La transition énergétique ne vise pas uniquement la production d’énergie renouvelable. Les investissements–et les opportunités de bénéfices–concernent quatre secteurs.

Par Mark Lacey, Responsable transition énergétique et matières premières, Alexander Monk, Analyste énergies renouvelables et Felix Odey, Analyste énergies renouvelables

 

Mark Lacey

La transition énergétique consiste à passer d’un système fondé sur les combustibles fossiles (pétrole, gaz et charbon) à un système dominé par la production d’électricité propre et renouvelable. Son objectif est de réduire les émissions de dioxyde de carbone (CO2) liées à l’énergie, en vue d’atteindre les objectifs climatiques mondiaux.

La production d’énergie renouvelable représente la partie la plus visible de la transition énergétique. Cependant, elle n’est qu’un aspect de la transition en cours. Nous avons identifié quatre domaines d’investissement distincts. Outre la production d’énergie renouvelable, il s’agit du stockage d’énergie, des infrastructures de transport électrique et des réseaux de transport et de distribution d’électricité.

Pour en savoir plus: Qu’est-ce que la « transition énergétique » et pourquoi est-elle importante pour les investisseurs?

Source : Schroders, octobre 2020

Alexander Monk

Cette transition constitue une opportunité d’investissement à long terme, qui transformera l’ensemble du système énergétique au cours des 30 prochaines années et au-delà. La poursuite des objectifs climatiques impose indéniablement des investissements sur l’ensemble de la chaîne de valeur, autrement dit dans l’intégralité des domaines mentionnés ci-dessus.

Compte tenu des besoins d’investissement, il est encourageant de constater que les gouvernements se concentrent sur une reprise «verte» après la pandémie de COVID-19. À titre d’exemple, l’UE prévoit de consacrer 550 milliards d’euros à des projets verts au cours des sept prochaines années, dans le cadre de son plan de relance et de son budget pour la période 2021-27.

Felix Odey

Les graphiques ci-dessous soulignent l’ampleur du défi, mais aussi des opportunités. Ils indiquent les investissements nécessaires pour maintenir l’élévation des températures sous le seuil de 2 degrés, les investissements déjà planifiés et la valeur de marché des quatre domaines d’investissement précités. Ces graphiques montrent que la transition énergétique n’en est qu’à ses débuts.

Revue des quatre domaines concernés par la transition énergétique

  • Production d’énergie propre

La production d’énergie propre constitue la première étape de la transition. Il s’agit d’un domaine dans lequel le soutien des gouvernements ne s’est jamais démenti, aussi bien en termes de subventions que de mesures diverses visant à encourager la croissance du marché.

Par conséquent, la production d’électricité propre est peut-être l’un des domaines d’investissement les plus avancés de la transition énergétique, même s’il reste beaucoup à faire.

La baisse des coûts devrait se traduire par une hausse de la demande. Grâce aux progrès technologiques et aux économies d’échelle, les énergies renouvelables sont désormais compétitives par rapport aux combustibles fossiles, même sans subventions. En outre, la demande de technologies générant moins d’émissions–comme les véhicules électriques–devrait alimenter la croissance de la production d’énergie propre.

La montée en puissance de la production d’énergie propre crée incontestablement de nouvelles opportunités pour les entreprises de services aux collectivités possédant une expertise en matière d’énergie renouvelable, ainsi que pour un groupe en croissance rapide de petits producteurs d’énergie indépendants (PEI), qui se concentrent sur la gestion d’actifs d’énergie renouvelable.

Elle bénéficie également aux entreprises qui produisent des équipements liés aux énergies renouvelables, tels que les éoliennes et les panneaux solaires.

En dehors de l’électricité renouvelable, l’hydrogène affiche un énorme potentiel en tant que combustible clé au sein d’une économie à faible émission de carbone. Alors que l’électricité renouvelable jouera un rôle essentiel dans la réduction des émissions au niveau mondial, une source d’énergie ayant une plus forte densité énergétique et les propriétés chimiques appropriées sera nécessaire pour décarboner des activités telles que les processus industriels lourds, l’industrie manufacturière et l’aviation.

L’hydrogène peut résoudre ce problème étant donné sa densité énergétique, sa polyvalence et sa réactivité chimique, sachant que sa combustion n’émet pas de CO2. L’hydrogène peut faire presque tout ce que le gaz naturel fait dans l’économie actuelle, et peut également remplacer de nombreuses utilisations non énergétiques du charbon et du pétrole.

Contrairement à l’éolien et au solaire, la production d’hydrogène vert demeure cependant très coûteuse par rapport à des alternatives à plus forte intensité de carbone. Cela pourrait changer dans les années à venir, alors que l’UE, le Japon, la Corée et les États-Unis visent une utilisation accrue de l’hydrogène propre au sein de leurs économies.

  • Transport et distribution

La production d’énergie à partir de sources renouvelables comme l’éolien et le solaire pose des défis spécifiques. En premier lieu, les régions présentant les meilleures caractéristiques pour la production d’énergie renouvelable–vents forts ou niveaux d’irradiation solaire élevés–sont rarement situées à proximité des lieux de consommation d’énergie.

Les États-Unis en sont un exemple: alors que la «ceinture du vent» est située au centre du pays, la majorité de la population vit sur les côtes. Dans le même temps, les parcs éoliens offshore comportent leurs propres défis. Il s’agit d’une différence notable avec les centrales électriques classiques, qui peuvent être construites sur une grande variété de sites.

