La Chine mène la première expérience réelle d'une monnaie numérique, et le monde entier y prête attention. Les implications sont multiples et variées, qu'il s'agisse de briser le duopole actuel des paiements numériques Ali-WeChat Pay, de repousser la montée du bitcoin ou d'établir un meilleur contrôle et une meilleure surveillance de l'économie et de toutes ses transactions.

En tête de la course des monnaies numériques des banques centrales

L’émission d’une monnaie numérique par une banque centrale a le potentiel de remodeler l’ensemble du système financier. La Chine est en train d’en faire une réalité en mettant en œuvre son projet de mettre un yuan numérique à la disposition des particuliers. Alors que la plupart des pays se concentrent encore sur la lutte contre la pandémie, la Chine a lancé les premiers tests de paiement électronique en monnaie numérique (DCEP).

L’impact du DCEP sur les différents acteurs économiques est varié et difficile à quantifier, mais la banque centrale chinoise (PBOC) est la principale gagnante. En effet, les décideurs politiques se méfient de la montée en puissance des empires du paiement mobile de Tencent et Alibaba et cherchent à les ramener sous contrôle.

L’histoire du yuan numérique

historique du yuan digitalDepuis des décennies, la Chine développe des moyens pour surveiller son économie. Le DCEP est le dernier en date, puisque le yuan numérique entend remplacer l’argent liquide et permettrait donc de surveiller toute transaction monétaire. Rappelons que dès le début de 2020, le GOC surveille toute transaction bancaire supérieure à 100’000 CNY.

Un contexte idéal qui a permis à la Chine d’être le fer de lance de la numérisation des paiements. L’environnement familier aux transactions sans espèces permet à la PBOC d’éviter de construire son propre réseau de liens avec chaque magasin.

Quelques chiffres

  • Avec un taux de pénétration des smartphones supérieur à 63% (à partir de 2020), la Chine dispose de la plus grande base d’utilisateurs de savvy-tech au monde, soit plus de 911 millions de personnes.
  • Plus de 81% (à partir de 2019) des utilisateurs de smartphones chinois ont adopté le paiement mobile, bien plus que les 29% des États-Unis.
  • La Chine a déjà déployé ses essais dans quatre villes, cherchant à couvrir les sites des prochains Jeux olympiques de Pékin de 2022 (environnement de test fermé).

Dans les premiers tests, conformément à la nature chinoise, la distribution des yuans numériques s’est faite par le biais d’un système de tirage au sort (loterie). Les gagnants réclament l’argent numérique sur leurs applications bancaires et le dépensent auprès des commerçants participants pendant la période de validité. À Shenzhen, un total de 20 millions de yuans numériques ont été distribués en lots de 200 yuans chacun, ce qui a donné lieu à un taux de diffusion de 2,6% (soit environ 1 citoyen sur 40).

Pour les utilisateurs finaux, le processus de paiement était aussi simple que l’utilisation de Ali-WeChat pay, et aucune habitude de paiement n’a dû être modifiée, si ce n’est l’utilisation d’une autre application.

Dans les villes expérimentales, des dizaines de milliers de commerçants locaux acceptent déjà DCEP, couvrant la nourriture et les boissons, l’épicerie et les services de divertissement. Trois options de paiement sont disponibles: le code QR, le scan et le NFC (nouvelle fonctionnalité).

« Du point de vue de la banque centrale, le succès du plan pilote n’apporte que des avantages et aucun préjudice. »

Le fait de briser le duopole d’Alibaba et de Tencent (qui détiennent respectivement 55% et 38% des parts de marché) et d’attirer de nouveaux acteurs de la finance permet de rétablir un environnement concurrentiel sain dans le domaine des services sans numéraire. De plus, les données en temps réel permettent au gouvernement de surveiller de près l’économie. Son anonymat contrôlable est propice à la détection des fraudes et des transactions illégales.

Un changement de jeu qui maintient le système inchangé

modèle de paiement yuan digitalLa Chine a choisi de facto d’éviter la désintermédiation bancaire. La banque centrale émet un jeton qu’elle transmet aux banques commerciales, qui le placent entre les mains des utilisateurs (ou en fait dans le portefeuille électronique) par le biais des applications bancaires existantes. Cette décision a permis d’écarter les craintes d’une éventuelle concurrence pour les banques si le public avait la possibilité d’effectuer des dépôts directement auprès de la banque centrale.

