L'année 2020 a vu l’économie globale plonger dans la tourmente. Contrairement à de nombreuses crises passées, celle-ci était unique en ce qu’elle n’était pas d'origine économique mais a commencé comme une crise sanitaire.

Par Kristina Hooper, Chief Global Market Strategist

 

La pandémie de COVID-19 a rapidement eu un impact économique suite aux confinements à travers le monde, ce qui a entravé l’activité économique et a provoqué une destruction, sans précédent, de la demande. Compte tenu de ces circonstances, nous reconnaissons que la forme de croissance économique dans l’année à venir dépendra d’une grande variété de facteurs, notamment: le taux d’infection, la politique budgétaire, la politique monétaire, la politique de santé publique, y compris la sévérité des confinements, les progrès vers le développement de thérapies et d’un vaccin, et la confiance des consommateurs et celle des entreprises.

Pour aborder l’étendue de possibilités qui nous attendent dans cet environnement, chez Invesco, nous avons réuni certains de nos professionnels de l’investissements et de nos leaders d’opinion pour expliciter nos perspectives pour 2021 selon un scénario de base, un scénario très optimiste et un scénario pessimiste. Notre objectif est de vous fournir une gamme de possibilités, vous permettant de sélectionner le scénario qui correspond le plus étroitement à vos attentes pour l’année à venir. Afin de fournir une mise en perspective, nous avons abordé ces scénarios à la fois sur une base globale et par rapport à des économies régionales – les États-Unis, la zone euro et la Chine.

Notre cas de base

Notre scénario de base prévoit que l’économie mondiale continue de récupérer, bien que de manière inégale et à un rythme plus lent. Le COVID-19 a eu un impact extrêmement négatif sur l’économie chinoise, mais sa reprise est bien engagée. Nous nous attendons à ce que la Chine puisse surperformer compte tenu de son meilleur contrôle du virus, alors que les États-Unis et la zone euro sont susceptibles de faire l’expérience de pauses dans leurs réouvertures respectives. Nous nous attendons à des ralentissements partiels bien que certaines mesures de relance budgétaire puissent continuer de soutenir l’activité.

Notre hypothèse dans ce scénario est qu’un vaccin efficace sera développé et déployé dans la seconde moitié de 2021.

Dans cet environnement, nous prévoyons que l’économie des biens continuera à dépasser les services en début d’année, jusqu’au déploiement d’un vaccin au second semestre 2021. Les services rebondiront alors plus vigoureusement.

Notre scénario optimiste: reprise en «V»

Dans ce scénario, la reprise économique mondiale est plus robuste, emmenée par la Chine mais aussi par d’autres économies plus rapidement grâce au développement et à la distribution d’un vaccin au premier semestre 2021. Nous anticipons aussi une relance budgétaire plus massive.

Notre scénario pessimiste: Double-Dip

Dans ce scénario, nous supposons plusieurs vagues de virus difficiles à contrôler, nécessitant un renouvellement des confinements régionaux dans de nombreux pays, pénalisant ainsi l’économie mondiale. Dans ce scénario, nous supposons que la relance monétaire et budgétaire est trop lente et inadéquate car la volonté politique et la marge de manœuvre budgétaire pour ces actions politiques se révèlent inférieures à celles de 2020.

Allocation

Dans notre scénario de base, nous prévoyons que les actions puissent surperformer les obligations alors que la croissance dépasse la tendance, le cycle mondial des bénéfices se rétablit et les actifs risqués sont soutenus par une forte croissance de la masse monétaire.

Source: Invesco Investment Solutions, September 2020. A titre d’illustration uniquement.

La réouverture progressive des secteurs reposant sur le face-à-face avec les clients favorisera les cycliques, l’approche «value» et les actions de petites et moyennes capitalisations, également soutenues par des valorisations attractives et la hausse des rendements obligataires. A notre avis, l’appétit pour le risque en hausse et la dépréciation du dollar américain favoriseront les actions des marchés émergents vis-à-vis des marchés développés. Les valorisations des devises et celles des marchés locaux peuvent favoriser les pays développés hors US par rapport aux actions américaines, soutenues également par une surperformance cyclique en 2021 et par la rotation sectorielle et régionale de croissance à valeur.

Dans l’obligataire, nous pensons que les marchés du crédit ont de la place pour une compression des primes supplémentaire et pourront encore offrir des rendements ajustés au risque attrayants. Les courbes de taux mondiales pourront se raidir avec une hausse progressive des rendements obligataires, mais resteront bien ancrées à court terme sous l’effet des programmes d’achat d’actifs et des faibles anticipations d’inflation. Les actifs réels devraient bien se porter grâce à une inflation faible et stable.

 

Télécharger le document complet «Outlook 2021» (pdf, 21 pages, en anglais)


Avertissements concernant les risques
La valeur des investissements et les revenus vont fluctuer, ce qui peut en partie être le résultat des fluctuations de taux de change et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant total de leurs investissements initiaux.

Informations importantes
Ce article contient des informations communiquées à des fins d’illustration uniquement. Il est réservé exclusivement aux réservé aux clients professionnels en Suisse. Les prévisions ne sont pas des indicateurs fiables des performances futures.
Le présent document constitue une information promotionnelle et ne peut être considéré comme une recommandation d’acheter ou vendre une quelconque classe d’actif, valeur ou stratégie. Les dispositions réglementaires portant sur l’impartialité des recommandations d’investissement et des recommandations de stratégies d’investissement ne sont donc pas applicables et il en va de même des interdictions de négocier l’instrument avant publication.
Données au 31.12.2020, sauf indication contraire.
Lorsqu’un professionnel de la gestion ou un centre d’investissement a exprimé ses opinions, celles-ci sont basées sur les conditions de marché actuelles ; elles peuvent différer de celles des autres centres d’investissement et sont susceptibles d’être modifiées sans préavis.
Ce article est publié en Suisse par Invesco Asset Management (Schweiz) AG, Talacker 34, CH-8001 Zurich.