La date du changement de consensus tant attendue sur Ethereum ("le Merge") a été fixée au mois prochain. Quelles seront les conséquences pour le réseau Ethereum? Quel sera l'impact pour les investisseurs ? Voici tout ce que vous devez savoir avant cet événement crucial.

Ce qu’il s’est passé

Il y a deux semaines, une blockchain testnet d’Ethereum, nommée Görli, a réussi à changer son mécanisme de consensus de proof-of-work à proof-of-stake. Il s’agissait de la troisième et dernière répétition sur un testnet, qui est un réseau imitant les fonctionnalités d’Ethereum permettant aux développeurs de concevoir, modifier et tester des contrats intelligents et des applications sans avoir besoin d’argent réel ou de crypto.

Le succès de ces tests ouvre la voie à la modification du mécanisme de consensus sur l’environnement principal d’Ethereum. Cette mise à jour majeure était attendue depuis des années, et maintenant une date a été fixée.

Impact sur notre scénario d’investissement

Qu’est-ce que le Merge?

Le Merge fait partie d’une série de mises à jour qui rendront le protocole Ethereum plus efficace, adaptable, décentralisé, durable et sécurisé.

Plus précisément, le Merge est la combinaison du réseau utilisé aujourd’hui pour les transactions Ethereum, sécurisé aujourd’hui au travers d’un consensus proof-of-work, avec la chaîne Beacon, un réseau lancé fin 2020 qui utilise un consensus proof-of-stake. La coordination du réseau de validateurs est la tâche principale de la Beacon Chain depuis son lancement. Une fois les deux systèmes réunis, les transactions à venir ne seront validées que par le mécanisme de consensus proof-of-stake utilisé sur la Beacon Chain. Les deux chaînes qui fonctionnent en parallèle depuis la fin de 2020 vont littéralement « fusionner » (une chaîne apportant les transactions, l’autre le consensus).

2022.08.24.Ethereum

Pourquoi cela est-il important?

Le changement du consensus en proof-of-stake va permettre de réduire (1) le nombre d’Ether (ETH) émis et (2) sa consommation énergétique. Il s’agit d’une amélioration majeure de la tokénomie (tokenomics en anglais) d’Ethereum, soit les différents paramètres qui impactent la valeur d’un actif digital.

1. Les mineurs (consensus proof-of-work) et les validateurs (consensus proof-of-stake) sont rémunérés pour leur travail. Il s’agit d’une incitation à vérifier les transactions et à sécuriser le réseau. La récompense est donnée sous la forme d’ETH nouvellement émis. Pour réduire la pression inflationniste des récompenses, la mise à jour dite de «Londres» en 2021 a initié un mécanisme de burn (retrait des jetons de la circulation). En clair, le nombre de pièces éliminées dépend du niveau d’activité sur le réseau. Plus l’activité est élevée, plus le nombre de pièces brûlées est important.

Les consensus proof-of-work consomment beaucoup d’énergie et nécessitent un matériel de pointe. C’est pourquoi les récompenses sont relativement élevées afin d’inciter les mineurs à sécuriser le réseau. Au total, les mineurs d’Ethereum reçoivent quotidiennement 13’000 à 14’000 ETH.

Le validation des transactions au travers des consensus proof-of-stake n’a pas autant de contraintes énergétiques et matérielles.  Presque tout le monde peut faire fonctionner un nœud de validation avec un ordinateur standard. Par conséquent, moins d’incitations sont nécessaires pour sécuriser le réseau. L’émission quotidienne d’ETH sur la chaîne Beacon est de ~1’600 ETH.

Après le Merge, les cryptos payés jusqu’à présent aux mineurs ne seront plus émis. Seules les cryptos payés aux validateurs continueront d’être émis. En d’autre terme, l’émission quotidienne d’ETH diminuera d’environ 90%. Si l’on considère les ETH qui seront brûlés, l’offre nette d’ETH augmentera dans le pire des cas de ~0% par an ; il est probable qu’elle soit déflationniste si l’activité sur le réseau augmente à nouveau.

2.Le changement de consensus réduira la consommation d’énergie du réseau Ethereum de 99,95%. La sécurisation du réseau Ethereum nécessitera ~0,01 TWh (contre 112 TWh avec le proof-of-work). Cela correspond à peu près à la consommation d’énergie de 1 000 ménages américains. À titre de comparaison, l’Institut royal de technologie suédois KTH a estimé la consommation d’énergie de Youtube en 2019 à 243 TWh (soit >1% de la consommation électrique mondiale).

