L’innovation va transformer l’industrie manufacturière dans les décennies à venir. Nous en analysons les implications pour les investisseurs.

Par Daniel McFetrich, Responsable de la recherche en actions internationales

 

L’histoire de l’industrie est jalonnée d’innovations. La révolution industrielle qui a débuté à la fin du XVIIIe siècle a été rendue possible par l’avènement de la machine à vapeur et de l’énergie hydraulique. Cela a permis le démarrage de la production mécanique. Ensuite, l’électricité et les lignes d’assemblage ont marqué le début de l’ère de la production de masse au début du XXe siècle. La fin du XXe siècle a vu le développement de systèmes informatiques permettant à l’électronique et à l’automatisation de jouer un plus grand rôle dans l’industrie.

Je pense que nous sommes au début d’une nouvelle vague d’innovations qui entraînera une renaissance industrielle. Les innovations dans les domaines du matériel, des logiciels et des matériaux se conjuguent avec la numérisation pour aider les entreprises à devenir plus productives et plus efficaces, tout en réduisant l’empreinte carbone de leurs chaînes d’approvisionnement et de leurs produits.

Selon moi, ce thème dominera pendant de nombreuses années et a été accéléré par la crise de la Covid-19.

Qu’est-ce que la révolution de la fabrication intelligente?

La prochaine révolution industrielle, ou Industrie 4.0, est déjà là et elle est, comme toujours, mue par l’innovation. Il peut s’agir de matériel innovant, comme l’impression 3D ou la robotique avancée.

Il peut s’agir de logiciels qui permettent d’analyser l’énorme quantité de données générées par ces machines industrielles pour améliorer les opérations ou de prédire le moment de la maintenance avant la panne.

Il peut également s’agir de matériaux innovants, qu’ils soient totalement nouveaux tels que le graphène, ou de nouvelles applications pour des matériaux existants tels que les fibres de carbone.

À quoi ces innovations pourraient-elles aboutir? Je pense qu’elles permettront un processus de fabrication collaboratif et intégré qui répond en temps réel aux conditions et exigences en constante évolution de l’usine, de la chaîne d’approvisionnement et des besoins des clients. Ces innovations sont adoptées au niveau des usines, des entrepôts et des chaînes d’approvisionnement, ou dans d’autres actifs industriels sur le terrain, tels que les tracteurs ou les porte-conteneurs.

Pourquoi la fabrication intelligente est-elle appelée à décoller?

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles nous pensons que ce thème sera puissant dans les années à venir. La technologie numérique est cruciale car elle est le moteur de la révolution de la fabrication intelligente. Les appareils et les équipements sont de plus en plus dotés de logiciels installés ou intégrés qui les connectent à Internet. On compte en effet aujourd’hui plus de 40 milliards d’appareils connectés à Internet. Chacun d’eux génère une énorme quantité de données.

À l’heure actuelle, les estimations suggèrent qu’environ deux tiers à trois quarts des données au niveau des entreprises ne sont pas utilisées. Cela est toutefois en train de changer grâce aux progrès en matière de stockage et d’analyse des données de masse.

Il est important pour les entreprises industrielles de prendre en compte ce que les données peuvent leur apprendre en termes d’amélioration de leur productivité, et, dans certains cas, de prévention de temps d’arrêt coûteux. Le fabricant moyen subit 15 heures d’arrêt par semaine ; la diminution de ce temps d’interruption pourrait considérablement améliorer la productivité et donc la rentabilité.

L’amélioration des réseaux et des standards de communication est un autre élément essentiel à cet égard. Les réseaux industriels sont de plus en plus standardisés de sorte qu’un élément d’un équipement industriel peut communiquer avec n’importe quel autre.

Côté matériel, les robots sont utilisés depuis longtemps dans des industries telles que la fabrication automobile. Mais jusqu’à récemment ils étaient pour la plupart des machines plutôt basiques destinées à un éventail minime d’applications, et tenues à l’écart du personnel pour des raisons de sécurité. Progressivement toutefois, des robots collaboratifs (ou «cobots») ont été développés, qui sont plus agiles, sont dotés de capacités plus variées et peuvent travailler aux côtés des humains. Cela permet à la robotique d’entrer sur de nouveaux marchés finaux comme l’électronique et l’industrie alimentaire et des boissons.

Le plus important est peut-être que, parallèlement à cette évolution, les coûts commencent à baisser du fait des économies d’échelle et de l’adoption croissante de ces innovations, leur adoption se justifiant donc sur le plan économique. Leur attrait est encore renforcé par le fait que les salaires dans l’industrie manufacturière augmentent dans de nombreuses régions du monde (notamment la Chine) alors que la productivité n’a pas progressé.

Quelles sont les implications de la fabrication intelligente pour les salariés?

La hausse des salaires est une raison importante pour les entreprises de passer à l’automatisation. Mais elle est aussi symptomatique du fait que le travail en usine attire moins de personnes. Une main-d’œuvre mieux éduquée exige des postes plus flexibles et plus variés. Il est logique d’utiliser des machines pour exécuter des tâches qui seraient potentiellement pénibles, voire dangereuses, pour un être humain.

La crainte que les nouvelles technologies volent nos emplois est aussi ancienne que la première révolution industrielle. Les préoccupations concernant le remplacement des travailleurs existants par des robots sont compréhensibles, mais largement injustifiées. En réalité, la tendance est plutôt que des emplois entièrement nouveaux sont créés, la nouvelle technologie favorisant l’innovation et des opportunités jusqu’alors insoupçonnées.

Par ailleurs, il ne faut pas oublier l’angle démographique. De nombreux pays, dont de grands pays industriels comme les États-Unis et l’Allemagne, sont confrontés au problème du vieillissement de la population. Une baisse de la population active pourrait entraîner une diminution importante de la productivité et de la croissance économique, et donc du niveau de vie.

Aux États-Unis, l’un des marchés du travail les plus flexibles au monde, les offres d’emploi dans le secteur manufacturier sont restées proches de leur plus haut niveau depuis 20 ans au début de 2020, malgré une forte croissance des salaires, reflet de ces enjeux. Mais l’utilisation accrue de l’automatisation peut combler le manque de main-d’œuvre.

La fabrication intelligente peut protéger l’environnement

Un autre élément clé de la fabrication intelligente est l’impact environnemental. Prenons l’exemple des matériaux innovants : les industries chimiques et manufacturières innovent avec des composites moins chers et plus solides, qui sont ensuite utilisés dans les véhicules et les aéronefs.

Selon le Département américain de l’énergie, si un quart des voitures aux États-Unis utilisaient des composants légers et des moteurs à haut rendement, environ 19 milliards de litres de carburant pourraient être économisés chaque année d’ici 2030. Les avions sont également devenus plus économes en carburant, car la part des matériaux composites dans le poids d’un aéronef est actuellement de 50%, contre 10% dans les années 1970. Ce pourcentage continue d’augmenter, ouvrant la voie à de nouvelles économies de carburant.

De nouvelles techniques de fabrication, telles que l’impression 3D, et la découpe et le soudage laser, permettent également d’économiser une quantité importante de matériaux par rapport aux machines traditionnelles d’usinage et de fraisage.

Les appareils connectés offrent également d’énormes possibilités pour améliorer l’efficacité énergétique, notamment les systèmes de mesure ou de détection. Les compteurs intelligents peuvent par exemple aider les ménages et les entreprises à contrôler leur consommation d’énergie, tandis que les logiciels de détection peuvent détecter avec précision et rapidité les fuites d’eau.

Quel est l’impact de la crise du Covid-19 sur ce thème?

La crise actuelle commence à accélérer l’adoption de ces tendances. Selon moi, trois domaines spécifiques sont particulièrement concernés, l’industrie manufacturière cherchant à accroître sa résilience à des événements similaires dans le futur.

Premièrement, le désir et la nécessité de numériser l’industrie rendent primordiale l’amélioration des communications sans fil. La crise a montré que les technologies numériques ont largement facilité le télétravail, et les acteurs de l’industrie manufacturière manifestent un grand intérêt pour un pilotage à distance accru de leurs actifs et de leurs chaînes d’approvisionnement.

