La chronique obligataire de J.P. Morgan Asset Management.

Par Iain Stealey, Portfolio Manager, Head of Global Aggregate Strategies – Global Fixed Income, Currency & Commodities Group

Les données étant beaucoup plus solides aux Etats-Unis que dans les autres pays développés, le récent écartement des spreads des titres à haut rendement américains a-t-il créé un bon point d’entrée?

 

Fondamentaux

Le thème de la divergence des taux de croissance est de retour: les données macroéconomiques américaines restent bien orientées tandis que les pays émergents et l’Europe montrent des signes de ralentissement.

Les chiffres du PIB du troisième trimestre confirment cette tendance: la croissance des Etats-Unis a dépassé les prévisions à 3,5% en glissement trimestriel, tandis que la dynamique de la zone euro a ralenti, la croissance chutant à 0,2%. La consommation est également restée solide aux Etats-Unis et les indices des directeurs d’achat se sont redressés. Seul le marché du logement s’est affaibli.

Les bénéfices du troisième trimestre ont retenu l’attention en raison de la performance médiocre de certaines sociétés et de perspectives un peu moins optimistes, mais les résultats des entreprises américaines restent globalement favorables, permettant aux fondamentaux de crédit de s’améliorer.

Valorisations quantitatives

Bien que les obligations aient relativement bien résisté durant la récente correction subie par les actions américaines et européennes, l’évolution du sentiment vis-à-vis du risque a nui aux titres à haut rendement. Les spreads des crédits Investment Grade se sont légèrement élargis en octobre, de 12 points de base (pb) et 14 pb respectivement aux Etats-Unis et en Europe. Toutefois, les spreads des titres de qualité inférieure se sont davantage creusés, l’indice des titres à haut rendement américains affichant un creusement de 53 pb et celui des titres européens de 58 pb sur la même période.

Cet écartement a porté les spreads des deux marchés à leurs plus hauts sur l’année en cours, l’indice des titres à haut rendement américains se négociant juste en-dessous du seuil des 7% (6,89% à la fin du mois), niveau inédit depuis 2016.

Le rendement de l’indice High Yield américain se rapproche du seuil des 7%
Source: Bank of America Merrill Lynch, Bloomberg et J.P. Morgan Asset Management; données au 30 octobre 2018. Indice ICE BofAML US High Yield Constrained

Facteurs techniques

Les flux vers les crédits des pays développés sont devenus négatifs en octobre. Notre outil interne de suivi des flux fait état de sorties d’environ 5,4 milliards USD dans le segment américain du haut rendement durant le mois, soit le niveau le plus élevé depuis février 2018. Néanmoins, le rendement de l’indice se rapprochant du seuil des 7%, certains investisseurs pourraient chercher à étoffer leurs positions en titres à haut rendement américains.

Parallèlement, l’offre se maintient à un niveau favorable: les volumes bruts d’émissions depuis le début de l’année se chiffraient à 168 milliards USD fin septembre, contre 256 milliards USD à la même époque l’an dernier, soit une baisse d’environ 35% en glissement annuel. Les stocks des courtiers ont diminué, ce qui représente également un facteur technique positif pour le marché, suggérant que les courtiers pourraient absorber un accroissement des ventes ou des émissions.

Quelles implications pour les investisseurs obligataires?

Nous estimons que la nervosité des marchés américain et européen du haut rendement induite par la récente correction des actions offre l’occasion de renforcer l’exposition aux titres fondamentalement sains victimes de ventes systématiques sous l’effet de l’aversion au risque.

La conjoncture reste très solide aux Etats-Unis notamment et les bénéfices semblent vouloir se maintenir à des niveaux élevés. Dans ce contexte, un rendement de près de 7% semble attrayant. En outre, la duration plus courte et les spreads du plus élevés des titres à haut rendement par rapport aux autres secteurs permettent aux investisseurs de mieux se protéger contre la hausse des taux de référence.


Cette communication commerciale et les opinions qu’elle contient ne constituent en aucun cas un conseil ou une recommandation en vue d’acheter ou de céder un quelconque investissement ou intérêt y afférent. Toute décision fondée sur la base des informations contenues dans ce document sera prise à l’entière discrétion du lecteur. Les analyses présentées dans ce document sont le fruit des recherches menées par J.P. Morgan Asset Management, qui a pu les utiliser à ses propres fins. Les résultats de ces recherches sont mis à disposition en tant qu’informations complémentaires et ne reflètent pas nécessairement les opinions de J.P.Morgan Asset Management. Sauf mention contraire, toutes les données chiffrées, prévisions, opinions, informations sur les tendances des marchés financiers ou techniques et stratégies d’investissement mentionnées dans le présent document sont celles de J.P. Morgan Asset Management à la date de publication du présent document. Elles sont réputées fiables à la date de rédaction. Elles peuvent être modifiées sans que vous n’en soyez avisé. Il est à noter par ailleurs que la valeur d’un investissement et les revenus qui en découlent peuvent évoluer en fonction des conditions de marché et que les investisseurs ne sont pas assurés de recouvrer l’intégralité du montant investi. La performance et les rendements passés ne préjugent pas forcément des résultats présents ou futurs. Aucune certitude n’existe quant à la réalisation des prévisions. J.P. Morgan Asset Management est le nom commercial de la division de gestion d’actifs de JPMorgan Chase & Co et son réseau mondial d’affiliés. Dans les limites autorisées par la loi, vos conversations sont susceptibles d’être enregistrées et vos communications électroniques contrôlées dans le but de vérifier leur conformité à nos obligations juridiques et règlementaires et à nos polices internes. Les données personnelles seront collectées, stockées et traitées par J.P. Morgan Asset Management dans le respect de la Politique de confidentialité disponible sur le site www.jpmorgan.com/emea-privacy-policy . Cette communication est publiée en Europe (hors Royaume-Uni) par JPMorgan Asset Management SARL (Europe), 6 route de Trèves, L-2633 Senningerberg, Grand-Duché de Luxembourg, R.C.S. Luxembourg B27900, capital social EUR 10.000.000.