Convictions d’Investissement - 3ème trimestre 2017.

En prévision du prochain trimestre, Fidelity International identifie dans ces dernières Convictions d’Investissement, trois thèmes à surveiller et partage ses points de vue sur l’orientation à venir des différentes classes d’actifs ; ces opinions s’appuient sur les analyses fondamentales et les prévisions globales entières établies en interne et réunies dans un tableau représentatif.

Les marchés haussiers naissent dans le pessimisme et meurent dans l’euphorie. Dans le cas présent, le marché haussier actuel (déjà l’un des plus longs de toute l’histoire) est encore loin de toucher à sa fin. Cependant, les investisseurs doivent se méfier de plus en plus d’un marché haussier aussi prolongé. Comment cela se soldera-t-il ?

 

Les trois principaux thèmes à surveiller pour ce 3ème trimestre

 

1. Un marché haussier toujours d’actualité, mais en fin de course

Le marché haussier est toujours d’actualité mais les investisseurs redoutent son issue, non sans raison, car nous sommes à un stade avancé du cycle actuel. Ayant dépassé 99 mois depuis mars 2009, il s’agit du deuxième plus long marché haussier de l’après-guerre. Les obstacles qui freinaient la progression des actions ont été pour la plupart éliminés, et les marchés se sont largement appréciés. Même si le pic de ce cycle n’est pas encore atteint, les investisseurs ont tout intérêt à se préparer à cette issue au cours des 12 à 18 prochains mois.

 

2. Les actions sont soutenues par la croissance des bénéfices – Des perspectives particulièrement attrayantes en Europe

Les marchés d’actions sont soutenus par la croissance des bénéfices. Les valorisations ne sont pas décorrélées des bénéfices au point que l’on avait pu observer dans les précédents pics du marché, comme pendant la bulle technologique de 2001. Maintenant libérée de certaines inquiétudes sur le plan politique, l’Europe est dopée par le rattrapage de son retard en matière de croissance de l’économie et des bénéfices. Les révisions de prévisions de bénéfices européens sont devenues nettement positives, plus qu’elles ne l’ont jamais été depuis cinq ans. Les estimations de chiffre d’affaires et de croissance des bénéfices en Europe dépassent désormais celles du marché américain.

 

3. La Chine et l’inflation devront être suivies de près

L’inflation américaine est inhabituellement faible depuis trois mois, ce qui n’a pas empêché la Réserve fédérale de relever ses taux en juin. Janet Yellen estime en effet que cet accès de faiblesse sera temporaire. Dans le cas contraire, la solidité de l’économie américaine finira par poser question : par conséquent, les statistiques d’inflation et de croissance aux États-Unis seront attendues avec impatience et décortiquées avec attention.

La Chine, quant à elle, tente de contenir plusieurs pans de son économie tout en améliorant la transparence du système financier, avec notamment des mesures de durcissement des réglementations et des conditions financières dans le secteur bancaire, qui contribuent à contenir l’activité de crédit. La croissance du PIB est en train de ralentir aux alentours de 6,5 %, mais les investisseurs voudront avoir la preuve qu’il s’agit bel et bien d’un atterrissage maîtrisé.

 

Nos Convictions d’investissement en résumé

 

Actions

Vue d’ensemble – Le marché haussier est toujours d’actualité, mais désormais à un stade avancé. La croissance des bénéfices soutient les valorisations et les signes d’exubérance irrationnelle sont rares.

États-Unis – Le marché devrait continuer à progresser sous l’effet de la croissance des bénéfices. La hausse des prix se poursuivra si les grandes valeurs technologiques continuent de publier des bénéfices supérieurs aux attentes.

Europe – Le marché européen est le plus intéressant en termes de croissance des bénéfices et de potentiel d’appréciation. Les inquiétudes politiques se dissipent et offrent une grande marge d’appréciation pour rattraper le niveau des valeurs américaines.

Asie-Pacifique – La dynamique des bénéfices est devenue positive. La Chine ralentit volontairement certains secteurs de son économie pour un atterrissage qui devrait être contenu. La plus grosse inquiétude pour la région pourrait venir de la Fed.

Japon – Les perspectives du marché sont liées à celles de la croissance et du taux de change. Toutefois, l’inflation reste positive, ce qui peut finir par changer la donne pour les sociétés après de longues années de déflation.

EMEA & Amérique latine – La politique est devenue un critère important et la situation macroéconomique est résolument contrastée ; cependant nous continuons d’identifier des opportunités de valeurs attractives.

Vues sectorielles – Nous privilégions la technologie et la santé, où l’innovation favorise une croissance soutenue des bénéfices.

 

Obligations

Vue d’ensemble – Les espoirs de relance inspirés par Donald Trump disparaissent et la Fed s’est montrée proactive en relevant ses taux en juin malgré la faiblesse de l’inflation. Les rendements devraient rester modestes.

Obligations indexées sur l’inflation – Les perspectives sont un peu plus équilibrées depuis l’accès de faiblesse constaté sur le front de l’inflation américaine. Mais celui-ci n’est peut-être que temporaire, et les obligations indexées sur l’inflation américaines offrent un certain potentiel haussier.

Obligations Investment Grade – Les valorisations sont maintenant élevées au regard des données historiques, avec un potentiel haussier limité. Notre marché favori sur ce segment est l’Europe, compte tenu de la présence de la BCE qui joue le rôle d’acheteur en dernier ressort.

Obligations High Yield – Les valorisations sont également tendues et ne rémunèrent plus suffisamment les investisseurs en termes de risque. Nous privilégions l’Europe aux États-Unis et à l’Asie.

Obligations émergentes – La dynamique de la croissance mondiale ralentit, et des inquiétudes s’élèvent également quant au tassement de l’économie chinoise. Nous préférons les obligations d’entreprise en USD et la dette locale.

 

Actifs alternatifs

Immobilier d’entreprise : Europe continentale – La demande des investisseurs est toujours élevée. Ceux-ci doivent se montrer vigilants pour éviter que l’abondance de capital ne compresse trop les rendements.

Immobilier d’entreprise : Royaume-Uni – L’incertitude politique et économique s’est accrue depuis les élections. La conséquence positive pourrait être un Brexit moins dur que prévu, voire des conditions monétaires encore plus accommodantes pendant plus longtemps.

Matières premières – Notre indicateur avancé de l’activité mondiale signale un ralentissement de la croissance, d’où notre point de vue globalement plus négatif. Nous préférons l’énergie aux métaux.

Infrastructures et loans – Les valorisations des infrastructures sont tendues, mais la classe d’actifs reste pertinente en tant que source de performances diversifiées et décorrélées. Les «loans» devraient surperformer les obligations High Yield.

 

Téléchargez nos Convictions d’Investissement dans leur intégralité (pdf, 23 pages, en anglais)

 


A propos des Convictions d’Investissement trimestrielles

Les Convictions d’Investissement de Fidelity exposent nos points de vue sur l’orientation des différentes classes d’actifs: actions, obligations et actifs alternatifs. Nous adressons également nos vues sur les perspectives de croissance et de rendement des différentes régions et secteurs. Ces opinions trimestrielles s’appuient sur notre analyse fondamentale propriétaire établie au niveau mondial.

J'aime cet article 57