Encore balbutiant voilà peu, le marché de l’intelligence artificielle se prepare à une forte croissance ces prochaines années et ses applications devraient bouleverser de nombreux secteurs. Tous les géants de la techno prennent en ce moment leurs posi-tions.

Sumant Wahi, senior analyst, Fidelity International

Cette année a revêtu une importance particulière pour l’intelligence artificielle, puisque de nombreux secteurs ont perçu son impact dans des applications de tous les jours. Réservée voilà encore peu à la science-fiction, elle sort désormais des laboratoires et fait progressivement son entrée dans les usines, les voitures, les centres d’appel et les services de santé.

L’intelligence artificielle donne par exemple un nouveau sens aux «big data», en repérant les corrélations les plus subtiles au sein d’une myriade d’informations. Elle aide les marques à mieux comprendre les habitudes des consommateurs en s’adaptant à leurs recherches et leurs achats sur Internet. Elle transforme également la gestion de la circulation grâce à des projets précurseurs de «villes intelligentes», accélère les avancées dans le domaine médical et incite les gens à mieux prendre soin d’eux-mêmes.

L’intelligence artificielle associe des algorithmes mathématiques sophistiqués à l’impressionnante puissance de calcul des ordinateurs, devenus accessibles aux entreprises grâce au cloud et aux réseaux à haut débit. Elle facilite les tâches réclamant un labeur intensif, en permettant aux sociétés du secteur des sciences de la vie de surveiller et d’interpréter les réactions sur Internet au sujet de leurs médicaments dans le cadre de leurs obligations en matière de sécurité. Les robots intelligents éliminent ou limitent sérieusement les risques auxquels s’exposent les hommes, en alertant sur des environnements dangereux.

Qui plus est, les informaticiens n’ont pas besoin de programmer les systèmes d’intelligence artificielle pour couvrir toutes les éventualités qui se présentent. Avec l’apprentissage automatique, les applications peuvent utiliser leurs propres «expériences» pour continuer de développer leurs connaissances, améliorer leur capacité à repérer l’essentiel, et trouver des méthodes plus rapides autant que plus efficaces.

Les avantages de cet apprentissage rapide sont visibles dans les progrès constants des applications de reconnaissance vocale tels que les téléservices et assistants personnels vocaux comme Alexa. C’est également le cas dans la reconnaissance d’images, qu’il s’agisse de cyber-sécurité ou de traitement d’images médicales, dans les recommandations e-commerce, le ciblage des promotions, la détection des crimes, l’acheminement dynamique des marchandises, ou la tarification fondée sur la demande.

Les possibilités qu’a l’intelligence artificielle de transformer le service clients ont suscité un grand intérêt auprès des acteurs bancaires et financiers. L’une des applications développées rend l’expérience automatisée du client plus humaine et efficace en prédisant ce dont les clients auront besoin et en offrant des solutions plus rapides. De nombreuses banques européennes ont testé des agents conversationnels. Il ne s’agit pas d’un gadget, mais d’une façon de maîtriser les coûts tout en maintenant les niveaux de service, notamment en libérant du personnel pour effectuer des tâches où il peut ajouter davantage de valeur.

Dans le domaine des investissements et de la gestion du risque, l’intelligence artificielle permet d’affiner le processus de prise de décision grâce à l’analyse des tendances complexes à grande échelle ainsi que des données en temps réel. Danske Bank, MasterCard et RBS WorldPay figurent parmi les institutions qui utilisent déjà activement l’intelligence artificielle pour la détection des fraudes. Et Bank of America Merrill Lynch a annoncé au mois d’août 2017 avoir adopté l’intelligence artificielle pour accélérer le rapprochement des créances de ses grands comptes clients.

Pour les partisans de l’intelligence artificielle, les applications métiers revêtent un intérêt particulier: ces idées qui changent la donne ont des répercussions visibles sur le chiffre d’affaires et le résultat. Dans le domaine des services financiers, sont concernés les agents conversationnels, la détection de fraudes et l’analyse predictive, utiles à tous les niveaux, de la gestion du risque à l’optimisation des placements. Dans d’autres secteurs, cela concerne les livraisons automatisées de la restauration rapide, la distribution personnalisée de contenu médiatique, voire l’analyse avancée des soins de santé.

Il est vrai que plusieurs problèmes doivent encore être réglés – de la pénurie de main d’œuvre spécialisée au besoin de gérer la vie privée des gens et leurs droits en matière de données. C’est un défi en Europe où les marchés se préparent au RGPD, le nouveau règlement de l’Union européenne en matière de protection des données. Quoiqu’il en soit, l’immense potentiel de l’intelligence artificielle et la vague d’intérêt qu’elle suscite devraient garantir la priorité accordée à l’innovation.

Les problèmes sociétaux concernant les emplois perdus à cause de l’automatisation ne devraient pas être un obstacle aux progrès à ce stade précoce. Dans la mesure où les entreprises transforment leur avantage en matière d’intelligence artificielle en nouvelles offres de service, ells créent de nouvelles fonctions exploitant aux mieux les compétences humaines.

 

Cet article a été publié initialement dans le magazine SPHERE (N°8 – janvier/mars 2018)