Deuxièmement, les mesures de confinement empêchant la présence physique de la main-d’œuvre dans les usines, l’utilisation de l’automatisation dans l’industrie semble devoir augmenter fortement. Même si les gens retournent sur leur lieu de travail, la nécessité de continuer d’appliquer les mesures de distanciation sociale exigera une plus grande automatisation.

Troisièmement, la crise a révélé la fragilité de certaines chaînes d’approvisionnement mondiales, qui commençaient déjà à changer en raison des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine l’an dernier. La transition vers la fabrication intelligente sera nécessaire à mesure que les chaînes d’approvisionnement seront reconfigurées ou rapatriées. Cela nécessitera une efficacité accrue afin de réduire les coûts.

Les innovations dans le domaine de la fabrication intelligente favorisent les gains d’efficacité et l’amélioration de la résilience des processus de production. La crise du Covid-19 a déjà été un moteur de l’accélération de l’adoption de ces innovations.

Le début d’une opportunité d’investissement à long terme

Tous les éléments ci-dessus conjugués illustrent pourquoi nous assistons maintenant à une réévaluation de la manière dont les entreprises conçoivent, construisent, vendent et entretiennent leurs produits. Nous pensons que cela se traduira par une baisse des coûts, une diminution des temps d’arrêt et du gaspillage, et un raccourcissement des cycles d’innovation de produits, au profit des clients.

Les entreprises des secteurs industriel, des matériaux et des technologies de l’information devraient être les leaders de cette tendance, car elles sont les pionnières qui peuvent monétiser le potentiel. La fabrication intelligente sera un thème de long terme pour ces secteurs, mais la majorité des analystes financiers se concentrent sur les deux ou trois prochaines années au maximum. Cela offre une opportunité aux investisseurs prêts à réfléchir sur les décennies à venir. Nous ne sommes qu’au début de cette révolution de la fabrication intelligente.

 


Information importante: Cette communication est destinée à des fins marketing. Ce document exprime les opinions de ses auteurs sur cette page. Ces opinions ne représentent pas nécessairement celles formulées ou reflétées dans d’autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders. Ce support n’est destiné qu’à des fins d’information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Le support n’est pas destiné à représenter une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de tout instrument financier. Il n’est pas destiné à fournir, et ne doit pas être considéré comme un conseil comptable, juridique ou fiscal, ou des recommandations d’investissement. Il convient de ne pas se fier aux opinions et informations fournies dans le présent document pour réaliser des investissements individuels et/ou prendre des décisions stratégiques. Les performances passées ne constituent pas une indication fiable des résultats futurs. La valeur des investissements peut varier à la hausse comme à la baisse et n’est pas garantie. Tous les investissements comportent des risques, y compris celui de perte du principal. Schroders considère que les informations de la présente communication sont fiables, mais n’en garantit ni l’exhaustivité ni l’exactitude. Certaines informations citées ont été obtenues auprès de sources externes que nous estimons fiables. Nous déclinons toute responsabilité quant aux éventuelles erreurs commises par ou informations factuelles obtenues auprès de tierces parties, sachant que ces données peuvent changer en fonction des conditions de marché. Cela n’exclut en aucune manière la responsabilité de Schroders à l’égard de ses clients en vertu d’un quelconque système réglementaire. Les régions/secteurs sont présentés à titre d’illustration uniquement et ne doivent pas être considérés comme une recommandation d’achat ou de vente. Les opinions exprimées dans le présent support contiennent des énoncés prospectifs. Nous estimons que ces énoncés reposent sur nos anticipations et convictions dans des hypothèses raisonnables dans les limites de nos connaissances actuelles. Toutefois, aucune garantie ne peut être apportée quant à la réalisation future de ces anticipations et opinions. Les avis et opinions sont susceptibles de changer. Ce contenu est publié au Royaume-Uni par Schroder Investment Management Limited, 1 London Wall Place, London EC2Y 5AU. Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 1893220. Agréé et réglementé par la Financial Conduct Authority.