Le yuan numérique est introduit dans le seul but de remplacer les pièces et billets physiques en circulation, de sorte que la masse monétaire ne devrait pas changer ou stimuler l’inflation. En tant que tel, il maintient les relations actuelles de créancier-débiteur entre la PBOC et les banques. Lorsque des espèces sont émises, les banques commerciales doivent déposer des réserves auprès de la banque centrale. Pour le yuan numérique, les réserves et le système sont les mêmes.

La PBOC adopte le système UTXO (Unspent Transaction Output) qui permet au yuan numérique de passer par plusieurs étapes de circulation hors ligne avant d’être réenregistré en ligne (par exemple, lorsque la connexion Internet n’est pas disponible). Lors du traitement d’une transaction hors ligne, l’acheteur émet un jeton de paiement X qui transporte avec lui des données sur d’éventuelles autres transactions hors ligne, qui sont toutes réconciliées dès que les utilisateurs sont de nouveau en ligne.

Une faible connexion réseau n’est plus un frein au paiement en ligne

La communication en champ proche (CCP ou NFC en anglais) est une méthode de transfert de données sans fil qui permet aux appareils électroniques de communiquer sans connexion internet. C’est la solution à un signal réseau faible dans les zones rurales, à l’intérieur des bâtiments ou sous terre, ainsi qu’en cas de perte inattendue de la connexion réseau.

La technologie NFC permet déjà d’effectuer des paiements sans contact pour les portefeuilles mobiles comme Apple Pay, Android Pay et les cartes sans contact. Et elle est conçue pour échanger des données par un simple «geste tactile» (les appareils étant à moins de 4 cm les uns des autres).

Le besoin d’utiliser le DCEP sans smartphone a commencé à se former lors du procès de Pékin sur le problème de l’épuisement de la batterie des téléphones. Ainsi, certaines banques ont lancé leur propre «wallet» dans un appareil portable utilisant la technologie NFC.

Si la technologie est connue, la sécurité des données et des comptes n’est toujours pas au rendez-vous. Les lacunes de la technologie NFC en termes de sécurité sont bien connues. Il est clair que les fournisseurs de solutions logicielles doivent relever les niveaux de sécurité pour se conformer aux systèmes informatiques des banques afin d’éviter les fraudes et les transactions manquées.

Même avec le DCEP, deux appareils effectuant un transfert d’argent en se touchant simplement risquent d’ouvrir la porte aux escroqueries et aux problèmes criminels.

Les utilisateurs finaux ont besoin de plus d’incitations pour changer de mode de paiement

La simplicité et l’habitude font qu’il est difficile de se détourner de Ali-WeChat Pay. Ainsi, le DCEP doit attirer l’utilisateur final avec des fonctionnalités améliorées. Par exemple, la capacité de paiement hors ligne du yuan numérique pourrait attirer les utilisateurs lorsqu’un réseau de communication n’est pas disponible. Un autre avantage réside dans le fait que les plateformes privées de paiement mobile sont confrontées à des risques de faillite que les utilisateurs pourraient éviter en utilisant le DCEP.

Ce mode de paiement favorise aussi les commerçants qui sont payés plus rapidement et davantage. Le DCEP leur permet de raccourcir leur temps d’encaissement car les paiements sont effectués immédiatement. De plus, si la transaction est gratuite, cela incitera les magasins à inciter les clients à utiliser DCEP.

Les frais sont supportés par les magasins lorsque les consommateurs paient par paiement numérique, mais on ne sait pas encore si les banques commerciales factureront des frais pour DCEP.

Les banques commerciales sont aussi favorisées car elles peuvent regagner du trafic. Travailler en tant qu’agent de paiement offre la possibilité d’accroître la fidélité des clients. Et le fait que DCEP raccourcisse les plateformes de paiement alternatives comme Ali-WeChat Pay apporterait aux banques le trafic dont elles ont tant besoin. Toutefois, l’élimination des frais de transaction pourrait être le prix à payer pour les banques.

Ali-WeChat Pay face à des vents contraires

L’impact sur Alipay et WeChat Pay pourrait être significatif, selon les services additionnels proposés par DCEP, et les frais de transaction facturés. Même si le paiement DCEP est mis à la disposition de toutes les plateformes, le duopole actuel devrait se maintenir, mais dans une position plus faible.

