Amazon a récemment annoncé qu'elle accélérait ses mesures partiellement défensives sur la logistique ainsi que la perturbation offensive de la pharmacie et de la santé. Ces exemples illustrent l'innovation de la société en matière d'investissement en vue d'une croissance à long terme.

Alison Porter, gérante dans l’équipe des actions technologiques internationales, évoque les dernières incursions d’Amazon dans les secteurs de la livraison et de la santé ainsi que leurs implications pour les investisseurs.

 

Alison Porter

Livraison

Amazon développe sa position à long terme en tant qu’«AWS pour la logistique» grâce au programme Delivery Service Partners. Le concept de nuage public pour les besoins en matière de technologie de l’information fut introduit par Amazon via Amazon Web Services (AWS). Avec AWS, Amazon avait investi considérablement dans la puissance des ordinateurs et les infrastructures de stockage, permettant à d’autres entreprises et à de nouvelles sociétés à louer des capacités, réduisant ainsi les frais de démarrage d’une activité et augmentant la flexibilité.

Dans le cadre d’Amazon Delivery, les entrepreneurs sont invités à former des petites sociétés de livraison de 20 à 40 camions – avec jusqu’à 100 conducteurs – pour permettre d’accroître la capacité d’expédition. Amazon fournira l’accès aux technologies de livraison et aux capacités d’expédition. Ce service diffère d’Amazon Flex, qui rémunère les «partenaires de livraison» selon un taux horaire pour livrer les colis d’Amazon et leur permet d’avoir des horaires flexibles par l’intermédiaire de l’application.

Amazon Delivery cherche à permettre non pas à une personne, mais à un petit groupe de conducteurs de fonder une petite société, en leur offrant des formations, des conseils en matière de fiscalité et de rémunération, des remises sur le carburant, des prêts de voiture et une assurance. Amazon a annoncé son intention de fixer des standards minimaux de rémunération.

Il sera intéressant de suivre l’évolution de ces startups et de voir si elles seront exclusivement utilisées pour des livraisons sous contrat avec Amazon. Il s’agit d’une évolution de l’infrastructure de livraison existante d’Amazon et fait suite aux autres initiatives de la société en matière de leasing de ses propres drones et avions-cargos. Cette capacité de livraison sera utilisée pour la croissance future des livraisons d’Amazon, la société ayant l’intention de maintenir de solides relations avec les livreurs actuels tels qu’UPS, United States Postal Service (USPS) et FedEx pour le volume de livraison existant.

 

Conséquences possibles

Amazon réduit les barrières à l’entrée dans le secteur de la livraison en utilisant le facteur de la taille pour abaisser les tarifs sur les dépenses importantes telles que les véhicules et l’assurance. Ceci pourrait avoir une incidence à long terme sur les sociétés développant des modèles basés sur l’ampleur des livraisons et de la logistique.

Si le programme Amazon Delivery peut sembler onéreux et accroître les coûts à court terme, il pourrait réduire les coûts de livraison à long terme. À court terme, cela pourrait faciliter la négociation des prix avec les fournisseurs de livraison existants (tels qu’UPS).

Amazon devrait être en mesure de capturer et d’exploiter les données recueillies en matière de kilomètres parcourus et de capacités de logistique/cartographie.

Cette annonce montre comment Amazon aide également les petites et moyennes entreprises (PME), contrairement à l’idée reçue selon laquelle elle les menace. Amazon a été critiquée pour détériorer le commerce. Le programme offrira également aux vétérans militaires américains admissibles un remboursement de 10.000 dollars pour leur permettre de se lancer.

 

Santé

Les spéculations sur l’ampleur de l’intérêt d’Amazon dans le secteur de la santé vont bon train depuis longtemps. Cet intérêt s’est renforcé suite à l’annonce de la joint-venture entre Berkshire Hathaway et JP Morgan dans le domaine des soins gérés en 2017 (Voir : Soins de santé – la prochaine cible d’Amazon?).

