ELIOR : recentrage sur la génération de liquidités.

Enguerrand Artaz, Analyste Cross Asset, La Financière de l’Echiquier

L’actu

Le groupe français de restauration collective a publié des résultats annuels en ligne avec les attentes mais des objectifs prudents pour le prochain exercice.

 

Notre analyse

La croissance du chiffre d’affaires de 4,2% conduit à un résultat opérationnel (ROC) de 285 millions d’euros, légèrement meilleur qu’attendu grâce à des dépenses d’investissements contenues (288 millions contre 300 attendus).

Les objectifs pour le prochain exercice sont prudents: 1% de croissance organique, une marge opérationnelle stable en pourcentage mais une forte amélioration des flux nets de trésorerie. La marge opérationnelle sera pénalisée en 2019 par des dépréciations plus fortes et l’arrêt du dispositif fiscal français, le CICE, qui vise à renforcer la compétitivité des entreprises, même si cela sera en partie compensé par la diminution d’événements ponctuels, en particulier les charges de restructuration.

Le ratio dette nette/excédent brut d’exploitation s’établit à 3,6 fois contre 3,0 fois douze mois auparavant: ELIOR est progressivement devenu un cas endetté, devant de plus continuer à verser un dividende à son actionnaire le plus important, BIM. La cession de la division “concessions” est donc devenue le point central, le redressement de la division “restauration et services” étant plus long que prévu (trop de contrats longs à faible marge noués sous le management précédent, en particulier en France). Le processus, engagé, sera finalisé d’ici la fin du premier semestre 2019.

 

En conclusion

Le focus sur le taux de croissance du chiffre d’affaires n’est plus pertinent. Il convient de se recentrer sur la génération de liquidités et le périmètre d’activité. La cession des concessions transformerait le cas en recentrant ELIOR sur un métier simple, moins capitalistique. Elle rendrait surtout rendrait le bilan beaucoup plus solide.

Nous conservons dans Echiquier Agressor et Echiquier Value Euro.