Le revenu et l’appréciation du capital sont généralement les deux moyens permettant aux investisseurs de réaliser des gains au sein de leur portefeuille. L’investissement ciblant un revenu consiste généralement à sélectionner des titres générant un flux de liquidités, tels que les obligations traditionnelles et les actions donnant lieu au versement d’un dividende.

Vincent Juvyns,
Stratégiste,
J.P. Morgan Asset Management

L’investissement ciblant un revenu est une stratégie couramment utilisée par les investisseurs qui préfèrent une moindre volatilité ou sont intéressés par les paiements fréquents offerts par les titres ou stratégies générateurs de revenu. De nombreux autres types d’investisseurs peuvent néanmoins aussi tirer parti de cette approche.

Alors que les rendements des titres à revenu fixe sont bas et que les indices d’actions pourraient être confrontés à une volatilité accrue dans les mois à venir, il sera de plus en plus important pour presque chaque investisseur d’envisager les moyens d’investir en vue de dégager un revenu.

 

Le revenu : difficile à trouver, mais nécessaire pour la protection de la duration

Dans un contexte de rendements en bas de leurs fourchettes, les investisseurs devraient envisager une diversification à travers les classes d’actifs et les régions pour obtenir un revenu supérieur. La dette des marchés émergents et les obligations d’entreprises à haut rendement peuvent contribuer à générer un rendement réel attrayant, bien qu’avec un certain risque pour le capital.

L’appréciation du capital sur le marché des titres à revenu fixe peut être sensiblement affectée par la hausse des taux. Le graphique inférieur de la page 61 du Guide des marchés illustre l’impact hypothétique d’une hausse de 1 % des taux d’intérêt locaux sur les actifs à revenu fixe. Les obligations d’État subiraient probablement l’impact le plus fort tandis que les paiements de coupons plus juteux des obligations à haut rendement, de la dette des marchés émergents et des obligations convertibles offriraient une protection face à ces pertes, rendant même les effets de rendement positifs dans certains scénarios. Le revenu dégagé par ces actifs à plus haut rendement est essentiel pour protéger la duration et garantir des replis moins marqués lorsque les cours des obligations chutent.

Au sein de la sphère des titres à revenu fixe, il est intéressant de considérer la dette des marchés émergents comme une source de revenu. Le rendement de l’indice des obligations en devise locale des marchés émergents est nettement supérieur à celui de ses homologues, tant en valeur absolue qu’en termes d’écart par rapport aux niveaux historiques. Il convient toutefois de noter que l’univers investissable de la dette des marchés émergents s’est sensiblement développé ces dernières années, faisant d’une gestion active un élément essentiel pour dénicher les opportunités les plus attrayantes et éviter celles représentant le risque le plus élevé.

 

Source : Guide des marchés – Europe, page 61 (cliquez pour agrandir)

Les actions peuvent générer un revenu attractif

Si la notion de «revenu» est bien présente dans la dénomination des «titres à revenu fixe», il ne faut pas oublier les actions comme autre source de revenu. Les dividendes découlant des participations en actions peuvent apporter une source de revenu stable et constante. Sur le long terme, les dividendes représentent plus de 40 % du rendement total issu de l’investissement en actions. En fait, s’agissant du marché américain depuis les années 1920, les dividendes issus du S&P 500 ont généré des rendements positifs dans chacune des décennies.

L’investissement en actions orienté sur le revenu constitue aussi un moyen de prêter attention aux sociétés de qualité présentes sur le marché. Dans l’univers des marchés émergents, il est plus probable que les sociétés qui continuent de verser des dividendes élevés et stables soient des sociétés mettant l’accent sur la gouvernance et le rendement offert aux actionnaires. Le segment des actions des marchés émergents, qui englobe un plus grand nombre de sociétés versant des dividendes élevés (rendement supérieur à 3 %) que tout autre segment, en est une illustration.

Les investisseurs devraient envisager une diversification à travers les classes d’actifs et les régions pour obtenir un revenu supérieur. Le niveau de rendement proposé sur divers marchés évolue en fonction des prix, des données macroéconomiques et des événements politiques. L’adoption d’une approche non contrainte de l’investissement ciblant un revenu contribuerait à identifier les meilleures opportunités.

 

Source : Guide des marchés – Europe, page 58 (cliquez pour agrandir)

Implications en termes d’investissement

Face à des rendements aussi bas à travers le monde, le revenu est une source de rendement qui ne peut être ignorée. Pour obtenir un revenu, il faut voir au-delà des sources traditionnelles de revenu et envisager des investissements multi-actifs. Cette approche peut être synonyme d’une plus grande prise de risque, mais un portefeuille bien diversifié peut contribuer à réduire la volatilité.

Les dividendes générés par les actions peuvent constituer une importante source de revenu et ont affiché une grande stabilité par le passé. La dette des marchés émergents et la dette à haut rendement ne doivent pas être oubliées dans le cadre d’un portefeuille, car elles peuvent offrir des rendements attrayants par rapport aux obligations de base.

Les fluctuations seront toujours présentes dans une stratégie axée sur le revenu, mais généralement, le revenu est un excellent moyen d’atténuer la volatilité sur le long terme.


Tous les graphiques sont issus du Guide des marchés Europe |T3 2017 (cliquez ici pour le télécharger)


 

J'aime cet article 161