Une deuxième annonce récente d’Amazon concernait l’achat pour un milliard de dollars de PillPack, une pharmacie en ligne qui envoie aux consommateurs des ordonnances classées par posologie. Selon une enquête de ConsumerReports.org, 55% des Américains prennent régulièrement des médicaments sur ordonnance. Le marché représente environ 400 milliards de dollars aux États-Unis et s’adapte particulièrement bien (à hauteur de 80%) au commerce en ligne en raison de l’importance des ordonnances récurrentes pour les maladies chroniques. L’acquisition de PillPack confère à Amazon une licence de pharmacie dans tous les États américains à l’exception d’Hawaï et de Puerto Rico, ainsi que des relations avec l’ensemble des principaux gestionnaires de soins pharmacothérapeutiques (administrateurs tiers de programmes de médicaments sur ordonnance pour les plans de santé commerciaux). Par ailleurs, Amazon obtiendra des données précieuses sur les tendances historiques d’achat de médicaments.

Contrairement aux autres secteurs du commerce en ligne, les ordonnances par correspondance livrées à domicile ont chuté au cours de la dernière décennie, de nombreux perturbateurs initiaux ayant été acquis par les détaillants et les gestionnaires de soins pharmacothérapeutiques existants. L’entrée d’Amazon devrait conduire à une nouvelle ère de perturbation dans le domaine de la prestation de services pour les clients des pharmacies.

 

Conséquences possibles

Amazon pourrait utiliser la livraison de médicaments comme une offre de service supplémentaire pour Amazon Prime – ajoutant de la valeur pour les membres existants de Prime et visant à un segment démographique plus âgé qui est bien moins pénétré. L’âge moyen de l’utilisateur de PillPack est passé au cours des dernières années d’environ 45 ans à environ 55 ans.

La fréquence de livraison/régularité nécessaire pour les médicaments requiert une expertise et une envergure logistique et de distribution, un autre moyen pour Amazon d’exploiter sa capacité logistique en développement.

PillPack pourrait également être incorporée dans la structure commerciale de Whole Foods (acquise en juin 2017), qui ne propose actuellement pas de produits pharmaceutiques.

 

Une réaction excessive à court terme dans le secteur de la santé mais une augmentation des risques à long terme

La réaction initiale du marché fut moins positive pour l’ensemble de la chaîne agroalimentaire pharmaceutique, les distributeurs, gestionnaires de soins pharmacothérapeutiques et gestionnaires d’ordonnances ayant supposé à tort qu’Amazon souhaitait devenir un acteur à part entière dans tous ces secteurs. L’équipe de gestion actions technologiques internationales de Janus Henderson est convaincue qu’il s’agit là d’une surévaluation classique du cycle du hype à court terme mais également d’une menace importante à long terme. Les opportunités sont suffisamment importantes du côté des consommateurs pour qu’Amazon mette, pour l’instant, l’accent sur les programmes s’adressant directement aux consommateurs.

La poursuite des incursions dans le secteur de la gestion des soins pharmacothérapeutiques (désintermédiation) ou de la distribution suivra une longue courbe d’apprentissage réglementaire et pourrait s’avérer impossible pour Amazon de façon organique, alors qu’elle peut, sur le secteur agroalimentaire, commencer par de petites étapes avant d’effectuer des acquisitions. Amazon devra continuer à coopérer avec le reste de la chaîne d’approvisionnement de la santé pour accroitre ses activités à court terme.

 

Conclusion

Les investissements supplémentaires d’Amazon en matière de livraison et de santé sont de nouveaux exemples de perturbation et d’innovation technologique. En tant qu’investisseurs à long terme, nous sommes convaincus que ces investissements s’appuient sur les barrières à l’entrée à long terme d’Amazon et sur sa propre technologie “fly wheel” qui renforce le dynamisme de la société et sa capacité à gagner des parts de marché.

Le nombre croissant de secteurs d’activités à forte marge dans le portefeuille d’Amazon (AWS et publicité) facilite, à un rythme toujours plus rapide, les investissements dans la perturbation. Nous sommes toutefois conscients que ces investissements seront associés à des coûts plus élevés à court terme, affectant potentiellement la rentabilité à court terme, tout en allongeant la trajectoire de croissance d’Amazon à long terme.

 


Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur au moment de la publication du présent document et peuvent différer de celles d’autres collaborateurs/équipes de Janus Henderson Investors. Les références à des titres, fonds, secteurs et indices au sein du présent document ne sauraient être interprétées comme une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente.