Après avoir connu une année 2020 particulièrement tranquille, les bouses chinoises ont connu de fortes poussées de volatilité en 2021.

Par Mike Shiao – Chief Investment Officer, Asia ex Japan

 

Points importants à retenir

  • Les réglementations internet sont désormais plus claires et se concentreront sur l’exécution. Le but est de servir les objectifs stratégiques de prospérité commune.
  • La décarbonisation continuera à accélérer et créer de nouvelles opportunités d’investissement.
  • La Chine reste une classe d’actifs attractive qui mérite une place à part entière au sein des portefeuilles à l’heure de la nouvelle ère de la prospérité commune.

 

NVESCO - Mike ShiaoLa croissance économique et les résultats d’entreprises sont restés solides, mais les offensives du gouvernement à l’encontre des secteurs des technologies, de l’immobilier et de l’énergie ont alimenté des inquiétudes chez les investisseurs internationaux.

Nous comprenons parfaitement ces inquiétudes. Le changement ôte le confort de la certitude et nous pousse sur des terres inconnues qui alimentent les craintes. Nous pensons que la Chine vient d’entrer dans une nouvelle ère de développement.

Les politiques actuelles visent à passer d’un modèle privilégiant la croissance pour la croissance à un modèle privilégiant une croissance de qualité garante d’un avenir durable.

Figure 1. Les actions chinoises se négocient à décote par rapport aux actions mondiales
Figure 1. Les actions chinoises se négocient à décote par rapport aux actions mondiales : Prime/décote du ratio cours/bénéfice prévisionnel à 12 mois
Source : MSCI, FactSet, Goldman Sachs Investment Research, Novembre 2021

Dans cet article prospectif, nous partagerons nos réflexions sur ces mesures et sur l’impact qu’elles auront sur nos idées d’investissement 2022.

L’objectif global est d’atteindre la prospérité commune

L’idée d’une prospérité pour tous n’est pas nouvelle et nombre de prédécesseurs de Xi Jinping y avaient déjà pensé. Le gouvernement chinois a pour objectif fondamental d’améliorer la vie des gens.

La Chine enregistre une croissance exceptionnelle mais cette croissance a un prix. La croissance est inégale entre les régions, les secteurs et les ménages. Les gens se plaignent de la dégradation de l’environnement et des difficultés à accéder au logement, à l’éducation et à la santé.

La prospérité commune est censée régler ces problèmes. C’est un concept de développement global qui vise à promouvoir une croissance de qualité, le bien-être social et la soutenabilité environnementale.

Nous pensons que la prospérité pour tous est un objectif global qui explique les offensives du gouvernement contre les entreprises internet et le secteur de l’immobilier et qui sert les objectifs de réduction des émissions de CO2 de la Chine.

La technologie reste essentielle pour doper la productivité

Le quatorzième plan quinquennal (2021-2025) du parti communiste chinois comprend un chapitre entier détaillant les mesures visant à accélérer l’avènement de l’économie numérique. Il y est écrit noir sur blanc que la Chine a pour objectif de porter la part de l’économie numérique (secteurs stratégiques) à 10% du PIB d’ici 2025.

Les responsables politiques sont conscients des obstacles pesant sur la croissance du pays, à l’instar du vieillissement démographique et de la baisse de la rentabilité des investissements. La croissance future devra être le résultat d’une hausse de la productivité rendue possible par l’innovation et les progrès technologiques.

Le secteur technologique se compose essentiellement d’entreprises privées. Ces entreprises représentent 60% du PIB et plus de 80% des emplois urbains. Elles sont généralement plus rentables que les entreprises publiques.

Parmi les sociétés cotées en bourses, l’écart de productivité entre les entreprises publiques et les entreprises privées est d’environ 20%. Par-delà ces chiffres, la technologie fait désormais partie intégrante du quotidien des Chinois. Elle modifie la façon dont ils consomment, mangent, voyagent et se divertissent.

Nous sommes convaincus que le gouvernement n’a pas l’intention de plomber le secteur. Il cible son action sur les personnes les plus vulnérables socialement (clandestins, parents, mineurs) et les secteurs les plus risqués sur le plan financier (les fintechs et leur lien avec le système financier).

L’objectif est de promouvoir un environnement numérique qui favorise une croissance juste et saine, soucieuse du bien-être social.

Le gouvernement a clarifié sa communication sur ses offensives réglementaires ces derniers jours et met désormais l’accent sur la mise en œuvre de ses réformes. Cela créera des opportunités d’achat intéressantes pour certaines entreprises moins visées par ces offensives réglementaires, notamment dans les secteurs du commerce en ligne, de la livraison de nourriture à domicile et du jeu vidéo.

