D’un accroissement de la demande en matières premières à une évolution des voies d’approvisionnement.

Points clés à retenir

  • Invesco Fixed Income prévoit que l’initiative «la Ceinture et la Route» en Chine (Belt and Road Initiative ou BRI) améliore la connectivité régionale et stimule le développement des infrastructures et de la croissance économique, créant de potentielles opportunités pour les investisseurs obligataires.
  • Les métaux et les secteurs minier et énergétique vont probablement être les principaux bénéficiaires de l’augmentation des dépenses d’infrastructure et de l’expansion du commerce régional.
  • La BRI pourrait aussi favoriser la mise en place de nouvelles voies d’approvisionnement en énergie, réduisant potentiellement les goulets d’étranglement des capacités de fret continental et perturbant les transporteurs maritimes traditionnels.

Par Fabrice Pellous, Senior Credit Analyst, Invesco Fixed Income

 

Fabrice Pellous

Amélioration de la connectivité régionale

La Belt and Road Initiative (BRI), qui vise à améliorer la connectivité de la Chine avec l‘Afrique et l‘Europe le long des anciennes routes de la soie terrestres et maritimes, devrait générer d‘importantes dépenses d‘infrastructure, améliorer l‘intégration régionale et promouvoir la croissance économique. Les entreprises d‘État chinoises, les sociétés de matériaux de construction et les producteurs de matières premières seront probablement les principaux bénéficiaires de cette hausse des dépenses d‘infrastructure. Nous pensons que les sociétés énergétiques et minières régionales profitant de l‘augmentation du trafic et des investissements en immobilisations surpasseront sûrement leurs homologues internationaux. Il se peut que les voies d‘approvisionnement maritimes en charbon et bauxite connaissent des perturbations, dans la mesure où l‘augmentation du fret continental risque de présenter des alternatives plus efficaces.

Potentielles opportunités créées dans les secteurs liés aux infrastructures et à l‘énergie

La BRI chinoise couvre 84 pays, soit environ 67% de la population mondiale et plus de 36 % du produit intérieur brut mondial et 38% des échanges internationaux.1 Invesco Fixed Income prévoit que la Chine investisse entre 150 et 200 milliards d‘USD par an dans de grands projets d‘infrastructure afin d‘améliorer les canaux de communication entre les pays (des chemins de fer, routes, ponts, ports et oléoducs/gazoducs aux équipements de télécommunication, dont les câbles à fibre optique. Ces gros investissements sont censés profiter d‘abord aux secteurs des métaux, minier et de la construction mais devraient aussi doper la consommation d‘énergie en parallèle à l‘expansion du commerce régional. Ils peuvent aussi perturber les voies d‘approvisionnement existantes en matières premières à mesure que d‘autres capacités de fret deviennent plus économiquement viables.

En plus du développement des infrastructures, la BRI comprend des voies d‘approvisionnement en énergie stratégiques pour la plupart des principaux producteurs de pétrole, dont l‘Arabie saoudite (10% de l‘approvisionnement mondial), l‘Irak (5%), l‘Iran (3%), le Koweït (3%), les Émirats (3%) et la Russie (10%), ainsi que des producteurs de gaz naturel, dont la Russie (17% de la production mondiale), l‘Iran (6%) et le Qatar (5%).2

Les principales voies d’importation pour les matières premières
Source: Invesco. Données de janvier 2019. Juste pour illustration.

La protection de l‘approvisionnement énergétique régional par le biais du renforcement de la présence militaire de la Chine le long des routes du Moyen-Orient et du sud de l‘Asie peut soutenir le potentiel de croissance régionale asiatique dans les années à venir. Selon le Fonds monétaire international, l‘Asie devrait représenter environ deux tiers de la croissance mondiale en 2018, faisant d‘elle la région la plus dynamique du monde.3

La BRI peut aussi approfondir le développement des voies d‘approvisionnement existantes. Par exemple, si les actuelles importations de charbon thermique de la Chine proviennent essentiellement de l‘Australie, de l‘Indonésie, de la Russie et de la Mongolie, le développement de l‘infrastructure ferroviaire peut contribuer à réduire les goulets d‘étranglement dans la capacité de fret continental. Ce phénomène pourrait favoriser la production de charbon de la Mongolie et de la Russie au détriment des approvisionnements issus de l‘Indonésie et de l‘Australie.

