objectifs, déjà revus à la hausse en novembre dernier. Les prévisions pour l’année en cours sont tout aussi bonnes que la performance passée. D’après l’Association de l’industrie chimique allemande (VCI), le contexte reste positif. Les experts du secteur anticipent une détente sur les chaînes d’approvisionnement à partir de cet été et tablent sur une hausse de 5% des recettes, soit EUR 231 milliards.

Stratégie claire pour le géant de la chimie

Numéro un du secteur, BASF est le mieux placé pour tirer profit des projections favorables. Qu’il s’agisse de fabrication de produits chimiques et de plastiques, d’extraction de gaz et de pétrole, ou du lancement des technologies de demain, telle que la mobilité électrique, l’entreprise allemande a une longueur d’avance dans de nombreux secteurs. BASF fait de plus le pari d’une stratégie d’interconnexion. Objectif: un minimum de sites pour une intégration maximale, lui permettant de réduire les coûts et d’augmenter les marges. De plus, le groupe abandonne certains secteurs ne répondant plus aux exigences actuelles, telle que le développement de catalyseurs.

BASF envisage notamment de se séparer de la filiale gazière Wintershall DEA. Une annonce particulièrement prometteuse, puisque le géant allemand détient deux tiers de Wintershall DEA et que cette dernière souhaite faire son entrée en bourse dès cette année. D’après de nombreux analystes, si cette séparation devenait effective, elle pourrait entraîner une réévaluation de l’action BASF. Il reste toutefois un obstacle. Le deuxième actionnaire majoritaire, le fonds d’investissement Letter One du milliardaire russe Mikhaïl Fridman, estime que le moment n’est pas opportun et préférerait procéder à des acquisitions supplémentaires pour augmenter la valeur de la filiale. BASF ne se laisse toutefois pas détourner de son objectif: «Nous sommes d’avis qu’une introduction en bourse reste la meilleure façon de rentabiliser notre participation.»

Décollage boursier imminent

L’introduction en bourse (IPO) pourrait être la cerise sur le gâteau pour BASF au vu des projections toujours positives et de la valorisation actuelle, avec un rapport cours/bénéfices de 11.1 prévu pour 2023. Les analystes tablent sur un bénéfice par action de EUR 6.07 pour BASF l’an prochain. Cela représenterait une augmentation de 50% par rapport à 2018, année où le titre valait pourtant nettement plus, atteignant son record historique de EUR 98.80. Il faut encore ajouter au bénéfice par action un rendement sur dividendes attractif de 5.1%. Au vu de ces paramètres de valorisation réjouissants, il n’est pas surprenant que les analystes attribuent unanimement à l’action BASF la recommandation «Acheter». L’objectif de cours moyen est fixé à EUR 80, les analystes de Kepler estimant que sa juste valeur se situerait plutôt à EUR 100.

Un investissement qui en vaut la peine

L’action BASF devrait progresser d’environ 50% pour atteindre un cours à trois chiffres. Une performance si élevée est tout aussi réalisable avec une hausse plus modérée. La formule magique: l’effet de levier. Selon leur appétence au risque, les investisseurs trouveront sur la plateforme Swiss DOTS une large gamme de titres à effet de levier leur permettant d’engranger des bénéfices importants pour un investissement minime. La plateforme propose actuellement quelque 500 warrants et produits dérivés pour l’entreprise allemande BASF.
Pour profiter de la forte dynamique actuelle du titre, qui ne devrait que se renforcer au vu des chiffres, le mini-future Long d’UBS (valeur 115542880) est tout à fait recommandé. Ce produit applique un multiplicateur de 7.5 à l’évolution du cours, la valeur du knock out à 60.7722 offrant une marge de plus de 10 % par rapport au cours actuel. Même si cet «amortisseur de risque» semble confortable, le mini-future Long est recommandé pour de la spéculation à court terme uniquement au vu de l’extrême volatilité du marché. Pour profiter de la tendance haussière à moyen terme, favorisée par l’éventuelle IPO de Wintershall DEA, le warrant de la Société Générale (valeur 116305378) semble le plus recommandé. Le cap s’établissant à 70 euros, le produit est déjà à la monnaie. De plus, il court jusqu’en décembre 2022, ce qui laisse amplement le temps d’exploiter le potentiel du titre du DAX.

 

À propos de Swiss DOTS

Swiss DOTS est la première plateforme suisse de trading d’OTC pour les produits à levier. BASF n’est qu’une possibilité parmi les 90’000 idées d’investissement proposées sur la plateforme que vous pouvez trader chaque jour entre 8h00 et 22h00 pour CHF 9.- flat par transaction.