Le ministère américain du commerce (DOC) a ouvert une enquête sur la manière dont les fabricants de produits solaires de l'Asie du Sud-Est contournent les droits antidumping/compensateurs (AD/CVD) imposés par les États-Unis aux produits chinois. Cette enquête inattendue a porté un coup aux actions des entreprises actives dans le solaire, mais pourrait également créer de nouvelles opportunités.

Alors que l’on s’attend à ce que le marché de l’énergie solaire accélère sa croissance en raison de l’accent mis sur les solutions renouvelables, l’enquête anti-dumping lancée par le DOC crée la confusion et a un impact considérable sur la valeur des actions solaires américaines. Nous pensons que cet événement inattendu n’aura qu’un impact mineur sur le segment résidentiel et qu’il pourrait même servir d’accélérateur à certains acteurs américains du secteur solaire.

Ce qui s’est passé

Un chevalier blanc contre les moulins à vent

Début février, Auxin Solar Inc, un petit fabricant américain de modules solaires, a demandé au ministère du commerce (DOC) d’ouvrir une enquête pour déterminer si les importations de cellules et de modules solaires en provenance du Cambodge, de la Malaisie, de la Thaïlande et du Vietnam contournent les ordonnances relatives aux droits antidumping (AD) et aux droits compensateurs (CVD) sur les cellules et modules solaires en provenance de la République populaire de Chine. Le DOC a approuvé la demande et a entamé l’enquête à la fin du mois de mars. L’enquête du DOC peut prendre jusqu’à un an pour être finalisée et peut donner lieu à des droits de douane rétroactifs à la date d’ouverture de l’enquête. Sachant que 80% des panneaux américains proviennent de ces quatre pays d’Asie du Sud-Est, l’impact pourrait être très important.

La tempête après des hésitations

2022.05.11.Marché du solaire

Le 19 avril, l’Association des industries de l’énergie solaire (SEIA) a publié une enquête à l’échelle du secteur pour mesurer les « impacts catastrophiques » de la décision potentielle du DOC. Les premières évaluations ont mis en évidence la perte de 70’000 emplois, l’annulation ou le retard de nouvelles capacités solaires (diminution potentielle des installations annuelles en 2022 de ~13GW, soit ~50% des installations de 2021), et ont confirmé la possibilité de tarifs rétroactifs allant de 50% à 250%. Ces chiffres doivent être pris avec précaution, car ils proviennent d’une association qui est engagée à s’opposer à cette enquête. Ils montrent néanmoins l’impact potentiel de l’enquête sur le secteur.

Le 21 avril, Bloomberg New Energy Finance (BNEF) a mis à jour ses prévisions pour le marché solaire américain en prenant en compte les défis largement connus des chaînes d’approvisionnement, l’augmentation des prix des matières premières et cette enquête inattendue du DOC. BNEF est parvenu à une révision négative des prévisions globales du marché solaire. En guise de confirmation, le même jour, la société NextEra Energy a annoncé qu’elle s’attendait à ce que ses projets solaires d’une puissance de 2,8 GW soient retardés d’au moins un an en raison de cette enquête.

En conséquence, les actions solaires, déjà sous pression, ont accéléré leur spirale baissière, entraînant des baisses de 10% à plus de 20% sur l’ensemble de la semaine.

Impact sur notre dossier d’investissement

Des conséquences potentielles différenciées

Lorsque nous examinons le marché de l’énergie solaire, nous considérons trois segments principaux: Les fermes solaires, le secteur commercial et industriel (C&I) et le secteur résidentiel.

Tous les projets solaires intègrent des panneaux photovoltaïques (PV), des onduleurs, la connectivité, l’installation, la supervision, la connexion au réseau, etc. Pourtant, le coût des panneaux photovoltaïques est proportionnellement plus élevé pour les fermes solaires (les panneaux photovoltaïques représentent environ 36% à 39% du coût total du projet) que pour les projets résidentiels (les panneaux photovoltaïques représentent environ 18% du coût total du projet). En outre, les panneaux photovoltaïques d’Asie du Sud-Est sont plus largement utilisés dans les fermes solaires (ils y représentent plus de 80%) que dans les projets résidentiels, qui utilisent des sources plus diversifiées.

Le segment des fermes solaires sera donc le plus touché en raison du coût élevé des panneaux photovoltaïques et du fait qu’il utilise principalement les produits concernés par l’enquête. Il convient de noter que les fermes solaires sont des projets à long terme. Ainsi, l’impact se fera sentir dans un an ou plus.

Le segment résidentiel, à l’inverse, sera mieux protégé: le prix du module est moins important, les installateurs utilisent une plus grande variété de fournisseurs, mélangeant différentes gammes de qualité de panneaux, et ils ont une meilleure capacité à répercuter les augmentations de prix sur les clients.

Les couches minces, un soleil inattendu

Les modules solaires sont principalement construits à partir de cellules photovoltaïques en silicium polycristallin, qui sont celles visées par l’enquête. Cependant, d’autres technologies sont disponibles. Par exemple, la technologie à couche mince (parmi ces acteurs, First Solar produit des modules photovoltaïques CdTe) n’est pas concernée par cette enquête et connaît une croissance rapide. Indépendamment des résultats de l’enquête, cette technologie sera considérée comme une solution alternative pour les installateurs à la recherche d’une source d’approvisionnement fiable. L’enquête peut agir comme un accélérateur pour ce segment du domaine solaire.

Résidentiel et onduleurs: de puissants catalyseurs en vue

Les installateurs résidentiels (Sunrun, SunPower) présentent un fort potentiel de hausse: aujourd’hui, les entreprises disposent de stocks importants, utilisent un plus grand nombre de panneaux non originaires d’Asie du Sud-Est (SunRun a annoncé un partenariat solide avec First Solar, un fournisseur de modules à couche mince) et peuvent gérer les coûts supplémentaires (en les répercutant sur le prix final pour le client).

Le segment des onduleurs comprend des acteurs tels que SolarEdge, qui livre des produits dans 130 pays, est fortement exposé au marché européen, et est prêt à bénéficier de la forte demande d’installations solaires résidentielles prévue en Europe, amplifiée par le conflit Ukraine-Russie.

Notre point de vue

Dans le contexte des défis de la chaîne d’approvisionnement et de l’augmentation des prix des matières premières qui ont déjà un impact sur le marché solaire américain, la nouvelle enquête AD/CVD initiée par un seul acteur ajoute de l’incertitude au marché.

Néanmoins, nos portefeuilles sont exposés aux acteurs des segments résidentiels, des onduleurs et des couches minces, qui, selon nous, traverseront bien cette période d’incertitude et seront amené à profiter du contexte actuel.