Ethan Lovell, co-gérant de la stratégie Global Life Sciences de Janus Henderson, explique comment la Chine devient un marché à forte croissance pour les sociétés biopharmaceutiques.

Ethan Lovell

Principaux points à retenir

Les sociétés biopharmaceutiques internationales ont fait état, au cours du deuxième trimestre 2018, d’une accélération de leurs ventes en Chine.

Le gouvernement a mis en place des réformes pour améliorer le système de soins de santé du pays et la population vieillissante de la Chine continue d’accroître sa fortune. Ces facteurs pourraient contribuer à une croissance continue de la demande de produits pharmaceutiques.

De tels changements pourraient pérenniser la croissance des sociétés concernées, en particulier celles offrant des produits innovants répondant aux importants besoins médicaux non satisfaits dans le pays.

Augmentation des ventes en Chine

L’analyse des derniers résultats publiés par les sociétés biopharmaceutiques fait ressortir une tendance: l’augmentation spectaculaire des ventes en Chine. Le géant pharmaceutique britannique AstraZeneca a révélé au deuxième trimestre 2018 qu’il avait enregistré une hausse de 24% de ses ventes en Chine au cours du premier semestre. Merck & Co., l’un des poids lourds de l’immunothérapie, a quant à lui enregistré une progression de 50% rien que sur le deuxième trimestre, tandis que les ventes opérationnelles de la division Essential Health de Pfizer ont augmenté de 24% en Chine au cours de la même période. Une telle croissance est exceptionnelle, et nous estimons que cette tendance pourrait s’inscrire dans la durée.

La Chine développe l’accès aux soins de santé

La croissance économique rapide de la Chine conduit à une amélioration du niveau de vie pour une grande partie de la population vieillissante du pays. Cette augmentation des richesses a stimulé la demande de services de santé et a par conséquent donné naissance à des initiatives gouvernementales visant à développer l’accès à des soins abordables. L’an dernier, Pékin a par exemple mis à jour et allongé la Liste nationale des médicaments remboursés (National Reimbursement Drug List, NRDL), qui reprend les thérapies éligibles au remboursement dans les régimes d’assurance vie mis en place par le gouvernement (qui couvrent quasiment l’intégralité de la population chinoise). Dans le cadre de cette mise à jour, la première depuis 2009, 339 nouveaux médicaments ont été ajoutés à la liste, dont 40% sont fabriqués par des sociétés non chinoises.

Les fabricants de médicaments font généralement d’importantes concessions en matière de prix pour que leurs produits soient ajoutés à la NRDL. Mais dès lors que 60% du marché pharmaceutique chinois, le deuxième plus important au monde, est couvert par les remboursements des régimes d’assurance gouvernementaux, les volumes peuvent rapidement compenser les tarifs inférieurs. AstraZeneca, par exemple, a réduit de plus de 50% le prix d’Iressa* en vue de son inclusion dans la NRDL au début de l’année dernière. La société a depuis révélé qu’en moins de 12 mois, les revenus totaux réalisés par le médicament, une thérapie ciblée contre le cancer, avaient éclipsé les niveaux précédents.

Les médicaments repris sur la NRDL ont tendance à enregistrer une croissance plus rapide sur le marché que ceux qui en sont absents.

Graphique n°1: augmentation des ventes de médicaments grâce au soutien du gouvernement (par catégorie de maladie)
Source : IQVIA, Politiques de fixation des prix et de classement des nouveaux médicaments en Chine, 8e édition, 2018

Nouvelle croissance pour les fabricants de médicaments

Le gouvernement prévoit, à l’avenir, de mettre à jour la NRDL plus fréquemment. Par ailleurs, les régulateurs accélèrent le processus d’évaluation des nouvelles thérapies. Lorsque Keytruda, un médicament d’immuno-oncologie produit par Merck, fut approuvé en Chine au début de l’année, l’évaluation n’avait pris que cinq mois, contre 18 à 24 mois traditionnellement. La Chine a également commencé, au cours des dernières années, à participer à des essais cliniques internationaux et à accepter les données de patients étrangers lors de l’évaluation d’un médicament pour approbation réglementaire.

Ceci pourrait conduire à une accélération de la croissance des ventes des sociétés biopharmaceutiques en Chine. Le principal risque tient à un ralentissement économique du pays. Le gouvernement pourrait, si la croissance de la Chine venait à stagner, exiger des réductions plus importantes sur le prix des médicaments ou diminuer temporairement le nombre de nouveaux médicaments approuvés. Pékin a toutefois fait part de son engagement à soutenir les dépenses de santé sur le long terme. En 2011, la biomédecine a été désignée comme l’une des sept priorités stratégiques du pays et, en 2016, le gouvernement a lancé l’initiative Healthy China 2030, avec des objectifs incluant la diminution du taux de mortalité élevé lié aux maladies non transmissibles, telles que le diabète. Cet engagement pourrait conduire à une hausse de la demande de produits pharmaceutiques en Chine, avec à la clé une nouvelle source considérable de croissance pour les sociétés biopharmaceutiques mondiales.


Glossaire

Iressa – Un médicament contenant une substance active, le géfitinib, utilisé pour soigner les patients adultes atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules qui se trouve à un stade avancé localement ou qui s’est propagé à d’autres parties du corps.


Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur au moment de la publication du présent document et peuvent différer de celles d’autres collaborateurs/équipes de Janus Henderson Investors. Les références à des titres, fonds, secteurs et indices au sein du présent document ne sauraient être interprétées comme une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente.
Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Toutes les données de performance tiennent compte du revenu, des gains et des pertes en capital mais n’incluent pas les frais récurrents ou les autres dépenses du fonds.
La valeur d’un investissement et ses rendements peuvent augmenter ou diminuer et vous pourriez ne pas récupérer l’intégralité du montant investi à l’origine.
Les informations contenues dans cet article ne constituent pas une recommandation d’investissement.