Selon une nouvelle étude réalisée par Schroders Capital, les performances passées pourraient être plus instructives pour certaines parties du marché du private equity que pour d’autres.

Par James Ellison, Responsable Data Insights pour les actifs privés, Eufemiano Fuentes Perez, Spécialiste des données et Duncan Lamont, Responsable de la recherche stratégique

 

Duncan Lamont

D’après une nouvelle étude Schroders, 36% des gérants (General Partners, GP) de fonds de private equity figurant dans le quartile supérieur pour un millésime ont enregistré des performances de quartile supérieur pour le fonds suivant. 64% se sont classés dans l’un des deux premiers quartiles. Et seulement 16% ont rétrogradé dans le dernier quartile.

Ces résultats sont issus de l’analyse de 3’512 fonds de private equity créés depuis 1980 (sont inclus uniquement les GP gérant au moins deux fonds et les fonds ayant au moins sept ans d’existence, la performance des fonds plus jeunes étant toujours fluctuante et non définitive).

Les avertissements sur les performances nous répètent que les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Et cela est vrai. Mais peut-on nuancer ce propos lorsque l’on parle de fonds de private equity et non de fonds d’actifs cotés?

James Ellison

Notre analyse suggère que les performances passées des fonds de private equity peuvent fournir des informations utiles pour apprécier la façon dont ils pourraient se comporter à l’avenir.

Le tableau est très différent de ce que l’on observe pour les fonds d’actifs cotés. Une étude récente révèle que la probabilité pour un fonds d’actifs cotés se situant dans le premier quartile durant une période de cinq ans de se retrouver dans le dernier quartile dans la période suivante est plus élevée que celle de conserver son classement.

Il en va de même pour les fonds de private equity les moins performants. Les GP dont un fonds est classé dans le dernier quartile ont également tendance à se classer dans le quartile inférieur pour leur fonds suivant. Relativement peu de fonds se hissent en tête.

Une analyse plus fine révèle que ce constat est valable pour les fonds qui investissent aussi bien en Amérique du Nord qu’en Europe, ainsi que pour les segments du rachat (buyout) et du capital-risque. Il est important de noter que cette continuité est statistiquement significative (voir la description de notre analyse, à la fin de l’article, pour plus de détails).

Cela vaut aussi pour les fonds investissant en Asie, mais avec un niveau de signification statistique moindre, en partie du fait que les fonds dans cette catégorie sont moins nombreux, ce qui limite la possibilité de tirer des conclusions fermes.

2022.08.25.Performance

Les grands fonds ont plus de mal à maintenir de bonnes performances que leurs homologues de petite et grande taille

Notre analyse des fonds par taille a révélé des résultats remarquables. C’est parmi les petits fonds que la continuité des bonnes performances est la plus élevée; elle s’avère forte et significative parmi les fonds de taille moyenne, mais faible parmi les grands fonds.

Les mauvaises performances, quant à elles, se perpétuent quelle que soit la taille des fonds, ce qui signifie qu’un gérant dont le fonds se situe dans le quartile inférieur a une forte probabilité de se retrouver dans le dernier quartile pour le fonds suivant.

2022.08.25.Performance mid size funds

Ce résultat est important pour les investisseurs en private equity, d’autant plus que nombre d’entre eux investissent dans des fonds de taille importante gérés par de grands gérants. L’analyse de leurs performances passées peut s’avérer moins intéressante que vous ne le pensez; l’avertissement sur les performances est pertinent depuis le début. Cependant, cette analyse peut être plus utile si l’on s’intéresse à la multitude de fonds de petite et moyenne taille qui constituent la majeure partie du secteur (en nombre de fonds).

Conclusions

Notre analyse démontre la continuité des performances du private equity (dans l’ensemble des grandes régions, sauf pour les grands fonds). Les gérants les plus performants sont plus susceptibles de voir leur fonds suivant générer de bons résultats. Les mauvais élèves ont plus de probabilité de continuer à peiner.

Il ne faut jamais prendre une décision d’investissement en se basant uniquement sur les performances passées. Mais cela suggère que les investisseurs ne doivent pas non plus faire abstraction de ces performances passées.