Les mesures du gouvernement visent à trouver un juste équilibre entre croissance et stabilité financière

Le secteur de l’immobilier a récemment fait les gros titres à maintes reprises. De nombreux investisseurs redoutent des défauts de paiement. Le gouvernement est dans une situation délicate où il doit promouvoir la croissance tout en préservant la stabilité financière.

Un resserrement ou un assouplissement de la politique monétaire illustrerait parfaitement cet exercice d’équilibriste. Si nous regardons les mesures de ces dernières années, de la réforme de l’offre à la campagne de désendettement, en passant par l’offensive réglementaire contre les promoteurs immobiliers, le gouvernement s’est toujours efforcé de réduire les risques macroéconomiques afin d’éviter un ralentissement brutal de la croissance.

Ces initiatives ont porté leurs fruits, comme le montrent la contraction du crédit dans l’univers de la finance de l’ombre et le ralentissement de la croissance de l’endettement des ménages. Surtout, cela représente un changement d’état d’esprit : le gouvernement a désormais conscience que le modèle de croissance d’hier est désormais obsolète et qu’il lui faut déployer des capitaux dans des secteurs rentables.

Nous pensons que le gouvernement continuera à s’appuyer sur les statistiques économiques pour calibrer ses interventions et maintenir le taux de croissance à l’intérieur d’une fourchette raisonnable.

La décarbonisation va accélérer et créera de nouvelles opportunités d’investissement

La Chine a annoncé qu’elle atteindrait son pic d’émissions de CO2 d’ici 2030 et s’est engagée à atteindre la neutralité carbone d’ici 2060. Ces objectifs poussent le pays à redoubler ses efforts en matière de décarbonisation de l’économie.

En juillet dernier, la Chine a lancé un dispositif national d’échange de crédits de carbone, qui regroupe tous les dispositifs pilotes lancés depuis 2013 par huit provinces/villes. En septembre, le pays s’engageait à arrêter de financer les projets de centrales au charbon à l’étranger. Les investisseurs affichent un intérêt marqué pour les énergies renouvelables, lesquelles devraient représenter plus de la moitié de la capacité totale installée d’ici 2025.

Nous pensons que le gouvernement va intensifier ses efforts en matière de décarbonisation et que des opportunités d’investissement émergeront dans des secteurs liés à cette tendance, y compris dans l’univers des énergies renouvelables et dans celui des véhicules électriques.

La demande pour les produits éco-responsables devrait augmenter car les investisseurs sont de plus en plus au fait des opportunités et des risques d’investissement liés au changement climatique. Depuis toujours, nos fonds affichent une faible empreinte carbone car nous privilégions les services et les secteurs à énergie propre.

La Chine est une classe d’actifs attractive

Nous pensons que les mesures mises en œuvre par le gouvernement chinois, en 2022 et après, pour atteindre la prospérité pour tous continueront à avoir une incidence sur les bourses. Les investisseurs auront tout intérêt à surfer sur cette tendance pour déceler des opportunités intéressantes.

La nouvelle ère de développement sera différente de la précédente, mais nous sommes confiants quant à la capacité de la Chine à attirer une fois de plus les investisseurs. Nous pensons que la Chine reste une classe d’actifs attractive qui mérite une place à part entière au sein des portefeuilles des investisseurs.

La Chine héberge un marché intérieur colossal regorgeant d’opportunités et les objectifs du gouvernement évoluent pour s’adapter au monde de demain. Depuis longtemps, les actifs chinois offrent des rendements ajustés en fonction des risques supérieurs à la moyenne et nous sommes persuadés que les investisseurs de long terme seront récompensés.

 

Fonds Invesco à 9chf sur la plateforme Swissquote

 


Mises en garde contre les risques

Le fonds peut investir dans certains titres cotés en Chine, ce qui peut impliquer des contraintes réglementaires importantes susceptibles d’affecter la liquidité et/ou la performance d’investissement du fonds.

Informations importantes

Données au 31/10/2021 sauf indication contraire.

Ce document constitue un support promotionnel et ne peut être considéré comme une recommandation d’investir dans une quelconque classe d’actif, valeur mobilière ou stratégie. Les dispositions réglementaires portant sur l’impartialité des recommandations d’investissement ou des recommandations de stratégies d’investissement ne sont donc pas applicables et il en va de même des interdictions de négocier l’instrument avant publication.

Les opinions exprimées par les individus ou l’entreprise sont fondées sur les conditions actuelles du marché, peuvent différer de celles d’autres professionnels de l’investissement et sont susceptibles d’être modifiées sans préavis.