La guerre en Ukraine a provoqué un regain de volatilité sur les marchés obligataires émergents. Selon une enquête publiée par Vontobel Asset Management, même si les investisseurs institutionnels mondiaux s’inquiètent des effets de la guerre sur les marchés et l’économie, ils restent optimistes pour les mois à venir.

Durant le premier trimestre 2022, Vontobel a interrogé plus de 300 investisseurs institutionnels et gérants de fortune discrétionnaires en Amérique du Nord, en Europe et dans la région Asie-Pacifique. Selon cette enquête, 72% des investisseurs institutionnels mondiaux portaient un regard optimiste sur la croissance, l’inflation et les rendements obligataires des marchés émergents européens avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Toutefois, à en juger par les réponses reçues après l’invasion, ils n’étaient à ce moment-là plus que 55% à se dire optimistes.

Malgré ce moindre optimisme concernant les marchés émergents européens, les marchés émergents dans leur ensemble continuent d’attirer les investisseurs institutionnels. Plus de la moitié de ces derniers (64%) disent avoir l’intention de renforcer (légèrement ou substantiellement) leur allocation aux obligations émergentes sur les 24 prochains mois.

Les investisseurs institutionnels avancent trois grandes raisons pour renforcer leur allocation: les obligations émergentes permettent une diversification des portefeuilles existants (56%), constituent un marché très liquide (48%) et offrent des perspectives ESG favorables (47%).

«Malgré un contexte défavorable, les investisseurs institutionnels mondiaux reconnaissent qu’il est nécessaire de diversifier leurs portefeuilles pour dégager des rendements plus élevés, mais également pour les protéger contre la volatilité des autres classes d’actifs liée à l’instabilité des marchés et à la situation géopolitique», déclare Simon Lue-Fong, responsable Fixed Income de Vontobel. «Les obligations émergentes peuvent répondre à ces besoins, mais seul un gérant actif expérimenté est capable d’appréhender leurs problématiques spécifiques».

S’agissant des investissements sur les marchés obligataires émergents, les investisseurs institutionnels mondiaux ont indiqué que les principales sources d’inquiétude, pour leurs institutions, étaient les suivantes : taux de défaut et niveau d’endettement (51%), liquidité (48%), volatilité (45%) et gouvernance, qualité et transparence des données, et normes suivies en matière d’information financière (38%).

«Ces inquiétudes n’ont rien de nouveau. Cette classe d’actifs est encore considérée par nombre d’investisseurs comme un marché de niche quelque peu exotique. Toutefois, pour les investisseurs actifs qui la comprennent, elle offre de formidables opportunités: l’impact des taux de défaut est souvent exagéré et les périodes de volatilité sont une excellente occasion pour exploiter l’inefficience du marché», ajoute Simon Lue-Fong.

Les investisseurs sont prêts à attribuer des mandats ESG dans l’obligataire émergent

Compte tenu de l’importance croissante du suivi des facteurs ESG sur les marchés émergents, la quasi-totalité (91%) des investisseurs institutionnels mondiaux disent utiliser des stratégies d’investissement intégrant ces facteurs dans leur allocation aux obligations émergentes, qu’il s’agisse de stratégies d’investissement d’impact (55%), d’un filtrage systématique visant à inclure ou exclure certaines valeurs (54%), ou encore d’engager le dialogue avec la direction de l’émetteur pour influer sur ses politiques et pratiques ESG (49%).

En dépit d’un large engouement pour les investissements ESG, les investisseurs institutionnels indiquent toutefois que plusieurs obstacles empêchent leurs institutions d’accorder une plus large place à ces investissements sur les marchés obligataires émergents : un manque d’homogénéité des données fournies par les tiers (62%), un certain scepticisme quant à l’impact positif de ces investissements (61%), le risque lié aux obligations émergentes (perçu comme plus élevé) (43%), et enfin l’absence d’offres ESG adaptées de la part des gérants externes (43%).

«Ces dernières années, l’investissement ESG est devenu un enjeu majeur pour les investisseurs institutionnels, et les investisseurs présents sur les marchés obligataires émergents considèrent que cette classe d’actifs offre un moyen unique de générer des rendements, tout en ayant un impact positif», explique Simon Lue-Fong. «Il ressort de notre enquête que les investisseurs institutionnels sont plus demandeurs que jamais de produits d’investissement durables et qu’ils font confiance aux gérants actifs pour trouver des opportunités d’investissement intéressantes et durables, tout en gérant les risques spécifiques inhérents aux marchés émergents».

Pour télécharger l’enquête, cliquez ici.

 


Le présent document ne constitue pas une offre de quelque nature que ce soit, mais sert uniquement à des fins d’information. Les services décrits dans le document sont fournis dans le cadre de l’accord signé avec le bénéficiaire du service. La nature, la portée et les prix des services et des produits peuvent varier d’un pays à l’autre et peuvent être modifiés à tout moment sans préavis. Certains services et produits ne sont pas disponibles dans le monde entier ou auprès de toutes les sociétés de Vontobel. En outre, ils peuvent être soumis à des restrictions légales dans certains pays.

À propos de cette enquête

Cette enquête sonde l’intérêt des investisseurs pour les obligations des marchés émergents et vise à déterminer s’ils ont l’intention de modifier leur allocation à cette classe d’actifs dans les deux prochaines années. Le laboratoire de recherche Custom Research Lab d’Institutional Investor a préparé un questionnaire avec Vontobel Asset Management afin de recueillir le point de vue des investisseurs sur les obligations émergentes. Le questionnaire a été distribué en février et mars 2022. Y ont répondu 342 investisseurs de compagnies d’assurance, de fonds de pension publics et privés, de fondations, de fonds de dotation, de family offices et de fonds souverains en Europe, en Asie et aux Amériques. Au total, 47% des réponses ont été reçues avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie et 53% après. Pour compléter les résultats de l’enquête, 10 investisseurs institutionnels d’Asie, d’Europe et d’Amérique du Nord ont été consultés. Ces entretiens ont tous eu lieu après l’invasion de l’Ukraine par la Russie.