Entretien avec Wim Vandenhoeck et Gerald Evelyn à propos de leur point de vue sur la dette émergente en devise locale et des raisons pour lesquelles, selon eux, la conjoncture macroéconomique actuelle constitue un environnement favorable.

Quelles sont vos perspectives à court terme pour la dette émergente en devise locale?

Wim Vandenhoeck
Wim Vandenhoeck

Wim: Les chiffres de la croissance mondiale étant sont très positifs et l’inflation n’étant pas vraiment un sujet d’inquiétude, nous prévoyons un regain d’afflux de capitaux à destination des marchés émergents. Cela devrait se traduire par un aplatissement des courbes des taux dans les pays susceptibles de procéder à un assainissement budgétaire au cours des deux ou trois prochaines années. Si nous prévoyons une légère accélération de l’inflation au cours des prochains mois, en raison d’effets de base et de pressions exercées par les prix des matières premières, nous pensons toutefois que, d’une manière générale, les importants écarts de production qui subsistent empêcheront la plupart des banques centrales de commencer à envisager de relever leurs taux.

Qu’est-ce que cela signifie du point de vue des opportunités au sein de la dette émergente en devise locale?

Gerald Evelyn
Gerald Evelyn

Gerald: Nous pensons que les taux d’intérêt et les niveaux de valorisation des devises sont aujourd’hui plus attractifs qu’ils ne l’étaient à la fin de l’année dernière. Selon nous, les segments jusqu’à cinq ans des courbes des rendements des emprunts d’État émergents sont particulièrement intéressants au regard de leur potentiel en matière de portage et de «roll-down».

Et nous pensons que les devises offrent potentiellement d’importantes opportunités. Les clients nous interrogent souvent sur la possibilité que la croissance américaine surpasse celle du reste du monde, par rapport aux prévisions actuelles. Ils craignent que cela n’entraîne une appréciation du dollar américain. Même si les États-Unis peuvent croître plus rapidement que le reste du monde, nous pensons que l’impact d’une amélioration de la croissance mondiale a plus de poids que l’importance du différentiel de croissance pour déterminer l’orientation du dollar américain. Selon nous, le facteur clé de cette dynamique est l’ancrage des taux d’intérêt à court terme outre-Atlantique. Nous ne sommes pas inquiets de l’impact d’une pentification de la courbe des taux américains sur la partie longue, tant que la partie courte demeure inchangée.

Dans une perspective à plus long terme, quel est votre avis sur la dette émergente en devise locale au cours des prochaines années?

Wim: Nous continuons de penser que les conditions macroéconomiques mondiales ouvrent la voie à une surperformance durable des actifs émergents au cours des trois à cinq prochaines années. Favorisée par les progrès des campagnes vaccinales mondiales, la croissance devrait gagner en vigueur dans les années à venir et l’évolution de l’approche monétaire de la Fed, qui implique une plus grande tolérance à l’égard de l’inflation, devrait permettre aux conditions financières américaines de rester favorables à ce cycle autonome des marchés émergents.

Quel a été l’impact des politiques monétaires des banques centrales mondiales et de la récente volatilité des rendements?

Gerald: La plupart des banques centrales demeurent en mode attentiste et nous avons assisté à ce qui pourrait être la dernière des réductions de taux d’intérêt en Indonésie et au Mexique au cours de ce cycle, tout au moins pour le moment. La réévaluation des taux d’intérêt américains a été un déterminant clé de l’évolution des marchés au cours des derniers mois. L’enthousiasme suscité par la croissance américaine (les vaccins, plus les mesures de relance budgétaire) a conduit les investisseurs à tester la Fed sur son régime de ciblage de l’inflation moyenne. Le marché a intégré dans les cours une accélération de l’inflation et a avancé le cycle de relèvement des taux.

Néanmoins, nous pensons que le nouveau régime de la Fed va subsister et son président, Jerome Powell, l’a confirmé: il a répété qu’une courbe des taux américaine plus pentue était acceptable tant que les taux à court terme restaient ancrés. Compte tenu de cette orientation politique, nous pensons que les récentes fluctuations du marché n’auront pas d’impact négatif sur les perspectives à moyen terme des marchés émergents. Au contraire, cela confirme notre opinion selon laquelle un cycle de trois à cinq ans de bonne croissance mondiale se profile à l’horizon, ce qui, conjugué à une baisse du dollar américain, devrait être potentiellement rémunérateur pour les investisseurs sur les marchés émergents.

Y a-t-il des pays tout particulièrement intéressants selon vous?

Wim: Un pays qui a été relativement stable en ce début d’année, et pour de bonnes raisons, est l’Égypte. Après l’achèvement réussi d’un programme d’aide triennal du Fonds monétaire international, la pandémie de Covid-19 a menacé de faire avorter sa reprise économique. Certains secteurs liés au Covid-19, comme le tourisme, ont été particulièrement touchés et l’accès de faiblesse de ses partenaires commerciaux européens a nui à ses exportations. Mais, en dépit de cela, les taux d’intérêt et la devise sont restés stables. Grâce à son économie relativement diversifiée, à son engagement en faveur des réformes budgétaires et à la stabilité du financement extérieur, l’Égypte a fait preuve de résistance et nous pensons qu’elle est bien placée pour continuer à faire face aux conditions difficiles actuelles.

 

La dette des marchés émergents (EMD) est un terme utilisé pour englober les obligations émises par des pays moins développés

“carry and roll-down” : il s’agit du rendement obtenu en investissant dans des taux d’intérêt à plus long terme, combiné au gain en capital qui peut être réalisé grâce à la baisse de rendement subie en détenant un actif qui se raccourcit dans le contexte d’une courbe de rendement normalement ascendante.

 


Avertissements concernant les risques

La valeur des investissements et les revenus vont fluctuer, ce qui peut en partie être le résultat des fluctuations de taux de change et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant total de leurs investissements initiaux.

Informations importantes

Ce article contient des informations communiquées à des fins d’illustration uniquement. Il est réservé exclusivement aux réservé aux investisseurs en Suisse. Les prévisions ne sont pas des indicateurs fiables des performances futures.

Le présent document constitue une information promotionnelle et ne peut être considéré comme une recommandation d’acheter ou vendre une quelconque classe d’actif, valeur ou stratégie. Les dispositions réglementaires portant sur l’impartialité des recommandations d’investissement et des

recommandations de stratégies d’investissement ne sont donc pas applicables et il en va de même des interdictions de négocier l’instrument avant publication.

Lorsqu’un professionnel de la gestion ou un centre d’investissement a exprimé ses opinions, celles-ci sont basées sur les conditions de marché actuelles ; elles peuvent différer de celles des autres centres d’investissement et sont susceptibles d’être modifiées sans préavis.