Quand le Merge aura-t-il lieu?

Le Merge sera déployé en deux phases. Une première mise à niveau donnera le coup d’envoi du processus le 6 septembre 2022. Le Merge proprement dit aura lieu vers le 15 septembre 2022. Cette date marquera le dernier bloc miné par le consensus proof-of-work; le prochain sera produit par le consensus proof-of-stake. Tout se passera en arrière-plan. Les utilisateurs du protocole ou les détenteurs de la cryptomonnaie n’ont rien à faire.

Le Merge peut-il mal se passer?

Bien que les tests pour le passage au proof-of-stake ont été importants, la probabilité d’un échec du Merge n’est pas nulle. Pour faire simple, le Merge est une mise à jour d’un logiciel. L’histoire a prouvé que même les logiciels les plus célèbres n’étaient pas à l’abri de problèmes inattendus lors de déploiement.

Les frais de transaction sur Ethereum vont-ils baisser?

Les frais de transaction reflètent l’utilisation du réseau. Plus la demande de transactions sur le protocole est élevée, plus les frais de transaction sont élevés. Ils étaient élevés pendant l’engouement pour la finance décentralisée (DeFi) ou les NFT, et ils sont actuellement bas car nous traversons un «hiver cryptographique».

Le Merge n’aura aucun impact sur l’espace de blocs ou la capacité du réseau. Par conséquent, le Merge ne devrait pas réduire de manière significative les frais de transaction. Le shard (une future mise à jour, voir ci-dessous) est une autre histoire et réduira probablement les frais de transaction.

Y aura-t-il un impact sur le rendement du staking?

Les validateurs d’un consensus proof-of-stake sont récompensés pour les cryptos mis en staking. Ils reçoivent une compensation en échange de la sécurisation du réseau. Cette compensation (ou « récompense ») est basée sur le nombre de validateurs : plus le nombre de validateurs et d’Ethereum placé en staking est élevé, plus le rendement attendu est faible.

Avec le passage au proof-of-stake, les validateurs recevront également les frais de transaction. Ces frais étaient auparavant distribués aux mineurs. Compte tenu du nombre actuel d’ETH mis en gage, le taux de rendement annuel est de ~4,1%. Si nous incluons les frais de transaction, le rendement augmenterait d’environ 50 % pour atteindre ~6 %, en supposant que l’activité sur le réseau reste aux faibles niveaux actuels.

Le Merge est-elle l’étape finale de la « mise à niveau la plus importante » d’Ethereum?

Le Merge fait partie d’une série de mises à jour qui est encore loin d’être achevée. L’ensemble devrait être terminé en 2024, s’il n’y a pas de nouveaux retards de développement. Deux développements importants en attente méritent d’être soulignés.

Premièrement, les ETH placés en staking sont actuellement illiquides et bloqués. C’est le cas depuis le lancement de la chaîne Beacon. La mise à jour dite de « Shanghai » (dont le déploiement est prévu 6 à 12 mois après le Merge) permettra aux validateurs de retirer leur ETH. De plus, Shanghai fixera des règles sur le nombre de cryptos qui peuvent être enlevées du staking par jour, afin de s’assurer que les ~14 millions d’ETH placés en staking (~12% de l’offre totale) ne soient pas retirés au même moment, ce qui provoquerait une énorme pression de vente. Les développeurs ont fixé cette limite à 43’200 ETH par jour. En d’autres termes, cela prendrait presque un an si tous les validateurs voulaient sortir du protocole en même temps.

Un exode massif est toutefois peu probable, car la récompense du staking est dynamique (plus le nombre d’ETH jalonnés est faible, plus le revenu par validateur est élevé).

Deuxièmement, la prochaine grande étape consistera à améliorer l’évolutivité du réseau grâce à des solutions comme le sharding (division du réseau en plusieurs parties). Cette mise à jour était initialement prévue avant le Merge, mais a ensuite été reportée en raison de l’essor des protocoles de niveau 2 qui améliorent considérablement les problèmes de scalabilité (puisque les transactions ne sont pas directement enregistrées sur le protocole principal). À ce stade, Ethereum sera en mesure de traiter ~100’000 transactions par seconde (contre ~15 actuellement), dépassant ainsi des réseaux comme Visa (dont les serveurs seraient en théorie capables de traiter 60’000 transactions par seconde). Il s’agira d’un développement majeur pour la tokénomie d’Ethereum, car la scalabilité ne sera plus un problème.

2022.08.24.ethereum shard chains@2x (1)