Le raccordement de nouveaux projets d’énergies renouvelables au réseau électrique crée donc des opportunités d’investissement pour les entreprises qui gèrent le système de transport électrique à grande échelle.

Parallèlement, le besoin accru de lignes de transmission nécessite de nouveaux équipements électriques, notamment des câbles, ce qui dynamise ces segments de marché. À l’échelle mondiale, le nombre de transformateurs et la longueur des lignes électriques devront être doublés d’ici 2050 pour permettre la croissance des énergies renouvelables (source: Clean Technica, 2018). Si ces travaux ne sont pas réalisés, les parcs solaires et éoliens ne pourront tourner à plein régime et envoyer l’électricité produite au réseau.

D’autre part, l’augmentation de la demande d’électricité par rapport à d’autres sources d’énergie entraînera une augmentation de la charge quotidienne sur l’ensemble des réseaux électriques. De nombreux réseaux existants devront être remplacés ou mis à niveau pour pouvoir faire face à cette charge plus élevée et éviter des pannes fréquentes.

Afin de gérer efficacement la montée en puissance de la demande d’électricité, il convient de mettre à niveau l’ensemble du réseau de distribution (le réseau local qui relie les lignes électriques aux maisons), en s’appuyant sur des technologies plus robustes et plus intelligentes. Les services aux collectivités qui gèrent ces réseaux bénéficieront de cette évolution, tout comme les entreprises qui fabriquent des composants électriques critiques (sous-stations, transformateurs, etc.).

Il sera également important de rendre les réseaux aussi efficaces que possible. En moyenne, entre 5% et 10% de l’ensemble de l’électricité produite est perdue sur le réseau en raison de systèmes de distribution inefficaces (source: IE Inside Energy, 2015). Des améliorations sont donc nécessaires.

  • Stockage de l’énergie

De même que l’énergie renouvelable n’est pas toujours produite là où elle est nécessaire, elle n’est pas toujours produite quand on en a besoin. Si de grandes quantités d’énergie bon marché peuvent être générées en période de vent et de soleil, la situation se complique lorsque le soleil ne brille pas et que le vent cesse de souffler.

C’est alors qu’intervient le stockage d’énergie. Les solutions de stockage permettent de mieux gérer cette alimentation intermittente et de s’assurer que l’électricité est disponible au moment requis. À mesure que le besoin de stockage devient plus évident, des opportunités apparaissent pour les spécialistes des batteries, ainsi que pour les entreprises impliquées dans la conception et la fabrication d’une gamme de plus en plus étoffée de produits de stockage.

  • Infrastructures de transports électriques

La popularité croissante des véhicules électriques et la demande d’électricité qui l’accompagne ne font que souligner ce besoin de stockage. En effet, la capacité de recharger les véhicules électriques, au domicile ou à l’extérieur, est en passe de devenir un enjeu essentiel. La progression des véhicules électriques dans la flotte mondiale nécessite une hausse concomitante du nombre de stations de chargement. Selon la Commission européenne, un ratio véhicules/points de recharge supérieur à 10 découragerait le consommateur moyen envisageant l’achat d’un véhicule électrique.

De fait, les opportunités de bénéfices significatives liées à la fabrication, à l’installation et à l’exploitation de points de recharge ont déjà attiré un certain nombre d’acteurs, dont des entreprises de services aux collectivités, de nouvelles sociétés spécialisées et des «majors» du pétrole et du gaz.

 


Information importante: Cette communication est destinée à des fins marketing. Ce document exprime les opinions de ses auteurs sur cette page. Ces opinions ne représentent pas nécessairement celles formulées ou reflétées dans d’autres supports de communication, présentations de stratégies ou de fonds de Schroders. Ce support n’est destiné qu’à des fins d’information et ne constitue nullement une publication à caractère promotionnel. Le support n’est pas destiné à représenter une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de tout instrument financier. Il n’est pas destiné à fournir, et ne doit pas être considéré comme un conseil comptable, juridique ou fiscal, ou des recommandations d’investissement. Il convient de ne pas se fier aux opinions et informations fournies dans le présent document pour réaliser des investissements individuels et/ou prendre des décisions stratégiques. Les performances passées ne constituent pas une indication fiable des résultats futurs. La valeur des investissements peut varier à la hausse comme à la baisse et n’est pas garantie. Tous les investissements comportent des risques, y compris celui de perte du principal. Schroders considère que les informations de la présente communication sont fiables, mais n’en garantit ni l’exhaustivité ni l’exactitude. Certaines informations citées ont été obtenues auprès de sources externes que nous estimons fiables. Nous déclinons toute responsabilité quant aux éventuelles erreurs commises par ou informations factuelles obtenues auprès de tierces parties, sachant que ces données peuvent changer en fonction des conditions de marché. Cela n’exclut en aucune manière la responsabilité de Schroders à l’égard de ses clients en vertu d’un quelconque système réglementaire. Les régions/secteurs sont présentés à titre d’illustration uniquement et ne doivent pas être considérés comme une recommandation d’achat ou de vente. Les opinions exprimées dans le présent support contiennent des énoncés prospectifs. Nous estimons que ces énoncés reposent sur nos anticipations et convictions dans des hypothèses raisonnables dans les limites de nos connaissances actuelles. Toutefois, aucune garantie ne peut être apportée quant à la réalisation future de ces anticipations et opinions. Les avis et opinions sont susceptibles de changer. Ce contenu est publié au Royaume-Uni par Schroder Investment Management Limited, 1 London Wall Place, London EC2Y 5AU. Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 1893220. Agréé et réglementé par la Financial Conduct Authority.