L’équipe Invesco en charge des marchés en développement, dirigée par le directeur des investissements, Justin Leverenz, répond aux questions clés soulevées ces dernières semaines concernant le renforcement des réglementations en Chine et son incidence sur les perspectives de l’équipe pour les actions chinoises.

À retenir

  • La Chine a renforcé ses réglementations. Des durcissements de réglementation se sont multipliés dans tous les secteurs, prenant les investisseurs de court et faisant vaciller la confiance dans les actions chinoises.
  • Des opportunités subsistent. Bien que chagrinés par le repli considérable d’un certain nombre de nos positions en Chine, d’importantes opportunités à ne surtout pas négliger y persistent selon nous pour les investisseurs.
  • Nos perspectives restent optimistes. Nous demeurons convaincus que la Chine s’apprête à potentiellement devenir l’un des grands marchés haussiers de l’histoire humaine.

 

Les actions chinoises sont-elles encore investissables?

INVESCO - Justin Leverenz
Justin Leverenz

Bien que chagrinés par le repli considérable d’un certain nombre de nos positions en Chine, d’importantes opportunités à ne surtout pas négliger y persistent selon nous pour les investisseurs. Ces opportunités se situent dans divers segments.

En parallèle à l’impératif politique général d’une «croissance inclusive», des opportunités devraient selon nous se maintenir dans la consommation. Nous possédons d’importantes positions dans des secteurs à croissance structurelle tels que l’hôtellerie, la restauration et les produits de luxe. Ces secteurs nous apparaissent comme florissants et disposés à se consolider grâce à des acteurs de premier plan.

Deuxièmement, nous observons d’importantes opportunités de longue traîne dans les secteurs chinois des sciences de la vie et de la santé. Celles-ci concordent avec les priorités politiques chinoises visant une croissance inclusive, la réponse à des besoins médicaux non satisfaits de la population et la construction d’un leadership mondial dans les segments de nouvelle génération (innovations pharmaceutiques et production). Il existe selon nous de nombreux parallèles entre le secteur chinois des sciences de la vie d’aujourd’hui et la position dans laquelle se trouvaient les entreprises chinoises dominantes de l’internet il y a une décennie. Tout comme les leaders internet du passé, beaucoup de développeurs de médicaments chinois empruntent les modèles occidentaux (actifs cliniques, cibles, acquisition de licences), et le marché des médicaments du pays est considérable.

Étant donné les énormes avantages de la Chine en ce qui concerne les talents (chimie, biologie, ingénierie) et les capitaux, ces entreprises devraient selon nous agressivement investir leurs premiers flux de trésorerie dans de véritables innovations des sciences de la vie (anticorps bispécifiques, conjugués anticorps-médicaments, thérapie génique, thérapies et vaccins à ARN messager, bio-informatique et technologies de la santé). Nous tablons sur l’émergence de plusieurs entreprises en tant que leaders mondiaux des sciences de la vie au cours des dix prochaines années.

Enfin, nous n’excluons pas la possibilité pour nombre de grandes entreprises technologiques chinoises d’atteindre un nouvel équilibre et de se révéler d’excellentes opportunités d’investissement, après d’importants replis.

Il y a quelques mois, Tencent, Meituan, Pinduoduo et bien d’autres grandes entreprises chinoises étaient perçues comme ayant un bel avenir et comme promettant de beaux résultats. Beaucoup parmi elles affichent maintenant des actions en baisse de 30 à 50% La première question qui se pose est donc de savoir si la capacité à produire des résultats de ces plateformes technologiques a elle aussi baissé de 30 à 50%. Dans la négative, dans quelle mesure le sentiment du marché a-t-il influencé cette évolution? Une fois la question ainsi formulée, il nous semble que de beaux espoirs sont permis et qu’il existe bien des opportunités.

La seconde question spécifique aux entreprises technologiques chinoises est de savoir si les réglementations ont du bon. Ces dix dernières années, nous avons observé une concurrence destructrice à plusieurs reprises, la rentabilité étant mise à mal par des attaques concurrentielles financées grâce à des subventions, par des guerres de prix et par des investissements peu judicieux. Nous avons assisté à des batailles prolongées pour les parts de marché qui semblaient illogiques, spécialement sur des marchés où seuls quelques acteurs subsistaient (par exemple, les FinTech, la livraison alimentaire et un pan du secteur logistique). Nous entrevoyons un avenir plus mesuré et raisonnable pour les entreprises technologiques chinoises. La pression des réglementations pourrait ramener une certaine dose de rationalité dans ces décisions économiques. Les répercussions pourraient être très positives pour l’investisseur, à savoir une meilleure rentabilité à long terme, une croissance stable des résultats et un apaisement des montées d’adrénaline périodiques dont les entreprises technologiques chinoises ont souffert dans le passé. Tout ceci pourrait aboutir à de beaux résultats d’investissement.

Êtes-vous toujours «super optimistes» pour les actions chinoises? Et si oui, pourquoi?

INVESCO - Sun Mattison
Sun Mattison

Nous demeurons convaincus que la Chine s’apprête à potentiellement devenir l’un des grands marchés haussiers de l’histoire humaine. Nous ne parlons pas ici d’un marché haussier de «touristes» investisseurs en actions chinoises, c’est-à-dire n’ayant pas de mandat d’investissement en actions émergentes ou ayant une compréhension superficielle des nuances de l’investissement en Chine.