Description de notre analyse:

Les données utilisées dans cette étude proviennent de la base de données de Preqin relative à la performance des fonds de capitaux privés. Elles peuvent contenir un certain biais de sélection, car il est peu probable que les gérants de fonds obtenant de mauvaises performances communiquent volontairement leurs données. Toutefois, Preqin cherche à limiter ce biais en utilisant un éventail d’autres approches, notamment la loi sur la liberté de l’accès à l’information (Freedom of Information Act, FOIA) et le traitement systématique des documents réglementaires, des communiqués de presse, de l’actualité et des sites Web.

La base de données de Preqin contient 9’834 fonds. Pour être inclus dans notre analyse, les fonds doivent être soit «clôturés» (la levée de fonds est terminée), soit «liquidés». Seuls les fonds de plus de sept ans sont inclus dans l’analyse, afin d’éviter d’analyser des fonds dont la performance est encore fluctuante et non définitive. Seuls les fonds ayant un millésime postérieur à 1980 sont inclus dans l’étude. Le TRI net ou le MOIC net de chaque fonds doivent être disponibles (idéalement les deux). Les fonds composés d’un seul actif et les GP gérant moins de deux fonds ne sont pas pris en compte. Ces filtres ont réduit le nombre de fonds compris dans notre univers à 3’512.

Notre univers est influencé par le biais de survie car la probabilité qu’un GP lance un second fonds dépendra de la bonne performance de son premier fonds. Dans la mesure où nous n’incluons que des GP ayant au moins deux fonds, les fonds de notre univers sont susceptibles d’être de meilleure qualité que ceux de l’univers d’investissement dans son ensemble.

Les fonds sont répartis en quartiles de performance en fonction du classement de leur TRI et de leur MOIC par rapport à leurs comparables (régions, stratégies, tailles des fonds ou tous ces critères combinés). Pour les fonds qui ont atteint la fin de leur vie, ce classement est basé sur les rendements réalisés. Pour les fonds qui sont toujours en activité, il se fonde en partie sur les rendements non réalisés, à partir de valeurs estimées.

Nous élaborons des tableaux de contingence et exécutons des tests du khi carré pour tester la signification statistique des différentes tranches de données (régions, stratégies, taille des fonds ou toutes ces catégories combinées). L’hypothèse nulle postule qu’il n’existe aucun lien entre la performance d’un fonds et celle du fonds suivant. Les p-valeurs sont calculées comme une mesure de la signification statistique.

 


Information importante: Cette communication est destinée à des fins marketing. Ce document exprime les opinions de ses auteurs sur cette page. Ces opinions ne représentent pas nécessairement celles formulées ou reflétées dans d’autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders. Ce support n’est destiné qu’à des fins d’information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Le support n’est pas destiné à représenter une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de tout instrument financier. Il n’est pas destiné à fournir, et ne doit pas être considéré comme un conseil comptable, juridique ou fiscal, ou des recommandations d’investissement. Il convient de ne pas se fier aux opinions et informations fournies dans le présent document pour réaliser des investissements individuels et/ou prendre des décisions stratégiques. Les performances passées ne constituent pas une indication fiable des résultats futurs. La valeur des investissements peut varier à la hausse comme à la baisse et n’est pas garantie. Tous les investissements comportent des risques, y compris celui de perte du principal. Schroders considère que les informations de la présente communication sont fiables, mais n’en garantit ni l’exhaustivité ni l’exactitude. Certaines informations citées ont été obtenues auprès de sources externes que nous estimons fiables. Nous déclinons toute responsabilité quant aux éventuelles erreurs commises par ou informations factuelles obtenues auprès de tierces parties, sachant que ces données peuvent changer en fonction des conditions de marché. Cela n’exclut en aucune manière la responsabilité de Schroders à l’égard de ses clients en vertu d’un quelconque système réglementaire. Les régions/secteurs sont présentés à titre d’illustration uniquement et ne doivent pas être considérés comme une recommandation d’achat ou de vente. Les opinions exprimées dans le présent support contiennent des énoncés prospectifs. Nous estimons que ces énoncés reposent sur nos anticipations et convictions dans des hypothèses raisonnables dans les limites de nos connaissances actuelles. Toutefois, aucune garantie ne peut être apportée quant à la réalisation future de ces anticipations et opinions. Les avis et opinions sont susceptibles de changer. Ce contenu est publié au Royaume-Uni par Schroder Investment Management Limited, 1 London Wall Place, London EC2Y 5AU. Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 1893220. Agréé et réglementé par la Financial Conduct Authority.