Le secteur des métaux et minier comme bénéficiaire probable

La hausse des dépenses d‘infrastructure devrait profiter au secteur des métaux et minier, en particulier aux producteurs d‘acier, d‘aluminium et de cuivre. La Chine représente respectivement 52% et 59% de la production mondiale d‘acier et d‘aluminium, et devrait être le principal bénéficiaire de l‘augmentation des dépenses d‘investissement.4 Parmi les autres potentiels bénéficiaires figurent l‘Australie et le Brésil (minerai de fer), le Chili et le Pérou (minerai de cuivre) et l‘Australie, la Guinée et le Brésil (minerai de bauxite utilisé dans le cadre de la production d‘aluminium).5 Avec le développement des infrastructures ferroviaires, le bauxite pourrait connaître un basculement partiel de l‘approvisionnement en faveur des producteurs continentaux comme le Kazakhstan et la Russie, dont chacun représente actuellement environ 2% de la production mondiale, aux dépens des fournisseurs maritimes, tels que l‘Australie et le Brésil, qui représentent respectivement 28% et 12% de la production mondiale à l‘heure actuelle.5

La renaissance de la route de la soie susceptible de créer des opportunités d‘investissement

Nous pensons que la BRI chinoise, qui vise à ressusciter l‘historique route de la soie parcourue par le marchand et explorateur italien Marco Polo, pourrait accélérer et renforcer la croissance économique en Afrique de l‘Est, au Moyen-Orient et en Europe. Si les sociétés régionales de matières premières des secteurs des métaux, minier et énergétique vont probablement profiter le plus de la hausse des dépenses d‘infrastructure et de la croissance des échanges régionaux, le moindre coût des voies d‘approvisionnement continentales en matières premières pourrait perturber les transporteurs maritimes traditionnels, générant de potentielles opportunités de surperformance des investissements en obligations d‘entreprises chez les fournisseurs terrestres de matières premières.

Risques surveillés

Tout en offrant de potentielles opportunités d‘investissement attractives, le développement de la BRI s‘appuiera sans doute lourdement sur la croissance économique et la situation financière de la Chine. Un ralentissement significatif de la croissance chinoise pourrait faire baisser les dépenses d‘investissement et retarder les grands projets d‘infrastructure. L‘évolution du contexte géopolitique en parallèle à l‘expansion de l‘influence régionale de la Chine est également susceptible de générer des périodes d‘instabilité diplomatique. En outre, les investissements de capitaux non maîtrisés risquent d‘engendrer une dette souveraine et un resserrement budgétaire non tenables, conduisant au final à des restructurations de dette, comme en témoigne la demande que les Maldives ont formulée à la Chine en janvier 2019 pour réorganiser leur dette accumulée en lien avec la BRI. Nous estimons néanmoins qu‘une approche équilibrée devrait permettre un développement significatif des échanges et investissement régionaux, tout en renforçant potentiellement la sécurité régionale.

 


1. Source : Banque mondiale, Belt and Road Portal (yidaiyilu.gov.cn), Invesco, données au 31 déc. 2018.
2. Source : Production de pétrole: Bloomberg L.P., 31 déc. 2018. Gaz naturel : British Petroleum, 31 déc. 2018.
3. Fonds monétaire international, perspectives économiques régionales : Asie et Pacifique mai 2018.
4. World Steel Association, International Aluminium Institute, déc. 2018.
5. Source : World Steel Association, International Aluminium Institute, déc. 2018.


Information importante
La valeur des investissements et les revenus vont fluctuer, ce qui peut en partie être le résultat des fluctuations de taux de change et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant total de leurs investissements initiaux. Les performances passées ne sauraient présager des performances futures. Ce document marketing est exclusivement destiné aux investisseurs qualifiés en Suisse et n’est pas pour l’usage des clients non professionnels. Merci de ne pas redistribuer ce document. Ce document marketing ne constitue pas une recommandation d’investissement sur une classe d’actifs, un titre ou une stratégie en particulier. Il n’est pas soumis aux exigences réglementaires régissant l’impartialité des conseils en investissements/stratégies d‘investissement ainsi que l’interdiction de négoce avant la publication. L’information n’est diffusée qu’à titre d’illustration et ne doit pas être considérée comme une recommandation d’achat ou de vente de titres. Lorsqu’un professionnel de la gestion ou un centre d’investissement a exprimé ses opinions, celles-ci sont basées sur les conditions de marché actuelles ; elles peuvent différer de celles des autres centres d’investissement et sont susceptibles d’être modifiées sans préavis. Ce document est publié en Suisse (et en Liechtenstein) par Invesco Asset Management (Schweiz) AG, Talacker 34, CH-8001 Zurich. [EMEA1599/2019]