Le marché haussier que nous entrevoyons en Chine sera structurel, et ce pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, la Chine devrait selon nous demeurer la principale source de la croissance mondiale, pour la plus grande part de la prochaine décennie. Selon nos estimations, la Chine va générer une croissance économique annuelle moyenne d’environ 1 000 milliards de dollars sur les trois à cinq prochaines années. Pour mettre cela en perspective, nous prévoyons une croissance chinoise équivalente à la somme des PIB du Mexique, de l’Arabie saoudite et du Vietnam sur les trois prochaines années. À nos yeux, la Chine est un moteur de croissance imparable.

Deuxièmement, comme nous l’avons déjà dit, l’immense réserve d’épargne de la Chine devrait de plus en plus se diversifier en faveur des actions et au détriment de l’immobilier (compte tenu des contraintes réglementaires) et des actifs liquides sans risque. La richesse des ménages chinois est énorme, avec un taux d’épargne élevé. Selon les estimations du Crédit Suisse, la richesse totale des ménages chinois a été multipliée par 21 depuis le tournant du siècle, et représente 78 000 milliards de dollars3.

Troisièmement, il existe selon nous des opportunités d’investissement qui sont étroitement alignées sur l’objectif de croissance inclusive des décideurs politiques, notamment dans la santé, les biens de consommation de première nécessité et la consommation discrétionnaire.

Enfin, le nouveau paysage réglementaire va aussi bénéficier à certaines entreprises technologiques chinoises, même si elles paraissent pour l’instant être les plus impactées. En outre, nous jugeons les valorisations actuelles comme attractives pour les valeurs performantes de longue date de la sphère internet chinoise.

Quelles sont vos perspectives concernant les actions émergentes en général?

La dernière décennie a été très difficile pour les actions émergentes. À fin juin 2021, le MSCI Emerging Markets Index affichait un taux de croissance annuel composé de 3,6% en dollars sur les dix dernières années, contre 15,4% pour le S&P 500 et 6,1% pour le MSCI EAFE Index4. Le repli de la Chine a également entravé la performance des marchés émergents sur les 12 derniers mois. Alors que le S&P 500 s’est adjugé 36,5% et que le MSCI EAFE Index a dégagé 30,3%, le MSCI EM Index n’a produit qu’une performance de 19,7% sur la même période5.

Cette sous-performance considérable constitue une anomalie, alors que les taux mondiaux sont extrêmement bas, que les prix des matières premières ont flambé et que le dollar accuse un léger repli. C’est tout à fait inhabituel.

Les coupables ont clairement été la Chine et la Covid-19. Les angoisses réglementaires sont montées en puissance en Chine alors que la Covid-19 continue d’entraver la reprise dans bien des pays en développement n’ayant pu accéder à la vaccination.

INVESCO - Bhavtosh Vajpayee
Bhavtosh Vajpayee

Nous avons ici largement exposé nos perspectives positives concernant la Chine et les actions chinoises. Pour conclure, un boom structurel des actions chinoises reste pour nous une hypothèse solide. Nous sommes par ailleurs d’avis que les pays d’Amérique latine, d’Asie du Sud-Est et du reste du monde en développement connaîtront à terme une reprise économique marquée, une fois la pandémie derrière nous. Avec cette reprise, nous attendons un solide redressement des résultats hors Chine ainsi que des cours des actions. Il convient également de réitérer que la «transition énergétique» de la prochaine décennie appuiera selon nous une hausse des prix des matières premières (tant minières qu’énergétiques), de même qu’une hausse des devises liées aux matières premières. La perspective de performances favorables demeure selon nous solide pour les actions émergentes.

 

Pour en savoir plus, écoutez notre récente conférence téléphonique.

 


Notes de bas de page

3. Source : Credit Suisse Research Institute, Global Wealth Report 2020, octobre 2020.
4. Source : Bloomberg L.P. Le taux de croissance annuel composé (TCAC) indique le taux de croissance qu’un investissement aurait enregistré s’il avait connu la même croissance chaque année durant la période considérée, et si les bénéfices avaient été réinvestis au terme de chaque année.
5. Source : Bloomberg L.P. Les performances passées ne garantissent pas les résultats futurs. On ne peut investir directement dans un indice.

Avertissements concernant les risques

La valeur des investissements et les revenus vont fluctuer, ce qui peut en partie être le résultat des fluctuations de taux de change et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant total de leurs investissements initiaux.

Informations importantes

Ce document de marketing contient des informations communiquées à des fins d’illustration uniquement. Il est réservé aux investisseurs en Suisse. Les prévisions ne sont pas des indicateurs fiables des performances futures. Données au 9 août 2021, sauf indication contraire.
Le présent document constitue une information promotionnelle et ne peut être considéré comme une recommandation d’acheter ou vendre une quelconque classe d’actif, valeur ou stratégie. Les dispositions réglementaires portant sur l’impartialité des recommandations d’investissement et des recommandations de stratégies d’investissement ne sont donc pas applicables et il en va de même des interdictions de négocier l’instrument avant publication.
Lorsqu’un professionnel de la gestion ou un centre d’investissement a exprimé ses opinions, celles-ci sont basées sur les conditions de marché actuelles ; elles peuvent différer de celles des autres centres d’investissement et sont susceptibles d’être modifiées sans préavis.

Cet article est publié en Suisse par Invesco Asset Management (Schweiz) AG, Talacker 34, CH-8001 Zurich.