La chronique obligataire de J.P. Morgan Asset Management.

Par Iain Stealey, International Chief Investment Officer of the Global Fixed Income, Currencies & Commodities Group

Après une période difficile en termes de performances en 2018, nous surveillons à présent cinq enjeux susceptibles d’influencer les marchés durant une année qui pourrait elle aussi s’avérer volatile.

 

Fondamentaux

L’une des principales préoccupations des investisseurs en 2019 sera le risque que la Réserve fédérale américaine (Fed) n’adopte une politique inappropriée. Bien que le relèvement des taux américains en décembre (le quatrième en 2018) ait été conforme à ses orientations prospectives et aux attentes, les marchés internationaux ont mal réagi, laissant penser que les investisseurs redoutent désormais le risque d’un resserrement excessif. Si les conditions restent favorables, nous pensons que la Fed pourra relever ses taux encore deux fois en 2019, mais nous en sommes moins convaincus qu’avant et le calendrier est incertain.

L’évolution du taux des fonds fédéraux est l’un des cinq facteurs qui, selon nous, influenceront les marchés cette année. Elle dépend intrinsèquement des quatre autres facteurs, à savoir l’issue des négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine (qui freinent l’activité économique mondiale), la solidité de la demande de pétrole, les développements politiques (dont le budget en Italie, le Brexit et l’impasse au Congrès américain) et les conséquences de la réduction des mesures de relance budgétaire aux Etats-Unis (due au blocage du Congrès). Il ne fait peu de doute que l’absence de résolution des incertitudes qui persistent actuellement aura un impact négatif sur les marchés et empêchera la Fed de relever à nouveau ses taux. Ce qui reste à déterminer est la probabilité d’issues positives, et l’ampleur du coup de fouet qu’elles pourraient donner à l’économie mondiale, qui permettrait à la Fed d’exercer son mandat.

L’indice PMI manufacturier de l’ISM reflète les craintes généralisées entourant le commerce international
Source: Institute for Supply Management ; données au 31 décembre 2018. PMI = «Purchasing Managers Index», ou indice des directeurs d’achat.

Valorisations quantitatives

Les déclarations rassurantes du Président de la Fed Jerome Powell au début du mois ont permis d’effacer en grande partie la sous-performance de décembre. Les actifs risqués s’affichaient en forte hausse au 9 janvier, avec un gain de 3,14% des titres américains à haut rendement depuis le début de l’année, effaçant leurs pertes de décembre. Les rendements des bons du Trésor ont augmenté en conséquence, passant d’un creux de 2,56% le 3 décembre 2018 à 2,71% le 9 janvier 2019. Les prévisions de taux d’intérêt ont elles aussi évolué de façon spectaculaire. Le 3 janvier, le marché tablait sur un repli de 44 points de base (pb) des taux d’ici à la fin 2020. Le 9 janvier, il prévoyait une baisse de 12 pb (nous estimons toutefois que ce niveau sous-estime la probabilité de nouvelles hausses cette année, sous réserve des issues positives évoquées plus haut).

Facteurs techniques

Sur les marchés obligataires, l’un des principaux facteurs techniques est la dynamique de l’offre et de la demande de bons du Trésor américain. S’agissant de l’offre, plusieurs émissions sont attendues afin de financer le creusement du déficit budgétaire des Etats-Unis. Toutefois, le marché est déjà bien conscient de cet obstacle potentiel et, compte tenu du résultat des élections de mi-mandat l’an dernier, il est très peu probable que l’offre augmente de nouveau en raison de mesures de relance budgétaire. S’agissant de la demande, la Fed a mis fin à son assouplissement quantitatif et réduit activement son bilan. Toutefois, l’impact de ces décisions pourrait être atténué par les déclarations récentes de Jerome Powell, indiquant que la Fed est prête à marquer une pause dans la réduction de son bilan si les conditions l’imposent.

Quelles implications pour les investisseurs obligataires?

Il est trop tôt pour savoir si la reprise de la nouvelle année laisse présager des performances robustes en 2019, compte tenu des obstacles qui s’annoncent. Nous sommes prudemment optimistes. Les observateurs du marché surveilleront de très près l’issue des guerres commerciales, les inquiétudes politiques et la diminution des mesures de relance budgétaire aux Etats-Unis. La Fed, qui a changé de ton et ne ménage pas ses efforts pour démontrer qu’elle dispose de la patience et de la flexibilité nécessaires pour gérer un environnement économique incertain, ne sera pas en reste en la matière.


Cette communication commerciale et les opinions qu’elle contient ne constituent en aucun cas un conseil ou une recommandation en vue d’acheter ou de céder un quelconque investissement ou intérêt y afférent. Toute décision fondée sur la base des informations contenues dans ce document sera prise à l’entière discrétion du lecteur. Les analyses présentées dans ce document sont le fruit des recherches menées par J.P. Morgan Asset Management, qui a pu les utiliser à ses propres fins. Les résultats de ces recherches sont mis à disposition en tant qu’informations complémentaires et ne reflètent pas nécessairement les opinions de J.P.Morgan Asset Management. Sauf mention contraire, toutes les données chiffrées, prévisions, opinions, informations sur les tendances des marchés financiers ou techniques et stratégies d’investissement mentionnées dans le présent document sont celles de J.P. Morgan Asset Management à la date de publication du présent document. Elles sont réputées fiables à la date de rédaction. Elles peuvent être modifiées sans que vous n’en soyez avisé. Il est à noter par ailleurs que la valeur d’un investissement et les revenus qui en découlent peuvent évoluer en fonction des conditions de marché et que les investisseurs ne sont pas assurés de recouvrer l’intégralité du montant investi. La performance et les rendements passés ne préjugent pas forcément des résultats présents ou futurs. Aucune certitude n’existe quant à la réalisation des prévisions. J.P. Morgan Asset Management est le nom commercial de la division de gestion d’actifs de JPMorgan Chase & Co et son réseau mondial d’affiliés. Dans les limites autorisées par la loi, vos conversations sont susceptibles d’être enregistrées et vos communications électroniques contrôlées dans le but de vérifier leur conformité à nos obligations juridiques et règlementaires et à nos polices internes. Les données personnelles seront collectées, stockées et traitées par J.P. Morgan Asset Management dans le respect de la Politique de confidentialité disponible sur le site www.jpmorgan.com/emea-privacy-policy . Cette communication est publiée en Europe (hors Royaume-Uni) par JPMorgan Asset Management SARL (Europe), 6 route de Trèves, L-2633 Senningerberg, Grand-Duché de Luxembourg, R.C.S. Luxembourg B27900, capital social EUR 10.000.000.