Le DCEP peut offrir une opportunité aux plateformes de services de paiement qui sont éclipsées par le duopole en place. L’ouverture du marché est l’un des effets secondaires souhaités du projet DCEP. En tirant parti des données commerciales, les nouvelles plates-formes peuvent faire des percées sur un marché étroitement surveillé.

Sortir de l’ombre des États-Unis

part de paiements des devises mondialesLe DCEP est la première étape dans l’ambition de la Chine d’internationaliser le yuan tout en réduisant sa dépendance à l’égard du système SWIFT et du dollar américain. La tension commerciale sino-américaine croissante pousse la Chine à se préparer à des scénarios extrêmes.

À la suite des sanctions américaines contre la Chine et Hong Kong en 2020, ainsi que les menaces d’exclusion d’institutions du système de paiement en dollars américains, les responsables chinois ont vigoureusement promu l’internationalisation du yuan numérique. Celui-ci a pour mission d’établir un système monétaire transnational capable de concurrencer l’hégémonie du dollar américain.

La Chine présente son anti-bitcoin

digital yuan diem bitcoinÊtre virtuel est le seul point commun entre le DCEP et les crypto-monnaies. Pourquoi? Le yuan numérique n’est pas une monnaie blockchain décentralisée émise par un développeur privé, comme le bitcoin ou l’ethereum. Le bitcoin, ou les crypto-monnaies en général, remettent en cause le système bancaire en provoquant une désintermédiation alors que le yuan numérique est construit pour le compléter. Finalement, le yuan numérique est très réglementé sur le nombre d’agences (banques), alors qu’il n’y a pas (encore) de réglementation pour le marché des crypto-monnaies.

Ferme la porte aux mineurs et resserre l’étau sur le bitcoin

L’extraction de crypto-monnaies consomme d’énormes quantités d’énergie. La Chine tire parti de sa promesse d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2060 pour interdire toute activité de minage de crypto-monnaies en Mongolie.

La Chine représente environ 65% de l’extraction de bitcoins, contre environ 7% pour les États-Unis. La Mongolie est une région productrice de charbon célèbre pour son énergie à bas prix, mais aussi l’une des 30 régions qui n’ont pas atteint les objectifs énergétiques en 2019.
Depuis 2019, la Chine a initié une série de mesures pour restreindre le marché tout en donnant à la monnaie numérique de sa banque centrale un statut légal. Les autorités financières ont interdit les échanges de crypto-monnaies. Un projet de loi a été publié pour interdire aux individus et aux entités de fabriquer et de vendre des jetons.

Catalyseurs

  • Une initiative gouvernementale. Dans le système économique chinois dirigé par l’État, le soutien ferme du gouvernement accélérera l’ensemble du processus. L’adoption à l’échelle nationale pourrait se produire plus tôt que prévu.
  • Des applications plus larges. Les applications continueront d’émerger, et la demande accrue de terminaux de paiement personnalisés en utilisant l’intelligence artificielle apportera plus d’opportunités.
  • Technologie de sécurité des données et des comptes. La technologie liée au cryptage devrait rapidement se mettre à niveau, ce qui apportera une nouvelle vague d’investissements pour pousser le développement industriel.

Risques

  • Système de banque centrale surchargé. La numérisation de la monnaie augmente le risque d’instabilité du système, car des centaines de millions de données quotidiennes pourraient innonder le système de la banque centrale, provoquant ainsi une paralysie du système.
  • Le système bancaire parallèle. La Chine a toujours été dépendante du système financier informel, c’est-à-dire des activités de prêt en dehors des systèmes bancaires traditionnels. L’adoption de la monnaie numérique peut devenir un facteur exogène pour déclencher l’effondrement de ce système.
  • Frais. Les frais de paiement sont un facteur déterminant qui affecte l’attitude des banques et des consommateurs vis-à-vis de la promotion du yuan numérique, ainsi que les revenus commerciaux du duopole.

Conclusion

La promotion d’un Yuan numérique accélérera la transformation numérique des sociétés financières traditionnelles et apportera des opportunités sans précédent pour l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement, des systèmes de paiement aux terminaux en passant par les logiciels de sécurité, contribuant à élargir l’univers d’investissement de notre portefeuille Fintech.