La théorie des jeux peut aider à expliquer la lenteur des mesures et actions contre le réchauffement climatique. Alors que les protestations dans le monde s’intensifient et que l’intérêt pour le réchauffement climatique augmente, nous pourrions bien approcher d’un seuil critique.

Par Marc Hassler, Analyste Investissement durable

 

Marc Hassler

Le “dilemme du prisonnier” est une perspective bien connue de la théorie des jeux, qui explique le comment et le pourquoi de la coopération ou de la compétition entre les individus. Selon le dilemme du prisonnier, des individus rationnels pourraient ne pas coopérer même s’il est dans leur intérêt de le faire. En faisant passer leurs intérêts personnels en premier, les individus rationnels peuvent engendrer un résultat global moins bon.

Dans le contexte du réchauffement climatique, le dilemme du prisonnier s’est révélé plus pertinent que jamais. Il nous aide à comprendre pourquoi les pays du monde entier ont reporté si longtemps les mesures visant à limiter l’augmentation de la température, malgré les mises en garde des scientifiques sur les risques à venir.

Le réchauffement climatique est un problème d’envergure mondiale, qui requiert une action individuelle de la part de nombreuses personnes, entreprises et pays du monde entier. Les coûts sont globaux et résultent d’actions collectives mondiales. Par ailleurs, ils affecteront bien plus les générations futures que celles d’aujourd’hui. Parce que les actions requises sont perturbatrices, la plupart des personnes choisiront de laisser les autres agir, laissant ainsi le problème global sans réponse.

Toutefois, les bénéfices associés à l’action de chaque acteur ont récemment commencé à changer. Les coûts inhérents à l’action ont chuté, et les avantages de la lutte contre les risques climatiques sont devenus plus clairs, ce qui a incité une part croissante de la population mondiale à sacrifier l’intérêt personnel au profit de la collaboration. L’augmentation des protestations publiques attirant l’attention sur le réchauffement climatique à l’échelle mondiale en est un des signes les plus notables.

La grève de la jeunesse pour le climat (Fridays-for-Future), un mouvement initié par la jeune Suédoise Greta Thunberg, a donné lieu à plus de 2000 manifestations dans 125 pays en une seule journée, ce qui montre bien la demande accrue de solutions de la part des plus jeunes. Les mouvements Extinction Rebellion dans plusieurs villes européennes constituent un autre exemple du choix des individus pour la collaboration au lieu de placer les intérêts personnels au premier plan. Cette manifestation de 10 jours a fait figure d’appel pressant à l’action politique et à la collaboration à une échelle sans précédent.

Recherches Google pour «climate change» dans le monde
Source : Google Trends, mai 2019

Les données Google Trends présentées ci-dessus confirment également l’attention que suscite le réchauffement climatique. La droite de tendance relative aux recherches «climate change» a toujours été plane, malgré des hauts et des bas saisonniers, ainsi que le pic enregistré lors de la conférence de Bonn sur le changement climatique en mai 2017, qui a largement été couvert par les médias. En revanche, cette droite s’est clairement orientée à la hausse ces 12 derniers mois.

Seul l’avenir nous le dira, mais nous pensons que nous approchons d’un seuil critique. Dans la théorie des jeux, la solution au dilemme du prisonnier change lorsque l’on prend en compte le temps et la répétition. À mesure que les coûts et les avantages changent, la collaboration devient la solution optimale pour les acteurs rationnels. La vue d’écoliers et de leurs aînés dans les rues, qui réclament des mesures, pourrait signer le début d’un changement de direction soudain de l’appareil politique mondial.

 

Chez Schroders, nous disposons de plusieurs outils sur le thème du développement durable en cette période de perturbation sans précédent, notamment notre Tableau de bord du changement climatique et SustainEx.

Pour consulter d’autres paroles d’experts sur le développement durable, cliquez ici.